Karel Dujardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dujardin.

Karel Dujardin

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait supposé de Dujardin

Naissance septembre 1626
Amsterdam
Décès 20 novembre 1678
Venise
Nationalité néerlandaise
Provinces-Unies Provinces-Unies
Activités peintre,
graveur
Maîtres Nicolaes Berchem (?),
Paulus Potter (?)
Influencé par Pieter Van Laer
Influença Jean-Antoine Constantin,
Philibert-Louis Debucourt,
Jean-Louis Demarne,
R. Doorenbos,
Claude Gillot,
Nicolas Antoine Taunay,
Lodewijk Tieling
Les Charlatans italiens, 1657 (Musée du Louvre).

Karel Dujardin[1] (Amsterdam, baptisé le 27 septembre 1626 - Venise, 20 novembre 1678) est un peintre et graveur néerlandais (Provinces-unies) du siècle d'or, connu pour ses paysages italianisants. Il fit partie des Bamboccianti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Karel Dujardin est baptisé le 27 septembre 1626 à l’église luthérienne d’Amsterdam[2].

Bien que l'on ne dispose pas d'éléments certains permettant de dire auprès de qui il fit son apprentissage, on cite fréquemment à ce sujet les noms de Nicolaes Berchem[3] et Paulus Potter.

Selon certains[4], il aurait fait, entre 1646 et 1652, un premier voyage en Italie, mais il y a lieu d'en douter, étant donné l’âge qu’il devait avoir à cette époque. Vers 1648-1649, il part pour Lyon[5] où, si l'on en croit Arnold Houbraken, il se serait couvert de dettes et aurait épousé la femme qui l’hébergait pour s’en sortir ; une histoire qui semble elle aussi assez peu crédible.

Dujardin se fixe ensuite à Paris : en 1649, il habite rue des Petits-Champs. Peu de temps après, on retrouve sa trace à Amsterdam, où il signe un acte en date du 29 août 1650 ; il y est présenté comme un marchand faisant route pour Paris[5]. En 1650, il épouse dans la ville française une dénommée Susanna Van Roy.

En février 1651, Dujardin se rend de nouveau à Amsterdam ; il y est encore renseigné en 1652 et en septembre 1655[6]. Quelques années plus tard, il est à La Haye où, le 21 octobre 1656, il participe à la fondation de la corporation de peintres Pictura et devient membre de la Schutterij[7]. En octobre 1657, il réalise un tableau pour la guilde[8] et retourne, fin 1658, début 1659, à Amsterdam[9].

Le 24 mars 1675, il part vers l’île de Texel et, le 2 août, y embarque pour un voyage à destination de l’Italie. Il passe par Dunkerke (le 2 août), Douvres, Portsmouth (27 août), ensuite l'archipel des Berlengas (23 septembre), Cadiz (27 septembre) et Tanger (5 octobre). Le 6 octobre, il franchit Malaga et débarque à Alger huit jours plus tard. Il arrive enfin à Rome avant que l’année ne se soit écoulée[10]. Sa présence à Rome est signalée en 1675, 1676 et 1678. Là, il aurait été membre des Bentvueghels, qui lui auraient donné le surnom de « Bokkebaard »[11] (« Barbe de bouc ») ; toutefois, d’après Houbraken, Dujardin reçut ce surnom sans pour autant avoir fait partie de la confrérie[12].

En 1678, il se rend à Venise, où il meurt le 20 novembre de la même année[10].

Selon Houbraken, Dujardin aurait eu pour élève Jacob Van der Does (1654-1699), deuxième du nom[13].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Dujardin aborda des genres variés. À côté de ses paysages pastoraux, il exécuta également des portraits et des scènes historiques et bibliques, des représentations d’animaux et des bambochades. Il est resté célèbre surtout pour son portrait de Michiel de Ruyter, qu’il rencontra à plusieurs reprises, et pour Les Charlatans italiens, tableau qui se trouve aujourd’hui au Musée du Louvre, et qui fut gravé par Boissieu. Dujardin lui-même grava à l'eau forte avec succès et publia, en 1652, un recueil de paysages composé de cinquante-deux planches.

Au Musée Jeanne d'Aboville de La Fère, dans l'Aisne, le Paysage avec personnages, inspiré par la campagne romaine, constitue un autre exemple de « tableau pastoral » intéressant dans la carrière de Dujardin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plusieurs variantes de la graphie de son nom ont été recensées : Karel Du Gardijn, Karel Du Gardin, Karel Du Jardin, Carel Dujardin, Carel du Gardijn, Karel Du Jardin, Carel Du Sjardyn (Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie - RKD).
  2. Dans un document daté du 16 mai 1672, Dujardin est signalé comme étant âgé d’environ 50 ans ; c’est après publication de ce document que certains ont pu faire remonter sa date de naissance aux environs de 1622 : source J.M. Kilian (2005), p. 11, citée par le RKD.
  3. Selon A. Houbraken. – Cité par le RKD.
  4. G.J. Hoogewerff (1952), p. 93. – Cité par le RKD.
  5. a et b J.M. Kilian (2005), p. 7. – Citée par le RKD.
  6. J.M. Kilian (2005), p. 8. – Citée par le RKD.
  7. La Schutterij était une sorte de milice composée de volontaires qui exista aux Pays-Bas au Moyen Âge et jusqu'au début de l'époque moderne ; elle avait pour rôle de protéger les villes.
  8. J.M. Kilian (2005), p. 8-9. – Citée par le RKD.
  9. J.M. Kilian (2005), p. 9. – Citée par le RKD.
  10. a et b J.M. Kilian (2005), p. 14. – Citée par le RKD.
  11. Bockbaert, Bokkebaart ou Bokkebaert (RKD).
  12. G.J. Hoogewerff (1952). – Cité par le RKD.
  13. RKD.

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir