Karen Carpenter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Karen Carpenter

Description de cette image, également commentée ci-après

Karen et Richard Carpenter à la Maison Blanche,
le 1er août 1972.

Informations générales
Nom Karen Carpenter
Naissance
New Haven (Connecticut)
Décès (à 32 ans)
Downey (Californie)
Activité principale Chanteuse, musicienne
Genre musical Pop
Instruments Batterie
Années actives 1965-1983
Labels A&M

Karen Anne Carpenter (née le à New Haven et morte le à Los Angeles) est une chanteuse américaine, connue pour avoir constitué avec son frère Richard Carpenter le duo The Carpenters.

Elle souffrait d'anorexie mentale, une maladie peu connue à l'époque, et mourut à l'âge de 32 ans d'un arrêt cardiaque, plus tard attribué aux complications dues à sa maladie.

Les compétences de Karen Carpenter à la batterie étaient considérables, bien qu'elle ait été plus connue pour ses capacités vocales.

Enfance[modifier | modifier le code]

Karen Carpenter est née à New Haven, fille d' Agnès Reuwer (née Tatum) et Harold Bertram Carpenter[1]. Dans sa jeunesse, elle aimait jouer au baseball avec d'autres enfants dans la rue. Dans l'émission de TV This Is Your Life (en), elle fit état qu'elle aimait surtout lancer les balles [2]. Plus tard, au début des années 1970, elle allait devenir effectivement le lanceur officiel de l'équipe des " Carpenters'softball team" (une variante du baseball, qui se joue avec une balle plus grosse et moins dure)[3]. Son frère Richard développa surtout dès son plus jeune âge un intérêt pour la musique et devint un enfant prodige pour le piano. En 1963, la famille Carpenter déménagea vers Los Angeles et séjourna dans une banlieue nommée Downey.

Quand Karen Carpenter entra au Downey High School (en), elle rejoignit l'orchestre de l'école. Le chef de la formation (qui avait précédemment remarqué son frère ainé Richard) lui confia le glockenspiel, un instrument qu'elle n'aima pas. Après avoir admiré les performances de son ami, Frankie Chavez, elle demanda si elle aussi pouvait jouer de la batterie à la place du xylophone. Avec son frère, ils fient leur premier enregistrement en 1965 et 1966.

L'année suivante, elle commença à faire un régime. Elle faisait alors 163 cm et pesait avant son régime 75 kg mais après seulement 60 kg et ce jusqu'en 1973,mais quand la carrière des Carpenters atteint son sommet. En septembre 1975, son poids n'était que de 45 kg [4].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

De 1965 à 1968 Karen, son frère Richard Carpenter, et un de ses amis de collège Wes Jacobs, un bassiste et joueur de tuba , formèrent le trio The Richard Carpenter Trio. L'orchestre jouait du jazz dans de nombreux night-clubs et ils apparurent à la Télé dans des émissions à la recherche de nouveaux talents intitulée Your All-American College Show. Karen, Richard et d'autres musiciens, comprenant Gary Sims et John Bettis, se produisirent dans un groupe connu sous le nom de Spectrum. Ce groupe, Spectrum se caractérisait par des sonorités harmonieuses et des vocalises .Ils enregistrèrent de nombreuses bandes sonores de démonstration dans le garage de leur ami le bassiste Joe Osborn (en). Nombre de ces bandes sonores furent rejetées et selon l'un des membres fondateurs des "Carpenters" John Bettis, ces rejets "firent beaucoup de dégâts."[5]. Les enregistrements des sessions initiales furent perdus dans un incendie qui toucha la maison de Joe Osborn, et les versions de ces premières chansons, qui survécurent au sinistre, persistent uniquement sur des disques pressés en acetate [6]. Finalement le label A&M Records signa avec les Carpenters un contrat pour enregistrer en 1969. Karen y chantait la majorité des chansons de la bande du premier album intitulé Offering (plus tard renommé Ticket to Ride (album)), et pour sa part, son frère Richard, écrivit 10 des 13 chansons de l'album. Le single (qui donna le titre de la piste), était une allusion à la chanson des Beatles ,et fut leur premier single, qui atteint le 54e rang au hit-parade Billboard Hot 100. Leur album suivant en 1970's Close to You, comporta deux succès importants : "(They Long to Be) Close to You"et "We've Only Just Begun (en)". Ils atteignirent respectivement les 1er et 2e place au hit 100.

Karent Carpenter débuta donc, à la fois comme batteur et chanteuse du groupe, et au début elle chanta toutes ses parties vocales de derrière ses instruments. Du fait de sa petite taille (1,63 m), il était difficile pour le public de l'apercevoir derrière sa série de caisses et il fallut la persuader de se tenir près du micro pour chanter les succès de la formation pendant qu'un autre musicien jouait de la batterie. Ce fut d'abord Mouseketeer et Cubby O'Brien (en) s'occupa des autres percussions pendant de nombreuses années. Après la parution de l'album Now & Then (The Carpenters album) (en) en 1973, les albums tendirent à représenter Karen Carpenter chantant le plus souvent et jouant plus rarement de la batterie . À cette époque son frère Richard développa une addiction au Quaalude (méthaqualone). Les Carpenters durent annuler fréquemment les dates de leurs exhibitions et ils arrêtèrent les tournées après le 4 septembre 1978, et le concert au MGM Grand Las Vegas à Las Vegas. En 1981 après la parution de l'album Made in America (Carpenters album) (en) (qui fut leur dernier album), les Carpenters remontèrent encore sur la scène et firent quelques concerts, et en particulier à l'occasion de leur dernière apparition en live au Brésil.

Reconnaissance de sa dextérité à la batterie[modifier | modifier le code]

Karen Carpenter commença à jouer de la batterie en 1964. Elle fut toujours enthousiaste à propose des percussions et enseignait elle-même comment exécuter des partitions complexes avec une «  signature personnelle », selon les dires de son frère[5]. Les solos de batterie de Karen Carpenter étaient appréciés par ses collègues batteurs comme Hal Blaine, Cubby O'Brien (en), Buddy Rich[7] et par la rédaction de Modern Drummer (en) magazine[8]. Karen Carpenter toujours comme un « batteur qui chante »."Malgré cela elle n'est pas souvent représentée à la batterie sur les albums des Carpenters. Ce fut le seul batteur de l'album Ticket to Ride et dans les chansons Mr. Guder et Please Mr. Postman. Le rôle de batteur dans l'entourage des Carpenters fut aussi tenu principalement par Hal Blaine quand elle passa devant la batterie sur l'avant de la scène [9].

L'album en solo[modifier | modifier le code]

En 1979 Richard pris une année pour traiter sa dépendance au Quaalude[10], et Karen décida de faire un album en solo avec le producteur Phil Ramone. Son travail en solo fut très différent des prestations habituelles des Carpenters, consistant en chansons plus orientées vers les adultes et le rythme disco/dance avec des voix plus sensuelles, en utilisant le registre vocal plus élevé de Karen. Le projet rencontra une réponse mitigée de la part de Richard et de l'équipe du producteur A&M au début de 1980. L'album mit en attente (en rayon) par " A&M CEO" et Herb Alpert, en dépit des attentes de Quincy Jones pour que certaines pistes soient remixées [11]. Le label A&M fit payer 400 000 $ aux Carpenters pour couvrir le coût de l'enregistrement de l'album solo de Karen non publié, qui était à prendre sur les revenus futurs du duo [12],[13]. Les fans des Carpenters eurent un avant-goût de l'album en 1989 quand certaines des pistes remixées par Richard) furent introduits dans l'album Lovelines, l'album final des Carpenters à partir de matériel non publié précédemment. En 1996, l'album entier, nommé Karen carpenter, comportant les arrangements approuvés par Karen avant sa mort et un bonus inédit, fut finalement publié en 1996.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Karen Carpenter vécut chez ses parents jusqu'à l'âge de 26 ans. Après l'arrivée du succès des Carpenters au début de 1970, elle et son frère achetèrent deux appartements à Downey pour faire un investissement financier. Précédemment nommé "Geneva", les deux complexes furent renommés "Only Just Begun" et "Close to You" en l'honneur des deux succès initiaux du duo. Les appartements sont situés au 8353 et 8356 de la 5e rue, à Downey, en Californie[14]. En 1976, les Carpenters achetèrent deux appartements dans le quartier Century City, formant un condominium. Localisé au 2222 Avenue des Stars, la sonnette carrillonait les 6 premières notes de We've Only Just Begun. Comme cadeau de bienvenue, leur mère leurs donna sa collection de livres de littérature classique reliée en cuir. Karen Carpenter collectionnait les Disney mémorables, aimait jouer au softball, au baseball, et comptait Petula Clark, Olivia Newton-John et Dionne Warwick parmi ses amies les plus proches.

Karen Carpenter sortait avec un certain nombre d'hommes bien connus comprenant Mike Curb, Tony Danza, Terry Ellis, Mark Harmon, Steve Martin et Alan Osmond (en)[11]. Après une romance enivrante, elle se maria avec un entrepreneur bien établi : Thomas James Burris le 31 août 1980, dans la pièce de Crystal Room du Beverly Hills Hotel. Burris, divorcé avec un fils de 18 ans, était plus âgé qu'elle de neuf ans. Une nouvelle chanson fut réalisée par Karen Carpenter pour la cérémonie : Touch Me When We're Dancing, Because We Are in Love, qui fut enregistrée en 1981. Burris dissimula à Karen Carpenter (qui voulait désespérément un enfant) le fait qu'il avait subi une vasectomie. Leur mariage ne survit pas à la supercherie[15]. Ils divorcèrent après 14 mois.

Les derniers mois[modifier | modifier le code]

Now, enregistré en avril 1982, fut la dernière chanson de Karen Carpenter qui fut enregistrée. Elle l'enregistra après un intermède de deux semaines pour une thérapie avec son psychothérapeute Steven Levenkron à New York pour traiter son anorexie, durant lesquelles elle avait perdu beaucoup de poids. Durant sa maladie, elle avait pris des médications à base d'hormones thyroidiennes (pour accélerer son métabolisme)[16] et des laxatifs[17]. Malgré sa participation à la thérapie, sa condition continua à se détériorer et continua à perdre du poids ce qui conduisit Karen Carpenter à appeler son psychothérapeute pour lui dire qu'elle se sentait faible, avait des vertiges et une arythmie des battements cardiaques. Finalement en septembre 1982, elle fut admise au Lenox Hill Hospital de New York et mise sous perfusion et traitement intraveineux, ce qui lui permit de reprendre rapidement du poids (15 kg) en 8 semaines. La prise soudaine de poids surchargea son cœur, qui était toujours faible après des années de régimes diététiques.

Karen Carpenter retourna en Californie en novembre 1982, déterminée à finaliser son divorce et elle commença un nouvel album avec Richard. Le 17 décembre 1982, Karen donna son dernier concert de chant dans la salle multifonction de la Buckley School (California) (en) dans le quartier de Sherman Oaks de Los Angeles, Californie, chantant Christmas carol pour les enfants, leurs camarades de classe qui étaient présents et d'autres amis . Le 11 janvier 1983, Karen fit sa dernière apparition en public pour une séance photos pour commémorer les vainqueurs passés des "Grammy Awards" pour célébrer le 25e anniversaire des "Award". Karen apparu quelque peu frêle et fatiguée mais selon Dionne Warwick, elle était vibrante et, s'exclamait à chacun, « Look at me! I've got an ass! »[18]

Le décès[modifier | modifier le code]

Le 4 février 1983, moins d'un mois avant ses 33 ans, Karen Carpenter présenta une défaillance cardiaque au domicile de ses parents à Downey, en Californie. Elle fut admise au Downey Community Hospital, où elle fut déclarée morte 20 minutes plus tard. Le procureur de Los Angeles donna comme cause de la mort des troubles du rythme cardiaque causés par les déséquilibres biologiques associés avec son anorexie mentale[19]. Selon le rapport de l'examen initial, le premier item était une défaillance cardiaque, et en second l’anorexie. Le troisième élément était la cachexie, avec un poids extrêmement faible et une faiblesse et une dégradation associé avec la chronicité de sa maladie. Son divorce était programmé pour être finalisé dans les jours qui suivaient. L'autopsie fit état de la mort de Karen Carpenter comme étant le résultat de la prise d'emetine dont la cardiotoxicité est à l'anorexie mentale, révélant qu'elle s'est empoisonnée elle-même avec du sirop d'ipeca, un émétique souvent utilisé pour induire des vomissements mais qui peut induire un empoisonnement en cas de surdosage [19]. L'utisation de sirop d'Ipéca par Karen fut contestée par Agnès et Richard, qui tous deux affirmèrent qu'ils n'avaient jamais trouvé de bouteilles vides d'Ipeca dans son appartement et dénièrent toute évidence de vomissements volontaires [20]. Richard a aussi exprimé qu'il croyait que Karen n'avait pas le désir d'ingérer du sirop d'ipeca à cause du risque potentiel des vomissements sur l'état de ses cordes vocales et qu'elle ne prenait que des laxatifs pour maintenir un poids corporel faible.

Les funérailles de Karen Carpenter eurent lieu le 8 février 1983, à l'église méthodiste de Downey. Habillée dans un ensemble rose, Karen Carpenter gisait dans un cercueil blanc ouvert. Plus de 1 000 personnes endeuillées passèrent devant pour lui dire au revoir, et en particulier, parmi ses amis Dorothy Hamill, Olivia Newton-John, Petula Clark, et Dionne Warwick. Le mari de Karen Carpenter dont elle était séparé; Tom attendait les funérailles, et retira son anneau de mariage et le mit dans le cercueil [11]. Elle fut enterrée au Forest Lawn Memorial-Parks & Mortuaries, en Californie, au pied d’un cyprès. En 2003, Richard Carpenter a fait ré-enterrer Karen près de ses parents, dans le mausolée de la famille Carpenter au Pierce Brothers Valley Oaks Memorial Park de Westlake Village, en Californie, qui est plus proche de sa maison du Sud de la Californie.

Après sa mort[modifier | modifier le code]

L'étoile des Carpenter à Hollywood Walk.

La mort de Karen Carpenter attira l'attention des médias sur l'anorexie mentale et aussi sur la boulimie. Dans les années qui ont suivi sa mort, un certain nombre de personnalités ont décidé de rendre publique leur désordre en rapport avec l'alimentation, parmi lesquelles les actrices Tracey Gold[citation nécessaire] et Diana Spencer,la « princesse de Gales »[21]. Les centres médicaux et les hôpitaux ont commencés à recevoir de nombreux appels concernant ces troubles. Le public en général avait peu de connaissance sur l'anorexie mentale et la boulimie avant la mort de Karen Carpenter, rendant les conditions de l'identification et du traitement difficile[11]. Sa famille a créé une fondation : "Karen A. Carpenter Memorial Foundation", qui recueille de l'argent pour la recherche sur l'anorexie mentale et les désordres alimentaires. Actuellement le nom de l'organisation a été modifié en "Carpenter Family Foundation". En plus des désordres alimentaires, la fondation finance maintenant les arts, les spectacles et l'éducation. Le 12 octobre 1983, les Carpenters ont été gratifiés d’une étoile sur le Walk of Fame. Elle est située au 6931 Hollywood Blvd., à quelques pas du théâtre Kodak[22]. Richard, Harold et Agnes Carpenter assistèrent à l’inauguration, ainsi que de nombreux fans.

En 1987 le directeur de cinéma Todd Haynes utilisa les chansons de Richard et Karen dans son film Superstar: The Karen Carpenter Story. Le film de Haynes fait le portrait des Carpenters avec des poupées Barbie, à la place d'acteurs vivants. Le film fut ensuite retiré de la distribution après que Richard Carpenter eu gagné un procès concernant les royalties sur les chansons ; Haynes n'a pas obtenu la permission légale d'utiliser les enregistrements des Carpenters.

Le 1er janvier 1989, un titre identique réalisé pour la télé The Karen Carpenter Story paru sur CBS avec Cynthia Gibb dans le rôle du titre . Gibb fit une interprêtation mimée de l'enregistrement de la chanson des Carpenter, à l'exception de The End of the World. Les deux films utilisent la chanson This Masquerade en arrière-fond en montrant de mariage de background while showing Carpenter's marriage à l'enterrement.

Accolades[modifier | modifier le code]

  • 1975 – Dans le numéro annuel du scrutin d'opinion du magazine Playboy, ses lecteurs ont voté pour Karen Carpenter comme le meilleur batteur de rock de l'année. Apparemment cela a beaucoup fâché John Bonham du groupe Led Zeppelin qui arriva second. Il a dit « I'd like to have it publicised that I came in after Karen Carpenter in the Playboy drummer poll! She couldn't last ten minutes with a Zeppelin number ».[23]
  • 1999 – VH1 classa Karen Carpenter au 29e rang de liste des 100 plus importantes femmes du rock and roll[24].
  • 2008 – Rolling Stone classa Karen Carpenter au 94 rang de sa liste des 100 plus grandes chanteuse de tous les temps [25].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Solo albums[modifier | modifier le code]



Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coleman, Ray. The Carpenters: The Untold Story (HarperCollins, 1994), p. 29-33.
  2. This Is Your Life, 1970
  3. E! Channel, "True Hollywood Story - Karen Carpenter"
  4. Randy L. Schmidt, Dionne Warwick Little Girl Blue: The Life of Karen Carpenter
  5. a et b Close to You: Remembering the Carpenters
  6. Richard Carpenter's notes on the 'From The Top' collection
  7. BBC Singing drummers
  8. « Karen Carpenter site », sur Leadsister.com (consulté en 2012-02-22)
  9. [1]
  10. Coleman, p. 242.
  11. a, b, c et d Coleman.
  12. Coleman, p. 274.
  13. Phil Ramone, E! Channel, True Hollywood Story — Karen Carpenter.
  14. Google maps has a street view of both apartments [2] [3] de part et d'autre de la rue avec leur nom au-dessus de l'entrée .
  15. NPR "All Things Considered", 4 février 2013
  16. The Carpenters The Untold Story by Ray Coleman
  17. Dr. Dave Krainacker, « Anorexia and Karen Carpenter », Queen City News,‎ 2006-03-22 (lire en ligne)
  18. Schmidt, p. 271
  19. a et b Randy Schmidt, « Karen Carpenter's tragic story », sur 'The Guardian',‎ 24 octobre 2010 (consulté le 24 décembre 2010)
  20. Carpenters: The Untold Story by Ray Coleman (book).
  21. Martin Bashir, « Interview with Princess Diana », sur BBC1 (consulté le 1 février 2012)
  22. « The Carpenters page - Hollywood Walk of Fame », sur Web.singnet.com.sg,‎ 1997-05-10 (consulté en 2012-02-22)
  23. John Bonham: The Powerhouse Behind Led Zeppelin by Mick Bonham, Southbank Publishing, 2005. ISBN 1-904915-11-6 ISBN 978-1-904915-11-9
  24. « VH1: 100 Greatest Women of Rock & Roll », sur Rock On The Net (consulté en 2012-02-22)
  25. « 2008 Rolling Stone Magazine's list of 100 Greatest Singers of All Time », sur Rollingstone.com (consulté en 2012-02-22)