Kasumigaseki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kasumigaseki
霞ヶ関
L'ancien ministère de la Justice et l'Hôtel du  département de la Police Métropolitaine de Tokyo
L'ancien ministère de la Justice et l'Hôtel du département de la Police Métropolitaine de Tokyo
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Ville Tokyo
Arrondissement Chiyoda
Géographie
Coordonnées 35° 40′ 31″ N 139° 45′ 11″ E / 35.67517, 139.7529935° 40′ 31″ Nord 139° 45′ 11″ Est / 35.67517, 139.75299  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir sur la carte administrative du Japon2
City locator 14.svg
Kasumigaseki
霞ヶ関

Géolocalisation sur la carte : Tokyo

Voir la carte administrative de Tokyo
City locator 14.svg
Kasumigaseki
霞ヶ関

Géolocalisation sur la carte : Tokyo

Voir la carte topographique de Tokyo
City locator 14.svg
Kasumigaseki
霞ヶ関

Kasumigaseki (霞が関, 霞ヶ関 ou 霞ケ関?, littéralement « Poste de contrôle de la brume ») est un quartier administratif de l'arrondissement spécial de Chiyoda à Tokyo. Son code postal de référence est 100-0013.

Connu pour accueillir les sièges de la plupart des ministères ou autres organismes, services ou entreprises publiques, le nom de Kasumigaseki est ainsi souvent utilisé, par métonymie, pour désigner l'administration centrale et les ministères, et par extension la bureaucratie, par opposition à Nagata qui désigne quant-à-lui les services du chef du gouvernement, le Cabinet ou encore le Parlement, et donc le pouvoir politique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le quartier est situé dans la partie sud de Chiyoda. Au sein de l'arrondissement, il est bordé au nord par le Kōkyo (le palais impérial), par le district de Nagata à l'ouest (séparé par la Route circulaire intérieure et la Route métropolitaine 412), le parc Hibiya à l'est et Uchisaiwaichō au sud-est. Il est aussi frontalier de l'arrondissement de Minato, et plus particulièrement en son sein des quartiers d'Akasaka et Toranomon.

Le quartier est divisé en trois « districts urbains » (丁目, Chōme?) qui servent au système japonais d'adresses :

  • le District 1 de Kasumigaseki (霞が関一丁目, Kasumigaseki ichi-chōme?) à l'est. Il comprend 5 îlots urbains (番地, banchi?), numérotés de manière croissante en allant du nord au sud.
  • le District 2 de Kasumigaseki (霞が関二丁目, Kasumigaseki ni-chōme?) au nord-ouest. Il comprend 2 îlots urbains (番地, banchi?), numérotés de manière croissante en allant du nord au sud.
  • le District 3 de Kasumigaseki (霞が関三丁目, Kasumigaseki san-chōme?) au sud-ouest. Il comprend 8 îlots urbains (番地, banchi?), numérotés de manière croissante en allant du nord au sud, puis de l'est vers l'ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période féodale[modifier | modifier le code]

Midi pile à Kasumigaseki, ukiyo-e d'Utagawa Kuniyoshi

Le site est connu depuis l'époque féodale. À l'époque d'Edo, il est traversé par la grande route du Ōshū Kaidō et comporte de nombreuses résidences de daimyō (suivant l'obligation imposée à ces derniers par le bakufu Tokugawa d'entretenir dans la capitale des shoguns une demeure, d'y demeurer une année sur deux ou six mois par an et d'y laisser en otage leur famille et des vassaux). Kasumigaseki fait ainsi partie de « Yamanote » (山の手?, littéralement « main de la montagne » et qui signifie « côté montagne » ou « ville haute »), l'une des deux parties du Tōkyō historique correspondant aux anciens quartiers aristocratiques par opposition à Shitamachi (下町?, littéralement « ville basse ») qui désigne les anciens quartiers populaires ainsi que l'ancien pôle commercial et artisanal[1],[2].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La « rue de brique » de Kasumigaseki, certainement dans les années 1930

Un incendie au début de l'ère Meiji le détruit pratiquement entièrement. Les autorités en profitent pour y installer les sièges des administrations du nouveau type de gouvernement mis en place avec la « Révolution Meiji ». C'est le cas tout d'abord du ministère des Affaires étrangères et de celui de la Marine impériale, puis, au fur et à mesure de leur création et dans le cadre d'un développement planifié, les autres départements et services administratifs du gouvernement central. Cela lui vaut les termes officiels d'Installations gouvernementales du Complexe 1 Kasumigaseki (霞ヶ関一団地の官公庁施設, Kasumigaseki Ichidanchi no Kankōchō Shisetsu?) ou de Zone résidentielle du gouvernement central (中央官衙地区, Chūō Kanga Chiku?). Cette fonction administrative lui est restée jusqu'à aujourd'hui.

À partir de 1878 et la division de Tōkyō en arrondissements, Kasumigaseki est intégré dans celui de Kōjimachi. À la suite de la réorganisation de 1947, Kōjimachi fusionne avec Kanda pour former l'actuel arrondissement spécial de Chiyoda.

Développements récents[modifier | modifier le code]

Le premier réel gratte-ciel du Japon a été construit à Kasumigaseki de 1965 à 1968 : il s'agit du Kasumigaseki Building, haut de 156 mètres et de 30 étages.

Il est avec Nagatachō l'un des deux quartiers visé par l'Attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995.

Lieux notables[modifier | modifier le code]

District 1[modifier | modifier le code]

Îlot 1[modifier | modifier le code]

Le bâtiment ancien du ministère de la Justice. À gauche, le nouveau bâtiment. En arrière-plan, le palais de Justice.
Au 1er plan : le bâtiment gouvernemental 1, siège du ministère de l'Agriculture. Sur la droite : le bâtiment gouvernemental 5, siège du ministère de la Santé. Sur la gauche en arrière plan : le Palais de Justice.

Îlot 2[modifier | modifier le code]

Îlot 3[modifier | modifier le code]

Îlot 4[modifier | modifier le code]

  • N°1-4-2 : Daidō Seimei Kasumigaseki Building, gratte-ciel de 104,8 m de haut.

District 2[modifier | modifier le code]

Îlot 1[modifier | modifier le code]

L'un derrière l'autre : l'hôtel de la Police Métropolitaine, puis le ministère des Affaires intérieures.

Îlot 2[modifier | modifier le code]

  • N°2-2-1 : le siège du ministère des Affaires étrangères, la plus ancienne administration installée à Kasumigaseki. La politique étrangère traditionnelle du Japon est parfois appelée « diplomatie Kasumigaseki »[5].

District 3[modifier | modifier le code]

Îlot 1[modifier | modifier le code]

Îlot 2[modifier | modifier le code]

Bâtiment gouvernemental 7 de la Kasumigaseki Common Gate : la tour est à droite, la tour ouest à gauche.
  • N°3-2-1, 3-2-2 et 3-2-3 : la « Kasumigaseki Common Gate » (霞が関コモンゲート, Kasumigaseki Komon Gēto?), ensemble de bâtiments :
Le Kasumigaseki Building.

Îlot 3[modifier | modifier le code]

  • N°3-3-2 : Shin-Kasumigaseki Building, siège social de la East Nippon Expressway Company ou Nippon Expressway Company, une des compagnies créées en 2005 après la privatisation des autoroutes.

Îlot 4[modifier | modifier le code]

  • N°3-4-3 : Bâtiment général du Bureau des brevets du Japon (特許庁総合庁舎, Tokkyochō-sōgō-chōsha?), siège central de cette agence gouvernementale.

Îlot 7[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Stations de métro[modifier | modifier le code]

L'une des entrées de la station de métro Sakuradamon et, en perspective, la succession des ministères.

Trois stations du métro de Tōkyō, toutes situées le long de la « rue Sakurada » avec, du nord au sud :

Bus[modifier | modifier le code]

Voies rapides[modifier | modifier le code]

La Route circulaire intérieure, dite Route C1, de la compagnie publique de la métropole de Tōkyō Shuto Expressway, dessert Kasumigaseki. Elle passe à l'extrémité ouest du quartier, bordant les Districts 2 et 3 et les séparant de Nagata. Son passage le long du quartier correspond à un immense échangeur avec la Route métropolitaine 412 qui suit son parcours (la voie rapide s'en séparant par une série de passage souterrains. Elle se confond néanmoins avec la 412 le temps d'une intersection au niveau de la limite entre les Districts 2 et 3 côté Kasumigaseki, et du Palais de la Diète du côté de Nagata. Cette place est d'ailleurs encadrée par les gares de péages des quatre voies de la Route C1.

Rues importantes[modifier | modifier le code]

La Route métropolitaine 1, et plus particulièrement sa portion à partir de la porte Sakurada du Kōkyo jusqu'au carrefour Toranomon, du nord au sud, constitue l'épine dorsale du quartier. Elle coupe ainsi ce dernier en deux, avec à l'est le District 1 et à l'ouest les Districts 2 et 3, et longe donc l'essentiel des ministères, tandis que les 3 stations de métro de Kasumigaseki se trouvent sur son parcours. Cette portion est parfois appelée « Rue Sakurada »[6],[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) H. WATANABE, The Architecture of Tokyo : An Architectural History in 571 Individual Presentations, éd. Axel Menges, 2001, 3930698935, p. 59
  2. (en) [PDF] « Neighbourhoods », Lonely Planet, p. 44
  3. "Ministry Access by Public Transportation." (Archive) Ministère japonais des Affaires intérieures et des Communications. Consulté le 6 avril 2009. "Address: 2nd Bldg. of the Central Common Government Office, 2-1-2, Kasumigaseski [sic], Chiyoda-ku, Tokyo 100-8926, Japan"
  4. "Home." (English) Japan Transport Safety Board. Consulté le 27 avril April 27, 2013. "2-1-2 Kasumigaseki, Chiyoda-ku, Tokyo (100-8918)" Adresse en japonais: "〒100-8918 東京都千代田区霞が関2-1-2"
  5. (en) B. J. BROOKS, Japan's Imperial Diplomacy: Consuls, Treaty Ports, and War in China 1895-1938, éd. University of Hawaii Press, Honolulu, 2000, 307 p.
  6. (en) Plan d'accès à l'Agence culturelle du Japon
  7. (en) Plan d'accès de la Japan Post Holdings

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]