Karl Stürgkh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl Stürgkh
Karl Stürgkh
Karl Stürgkh
Fonctions
36e ministre-président d'Autriche
3 novembre 191121 octobre 1916
(4 ans, 11 mois et 18 jours)
Monarque François-Joseph Ier
Prédécesseur Paul Gautsch
Successeur Ernest von Koerber
Biographie
Date de naissance 30 octobre 1859
Lieu de naissance Graz (Autriche)
Date de décès 21 octobre 1916 (à 56 ans)
Lieu de décès Vienne (Autriche-Hongrie)
Nature du décès Assassinat
Nationalité autrichienne

Karl Stürgkh
Ministres-présidents d'Autriche

Karl Graf von Stürgkh, né à Graz le 30 octobre 1859 et mort assassiné à Vienne le 21 octobre 1916, est une personnalité politique autrichienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le comte Stürgkh débute sa carrière politique lorsqu'il entre au Reichsrat en 1891. De 1909 à 1911 il est ministre de l'Éducation dans le gouvernement de Bienerth.

Il est nommé ministre-président d'Autriche le 3 novembre 1911. Au départ, il dirige un ministère "technique", composé de hauts-fonctionnaires, puis il parvient à surmonter la crise liée à l'obstruction des groupes allemands et tchèques au Reichsrat de Vienne en le prorogeant durant l'année 1912. Son ministère est autoritaire, il tente de mettre en place un cabinet appuyé sur une partie du parlement, mais il échoue, renvoyant le parlement en vacance pour une durée indéterminée en 1913.

Lors de la crise de juillet 1914 le ministre-président se prononce en faveur de la guerre contre la Serbie.

Pendant la guerre l'impopularité de Stürgkh va croissant. La population lui reproche son refus obstiné de convoquer le Reichsrat, ainsi que la grande détérioration du ravitaillement. Le chef du gouvernement est finalement abattu dans un restaurant viennois le 21 octobre 1916 par Friedrich Adler, le fils du chef social-démocrate Victor Adler.

L'empereur François-Joseph remplace le ministre défunt par Ernest von Koerber, tandis que l'assassin est condamné à mort. Toutefois François-Joseph meurt un mois plus tard, et le nouvel empereur Charles Ier commue la peine d'Adler en dix-huit ans d'emprisonnement.

Source[modifier | modifier le code]