Karl Boès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl Boès

Karl Boès (1866-1914) est un éditeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peu après la mort de Léon Deschamps le 28 décembre 1899, son fondateur et directeur, la revue La Plume tombe aux mains de Karl Boès. Il publiera en particulier les contributions du poète Saint-Pol-Roux.

D'aucuns jugent que la mort de Léon Deschamps précipita le déclin de La Plume. Nul doute, c'était, comme Alfred Vallette, un excellent directeur de revue. Mais il faut rendre hommage à Karl Boès. Sa Plume eut, tout de même, quelques numéros magnifiques.

Karl Boès mit la revue La Plume au service de la défense de Laurent Tailhade en diffusant le 11 octobre 1901 le texte d'une protestation ainsi libellée : « Mon cher confrère, Une grave condamnation vient d'être prononcée par les juges de la 9e chambre contre notre confrère Laurent Tailhade. Pour un écrivain, la liberté de penser ne saurait se comprendre sans la liberté d'écrire. Nous vous demandons donc très instamment de protester avec nous contre cette atteinte à la liberté de penser... Les soussignés, écrivains et artistes, ne jugeant pas l'article incriminé mais agissant au nom des droits de la Pensée, protestent énergiquement contre la condamnation de leur confrère Laurent Tailhade. »

Parmi les signataires de grands noms comme Paul Adam, Alphonse Allais, Félix Fénéon, Émile Zola et bien d'autres…

La Plume reparut en 1911 et vécut sa deuxième vie jusqu'à la veille de la guerre.

Liens externes[modifier | modifier le code]