Karl Ernst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl Ernst donne un discours, en 1932.

Karl Ernst (1er septembre 1904 - 30 juin 1934) était un Gruppenführer de la Sturmabteilung qui, au début de l'année 1933, a été le chef de file de la SA à Berlin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant de rejoindre le NSDAP, il a été garçon d'étage dans un hôtel.

Il a été suggéré[1] que c'est lui qui, avec une poignée d'hommes, s'est introduit au Palais du Président du Reichstag, qui était alors Hermann Göring, pour mettre le feu au Reichstag dans la nuit du 27 février 1933. Il existe des preuves indirectes pour étayer ceci : Hans Gisevius à Nuremberg impliqua Joseph Goebbels dans la planification de l'incendie[2], Rudolf Diels a déclaré[3] que Göring savait comment l'incendie avait été lancé, et le général Franz Halder a certifié[4] qu'il avait entendu Göring revendiquer la responsabilité de l'incendie.

Karl Ernst était bisexuel. Il était proche de Ernst Röhm et fut surnommé « Frau Röhrbein » (Madame Röhrbein) en raison de son intimité avec Paul Röhrbein[5].

Le 30 juin 1934, Ernst, qui venait de se marier, est parti à Brême, en route pour Madère, où il devait passer la lune de miel avec sa nouvelle épouse. Ernst Röhm avait à plusieurs reprises appelé à une « seconde révolution », qui introduirait une politique sociale à l'arrivée du régime nazi, bannissant l'ancienne force conservatrice qu'était le gouvernement. Les tendances socialistes de la SA causèrent la méfiance des conservateurs, notamment de la Reichswehr. Celle-ci fit pression pour l'élimination de la SA du pouvoir. Adolf Hitler, probablement sur l'idée de Göring et Heinrich Himmler, mais aussi, éventuellement, à la suite de la demande instante du haut commandement de l'armée, a entrepris une purge des SA - un évènement connu sous le nom de la Nuit des Longs Couteaux. Ernst a été ramené à Berlin par un détachement de SS. Quelque 150 responsables de la SA, dont Ernst, ont été exécutés contre un mur à l'école militaire de Lichterfelde par la 1re division SS Leibstandarte Adolf Hitler. Ernst, estimant qu'il était arrêté à la suite d'un coup des conservateurs et des pro-capitalistes, est mort en criant « Heil Hitler ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. William L. Schirer, The Rise and Fall of the Third Reich
  2. Hans Gisevius, Nuremberg testimony
  3. Nuremberg affidavit
  4. Franz Halder, Nuremberg testimony
  5. Paula Martinac, « Were there any gay Nazis? », Q.co.za,‎ juin 2002 (consulté en 2007-02-15)