Karl Philipp Moritz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moritz.

Karl Philipp Moritz

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait par Karl Franz Jacob Heinrich Schumann, 1791

Activités essayiste, romancier, philosophe, journaliste
Naissance 15 septembre 1756
Hamelin (Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire)
Décès 26 juin 1793 (à 36 ans)
Berlin
Langue d'écriture Allemand
Genres essai, roman

Œuvres principales

Karl Philipp Moritz, né le 15 septembre 1756 à Hamelin et mort le 26 juin 1793 à Berlin, est un écrivain, journaliste et essayiste allemand. Il est à la fois un représentant de l'Aufklärung, du Sturm und Drang et du Préromantisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de condition très modeste, Karl Philipp Moritz est placé en apprentissage chez un chapelier à l'âge de douze ans, après une instruction sommaire. Grâce à l'aide d'un bienfaiteur, il est en mesure d'étudier la théologie à Erfurt et à Wittenberg, quoiqu'aussitôt après il ait pris la décision de devenir acteur. Après l'échec de ce projet, il devient précepteur en 1777. Deux ans plus tard, il devient franc-maçon et fait la connaissance de philosophes des Lumières, comme Moses Mendelssohn, Marcus Herz et Johann Erich Biester. En 1784, il obtient le poste de professeur au Gymnasium de Berlin, en même temps qu'il devient journaliste à la Vossische Zeitung pendant un an. Après seulement deux ans d'enseignement, il décide de devenir écrivain et renonce à son poste en 1786.

Il quitte Berlin et commence un voyage en Italie pour écrire un livre. Il passe là-bas deux années au cours desquelles il rencontre Goethe, qui lui accordera son soutien. À son retour à Berlin, il obtient le poste de professeur d'archéologie et d'esthétique à l'Académie Royale des Beaux-Arts en 1789. Un de ses étudiants les plus connus sera Alexander von Humboldt. Poursuivant sa carrière, il devient membre de l'Académie royale des sciences de Prusse en 1791.

Bien qu'il ne vécût que trente-six ans, il a été un écrivain très fécond et a publié plus de cinquante livres.

Son œuvre la plus marquante s'intitule Anton Reiser, roman psychologique (Anton Reiser : ein psychologischer Roman, Berlin, Maurer, 4 vol., 1785-1790). Ce roman d'apprentissage raconte l'histoire d'un enfant doué, né dans un milieu pauvre, qui a la passion du théâtre. L'auteur déploie dans ce livre de fines analyses psychologiques un peu à la manière de Rousseau.

Ouvrages en français[modifier | modifier le code]

  • Anton Reiser, préface de Michel Tournier, Fayard, 1986 (ISBN 9782213018195).
  • Le concept d'achevé en soi et autres écrits, 1785-1793, traduction de Philippe Beck, Presses universitaires de France, 1995.
  • Le nouvel abécédaire, postface d'Heide Hollmer, Paris, Éditions Être, 2003.
  • Andreas Hartknopf : allégorie, Paris, José Corti, 2004.
  • Sur l'ornement, édition de Clara Pacquet, postface de Danièle Cohn, Paris, Rue d'Ulm, 2008.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anton Reiser : autobiographie et avènement du sujet, sous la dir. de Jean-Marie Paul, Nancy, Centre de recherches germaniques et scandinaves de l'université de Nancy II, 1994.
  • Martine Leibovici, Autobiographie de transfuges. Karl Philipp Moritz, Richard Wright, Assia Djebar, coll. « L'esprit des lettres », Le Manuscrit, 2013.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]