Karyes (Laconie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Karyes
Karyes
(el) Καρυές
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Péloponnèse
District régional Laconie
Dème Sparte
Code postal 230 67
Démographie
Population 927 hab. (2002)
Géographie
Coordonnées 37° 17′ 00″ N 22° 30′ 00″ E / 37.2833, 22.5 ()37° 17′ 00″ Nord 22° 30′ 00″ Est / 37.2833, 22.5 ()  
Altitude 950 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Karyes

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Karyes

Karyes (en grec : Καρυές) est un village grec située au centre du Péloponnèse, dans la région de Laconie, à la frontière avec l'Arcadie. Elle compte 927 habitants. Elle était célèbre dans l'Antiquité pour son temple d'Artémis dite Caryatide.

Depuis 2010, l'ancienne communauté de Karyes appartient au nouveau dème de Sparte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village moderne tient son nom actuel de la cité antique dont le site se trouvait à proximité. Il est dû aux nombreux noyers qui étaient présents dans la région.

Antiquité[modifier | modifier le code]

D'après la légende, elle doit son nom à Karia, fille de Dion, roi de Laconie. Aimée de Dionysos, elle fut transformée en noyer.
Après la Guerre du Péloponnèse, elle tente d'échapper à l'hégémonie de Sparte et recherche l'alliance de Thèbes. Mais les Spartiates détruisent la ville et massacrent les habitants (-368). Elle est à nouveau détruite par les Wisigoths d'Alaric (396) puis abandonnée par la suite.

Arachova[modifier | modifier le code]

Le village actuel est une fondation des Slaves qui s'installent au Moyen Âge dans la région ; il porte alors le nom d'Arachova (Les Noyers).
Il est détruit en 1826 au cours de la Guerre d'indépendance grecque par les armées d'Ibrahim pacha.

Il prend officiellement le nom de Karyes en 1930[1].

Les 14 et 15 mars 1944, les soldats allemands incendièrent 300 maisons. 20 personnes périrent.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]