Karl Wendlinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Karl Wendlinger

Date de naissance 20 décembre 1968 (45 ans)
Lieu de naissance Drapeau de l'Autriche Kufstein, Tyrol, Autriche
Nationalité Drapeau de l'Autriche autrichien
Années d'activité 1991–1995
Qualité Pilote automobile
Équipe Leyton House Racing
March F1
Sauber
Nombre de courses 42 (41 départs)
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0

Karl Wendlinger est un pilote automobile autrichien né le 20 décembre 1968 à Kufstein en Autriche. Issu comme Michael Schumacher de la pépinière Mercedes, sa prometteuse carrière en Formule 1 a été compromise par un grave accident survenu pendant les essais du Grand Prix automobile de Monaco 1994.

Biographie[modifier | modifier le code]

Karl Wendlinger débute la course automobile par le karting en 1983. Passé à l'automobile, il devient champion d'Autriche de Formule 3 dès sa première saison dans la discipline en 1988. L'année suivante, il remporte le championnat d'Allemagne de Formule 3 devant Michael Schumacher et Heinz-Harald Frentzen. Cela vaut aux trois hommes (ainsi qu'à Fritz Kreuzpointer) d'être incorporé en 1990 dans le Junior Team Sauber-Mercedes dans le championnat du monde des sports-prototypes. L'objectif de Mercedes est alors de former de jeunes talents en vue d'une accession future à la Formule 1. En 1991, Wendlinger participe aux 24 Heures du Mans en équipage avec Schumacher et Kreuzpointer et termine à une prometteuse cinquième place.

À la fin de l'année 1991, Mercedes accélère la formation de ses jeunes pilotes, et quelques semaines après Schumacher, finance l'arrivée de Wendlinger en Formule 1, au sein de la modeste écurie Leyton-House (qui reprend en 1992 son nom d'origine, March). Malgré la faiblesse de son matériel, Wendlinger parvient à montrer de belles qualités de vitesse et de constance. En 1993, lorsque l'écurie Sauber (derrière laquelle la présence de Mercedes ne fait aucun doute) accède à la Formule 1, Wendlinger est logiquement appelé pour en être l'un des deux pilotes. Progressivement, il prend la mesure de son équipier JJ Lehto et confirme ses belles dispositions en étant l'un des pilotes les plus en vue derrière les « top-teams ».

Début 1994, même s'il se fait bousculer en vitesse pure par son nouvel équipier Heinz-Harald Frentzen, il réalise un solide début de saison, en terminant notamment sixième du GP du Brésil, puis quatrième du funeste GP de Saint-Marin, le 1er mai. Mais sa trajectoire s'interrompt brutalement une dizaine de jours plus tard, lors des premiers essais du GP de Monaco. À la sortie du tunnel, l'endroit le plus rapide du circuit, Karl Wendlinger perd le contrôle de sa monoplace, probablement suite à une petite touchette contre le rail. Sa Sauber part alors dans une longue glissade avant de heurter latéralement les barrières à la chicane du port. Mal protégée par l'absence de protection latérale autour du cockpit (et rendue d'autant plus vulnérable que le pilote autrichien est particulièrement grand) la tête de Wendlinger rentre violemment en contact avec les barrières. Rapidement sur les lieux de l'accident, les médecins ne peuvent que constater le coma dans lequel est plongé le pilote Sauber. Intervenant seulement onze jours après les accidents mortels d'Ayrton Senna et de Roland Ratzenberger, ce nouveau drame plonge un peu plus la Formule 1 dans la torpeur.

Après 19 jours de coma à l'hôpital de Nice, puis deux semaines de « sommeil provoqué » à l'hôpital d'Innsbruck (afin de faciliter la résorption d'un œdème au cerveau), Wendlinger peut entamer sa convalescence, qui s'avère plus rapide que prévue. Il envisage même un temps un retour à la compétition pour les dernières manches du championnat 1994, mais un premier test fin septembre s'avère peu concluant, notamment en raison de vives douleurs au genou. Sagement, Karl préfère reporter son retour à la compétition au début de la saison suivante afin de bénéficier de tout l'hiver pour affiner sa condition.

Mais dès les premières manches du championnat 1995, le constat est sans appel. Wendlinger semble avoir retrouvé toutes ses capacités physiques, mais ses performances sont désastreuses, à parfois près de 3 secondes au tour de Frentzen. À la veille du GP de Monaco, l'équipe Sauber préfère écarter temporairement le pilote autrichien, et le remplace par le jeune espoir français Jean-Christophe Boullion. Ce dernier ne parvient pas à vraiment convaincre, et Sauber redonne sa chance à Wendlinger pour les deux dernières courses de la saison, mais pour des prestations toujours aussi décevantes, qui sonnent définitivement le glas de sa carrière en Formule 1.

Obligé de tourner le dos à la F1, Wendlinger décide de se reconvertir dans les épreuves d'Endurance. Même s'il ne semble pas en mesure de retrouver le niveau qui était le sien avant son accident, il parvient au fil des années à se bâtir un palmarès enviable, avec notamment un titre en FIA GT en 1999 et une victoire aux 24 Heures de Daytona 2000, au volant de la Dodge Viper aux côtés d'Olivier Beretta. De retour dans le championnat GT après un intermède peu concluant en DTM chez Audi (en 2002 et 2003), il est passé proche d'un second titre en 2005 avec la Maserati MC12 du JMB Racing. En 2006, toujours en FIA GT, il pilote une Aston Martin.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1991 Leyton House Racing CG911 Ilmor V10 Goodyear 2 0 n.c.
1992 March F1 CG911B Cosworth V10 Goodyear 14 3 12e
1993 Sauber C12 Sauber V10 Goodyear 16 7 11e
1994 Broker Sauber Mercedes C13 Mercedes V10 Goodyear 3 4 18e
1995 Red Bull Sauber Ford C14 Cosworth V8 Goodyear 6 0 n.c.

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Année Voiture Équipe Équipiers Résultat
1991 Mercedes-Benz C11 Team Sauber Mercedes Fritz Kreutzpointer / Michael Schumacher 5e
1992 Peugeot 905 Evo 1B Peugeot Talbot Sport Alain Ferté / Eric van de Poele Abandon
1996 Porsche 911 GT1 Porsche AG Yannick Dalmas / Scott Goodyear 3e
1997 Porsche 911 GT1 Rook Racing Allan McNish / Stéphane Ortelli Abandon
1998 Chrysler Viper GTS-R Team Oreca Marc Duez / Patrick Huisman Abandon
1999 Chrysler Viper GTS-R Team Oreca Olivier Beretta / Dominique Dupuy 10e
2000 Chrysler Viper GTS-R Team Oreca Olivier Beretta / Dominique Dupuy 7e
2001 Chrysler LMP Team Oreca Olivier Beretta / Pedro Lamy 4e
2008 Aston Martin DBR9 Aston Martin Racing Heinz-Harald Frentzen / Andrea Piccini 16e (4e GT1)