Karel Niessen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photo en noir et blanc. Devant un immeuble, plusieurs hommes debout font face à l'appareil-photo.
À Leyde aux Pays-Bas en 1926, au laboratoire de Heike Kamerlingh Onnes.
À l'avant, de gauche à droite : George Uhlenbeck, Helmut Hönl, Henri Bernard Joseph Florin, (étudiant), Adriaan Fokker, Hendrik Anthony Kramers et Samuel Goudsmit.
À l'arrière, de gauche à droite et en zigzaguant de l'avant vers l'arrière : Karel Niessen, Paul Dirac, (étudiant), Robert Oppenheimer, Polak, (étudiant), Tatyana Afanasyeva (épouse de Paul Ehrenfest), Paul Ehrenfest et Jan Woltjer[1].

Karel Frederik Niessen (1895 à Velsen, Pays-Bas[2] - 1967) est un physicien théoricien néerlandais. Il est connu pour ses contributions à la mécanique quantique, notamment le modèle Pauli-Niessen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Karel Niessen commence ses études en physique à l'université d'Utrecht en 1914. En 1922, il obtient son Ph.D sous la supervision de L. S. Ornstein[2]. De 1921 à 1928, il est assistant à la même universté, il poursuit cependant, de 1925 à 1929, ses études post-doctorales à l'université Louis-et-Maximilien de Munich sous la supervision d'Arnold Sommerfeld, grâce à une bourse de la Fondation Rockefeller. Il profite aussi d'une bourse de la même fondation pour continuer des études, de 1928 à 1929, à l'université du Wisconsin à Madison.

En 1922, la thèse doctorale de Niessen[3] et la thèse doctorale augmentée de Wolfgang Pauli[4] étudient l'ion moléculaire d'hydrogène selon le modèle de Bohr-Sommerfeld. Leur approche est appelée le « modèle Pauli-Niessen »[5]. Leurs travaux démontrent les failles des modèles courants en mécanique quantique, et donnent l'élan pour explorer d'autres voies[6],[7], ce qui mène à la création de la mécanique matricielle de Werner Heisenberg et Max Born en 1925 et à la création de la mécanique ondulatoire par Erwin Schrödinger en 1926.

Lorsque Niessen retourne aux Pays-Bas en 1929, il obtient un poste de physicien théoricien chez Philips à Eindhoven, qu'il occupera le restant de sa vie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

(Liste incomplète)

  • (de) Niessen, Zur Quantentheorie des Wasserstoffmolekülions, Utrecht, Université d'Utrecht,‎ 1922
    Thèse de doctorat. Information tirée de Mehra et Rechenberg 2001, p. 932.
  • (de) K. F. Niessen, « Zur Quantentheorie des Wasserstoffmolekülions », Annalen der Physik, vol. 70, no 129-134,‎ 1923 (DOI 10.1002/andp.19233750205)
  • (de) Niessen, « Ableitung des Planckschen Strahlungsgesetzes für Atome mit zwei Freiheitsgraden », Annalen der Physik, vol. 75, no 743–780,‎ 1924 (DOI 10.1002/andp.19243802305)
  • (de) K. F. Niessen, « Die Energieberechnung in einem sehr vereinfachten Vierkörperproblem », Zeitschrift für Physik, vol. 43, no 9-10,‎ 1927, p. 675-693 (DOI 10.1007/BF01397330)
  • (de) K. F. Niessen, « Überdie annähernden komplexen Lösungen der Schrödingerschen Differentialgleichun für den harmonischen Oszillator », Annalen der Physik, vol. 85,‎ 1928, p. 487-514 (DOI 10.1002/andp.19283900502)
    Tel qu'indiqué dans Jammer 1966, p. 279.
  • (en) K. F. Niessen, « On the Saturation of the Electric and Magnetic Polarization of Gases in Quantum Mechanics », Phys. Rev., vol. 34,‎ 1929, p. 253-278 (DOI 10.1103/PhysRev.34.253)
  • (de) K. F. Niessen, « Ein Gas in gekreuzten Feldern nach der Quantenmechanik », Zeitschrift für Physik, vol. 58, no 1-2,‎ 1929, p. 63–74 (DOI 10.1007/BF01347931)
  • (de) K. F. Niessen, « Über das akustische analogon der sommerfeldschen oberflächenwelle », Physica, vol. 8, no 3,‎ 1941, p. 337-343 (DOI 10.1016/S0031-8914(41)90074-5)
  • (en) K. F. Niessen, « On one of Heisenberg's hypotheses in the theory of specific heat of superconductors », Physica, vol. 16, no 2,‎ 1950, p. 77-83 (DOI 10.1016/0031-8914(50)90065-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) ESVA, « Catalog #: Uhlenbeck George E1 », Emilio Segrè Visual Archives,‎ 2014 (consulté le 20 janvier 2014)
  2. a et b (nl) Informations sur Niessen sur le site de l'université d'Utrecht
  3. Niessen 1922.
  4. (de) W. Pauli, « Über das Modell des Wasserstoffmolekülions », Ann. D. Phys., vol. 68, no 4,‎ 1922, p. 177-240
  5. (en) H. C. Urey, « The Structure of the Hydrogen Molecule Ion », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, Johns Hopkins University, vol. 11,‎ 1925, p. 618-21 (lire en ligne)
  6. Mehra et Rechenberg 2001, p. 850-851.
  7. (en) Enz Charles Paul, No Time to be Brief: A Scientific Biography of Wolfgang Pauli, Oxford University Press,‎ 11 juin 2010, 584 p. (ISBN 978-0199588152, présentation en ligne, lire en ligne), p. 67-69

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Max Jammer, The Conceptual Development of Quantum Mechanics, McGraw Hill,‎ 1966
  • (en) Jagdish Mehra et Helmut Rechenberg, The Historical Development of Quantum Theory, vol. 5 : Erwin Schrödinger and the Rise of Wave Mechanics. Part 2 The Creation of Wave Mechanics: Early Response and Applications 1925 - 1926., Springer,‎ 2001 (ISBN 0-387-95180-6)