Karl Julius Schröer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl Julius Schröer

Karl Julius Schröer (11 janvier 1825 à Preßburg, autrefois dans l'Empire d'Autriche ; † le 16 décembre 1900 à Vienne) fut un philologue, un linguiste et un homme de lettres autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Karl Julius Schröer étudia la littérature et la linguistique, entre autres de 1843 à 1846 à Leipzig, Halle et Berlin. Après 1849, il devint professeur d'Allemand et de littérature à Pest, mais en 1851, il revint à Preßburg où il accepta un poste de professeur.

En 1860, à la suite de l'évolution politique Karl Julius Schröer jugea prudent de quitter la Hongrie et d'aller s'établir à proximité de Vienne, et de 1861 à 1866 il exerça le poste de directeur de l'Union des Écoles Évangéliques à Karlsplatz. À partir de l'année 1866 il enseigna comme professeur d'histoire de la littérature à l'École Technique Supérieure de Vienne.

Dans les années suivantes Schröer poursuivit ses recherches à propos du folklore allemand en Hongrie. C'est au cours de ces recherches qu'il découvrit dans les environs immédiats de Preßburg les Jeux populaires de Noël d'Oberufer[1]. Il collecta et rassembla des manuscrits, y ajouta des notes sur la comparaison critique des textes et publia vers 1857-58 l'ouvrage Les Jeux de Noël allemands en Hongrie. Plus d'un élève de Schröer s'inspirèrent de ce travail, et tout spécialement Rudolf Steiner, qui après la première guerre mondiale fonda la Libre École Waldorf, au sein de laquelle, ces jeux de Noël d'Oberufer sont encore régulièrement représentés.

À Vienne, Schröer se distingua particulièrement en tant qu'analyste de l'œuvre de Goethe. En 1878, il cofonda l'Association Goethéenne de Vienne dont il publia la chronique en 1886. Commentateur des œuvres de Goethe en fin connaisseur, il s'intéressa tout particulièrement à l'étude du Faust dont il publia une édition commentée en deux volumes. Il publia également les drames de Goethe dans une édition en six volumes dans la grande collection Deutsche National-Litteratur à la demande de son ami Josef Kürschner (1853-1902)[2]. N'ayant pas de compétences scientifiques, Schröer recommanda Rudolf Steiner à Kürschner pour éditer, annoter et commenter l'œuvre scientifique de Goethe[2]. Finalement, Schröer s'efforça de faire créer un mémorial en l'hommage de Goethe à Vienne ; ce dernier fut mis en adjudication publique en 1894 et réalisé par Edmund Hellmann et a été inauguré un jour avant la mort de Schröer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Oberufer est une île sur le Danube où ces jeux étaient représentés
  2. a et b Une Biographie de Rudolf Steiner, Geneviève et Paul-Henri Bideau, Éditions Novalis, Montesson, 1997