Katō-jinja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un torii au Katō-jinja

Le Katō-jinja (加藤神社?) est un sanctuaire shinto situé dans le château de Kumamoto, arrondissement de Chūō-ku à Kumamoto, préfecture de Kumamoto au Japon Y sont vénérés le daimyo Katō Kiyomasa (1562–1611), ainsi que Ōki Kaneyoshi et Kin Kan qui ont commis le junshi.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1868, Une cérémonie de style shinto est organisée au Jōchibyō, emplacement de la tombe de Katō Kiyomasa au Honmyō-ji, sur proposition de Nagaoka Moriyoshi.
  • En 1871, le sanctuaire Nishikiyama est construit au sein du château de Kumamoto à la séparation du bouddhisme et du shintoïsme (shinbutsu bunri). Y sont vénérés Katō Kiyomasa, Ōki Kaneyoshi et Kin.
  • En 1874, le sanctuaire Nishikiyama est déménagé à Kyōmachi parce que le château de Kumamoto appartient à l'armée japonaise en 1873.
  • En 1875, le sanctuaire est élevé au rang de sanctuaire préfectoral. Ce système est interrompu en 1946.
  • En 1877, le sanctuaire Nishikiyama est incendié durant la rébellion de Satsuma. Les shintai sont envoyés au Kengun-jinja.
  • En 1884, la reconstruction commence.
  • En 1886, le sanctuaire est reconstruit.
  • En 1909, le nom « Nishikiyama-jinja » est changé pour celui de Katō-jinja.
  • En 1911, un sanctuaire Katō est construit à Hawaii.
    • fermé plus tard.
  • En 1914, un sanctuaire Katō est construit à Séoul.
  • En 1952, le sanctuaire Katō est désigné association religieuse.
  • En 1962, le Katō-jinja est déplacé à son site actuel au château de Kumamoto.
  • En 1981, fondation du Sūkeikai, association de fidèles du Katō-jinja.

Fêtes[modifier | modifier le code]

  • Fête du printemps  : 24 avril
  • Fête de l'été : 24 juillet
  • Fête de Katō Kiyomasa : 4e dimanche de juillet
  • Cérémonies mensuelles : 1re, 15 et 24 de chaque mois

Ōki et Kin[modifier | modifier le code]

  • Ōki Kaneyoshi (1552–1611) est un karō de Sassa Narimasa. Après la chute de Sassa, il devient karō de Katō Kiyomasa. Il rend de grands services au cours de l'invasion de la Corée par le Japon (1592–1598). À la bataille de Sekigahara, il fait échapper la femme de Katō Kiyomasa de la maison d'Osaka.  
  • Kin Kan est un Coréen capturé lors de l'invasion japonaise de la Corée. Son vrai nom est 良甫鑑, est Kin Kan le nom de sa fonction. Il devient fan de Katō Kiyomasa, suit son maître et devient page.

Caractéristiques et mémorials[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire Katō est situé au mieux pour observer les trois bâtiments du château de Kumamoto.

Mémorials[modifier | modifier le code]

  • Le pont Taiko, placé au sein du campus du sanctuaire, est rapporté de Corée comme mémorial, et sert de modèle pour les ponts de pierre.
  • Une grande vasque appartenant à Ooki Kaneyoshi qui est vénéré au sanctuaire.
  • Une pierre porte étendard est apportée de Nagoya, préfecture de Saga, en souvenir de l'invasion de la Corée.

Petits sanctuaires[modifier | modifier le code]

  • Sarutahiko-kami, Sugawara Michizane, Ookuninushi-kami et Ebisu-kami y sont vénérés.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dépliant du sanctuaire Katō, 18 novembre 2010.
  • Kumamoto Castle and Castle Town Kumamoto seen in old photographs, Tomita Kouichi, Higo-Joudaibunka-Kenkyuukai, 1999.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

32° 48′ 13.34″ N 130° 42′ 24.22″ E / 32.8037056, 130.7067278

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :