Karel Bendl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bendl.

Karel Bendl

alt=Description de l'image Karel Bendl 01.jpg.
Naissance 16 avril 1838
Prague, Bohême, Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Décès 20 septembre 1897 (à 59 ans)
Prague, Bohême, Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Activité principale Compositeur, chef de chœur,
Activités annexes chef d'orchestre, organiste, pédagogue
Enseignement Conservatoire de Prague

Karel Bendl est un compositeur et chef de chœur tchèque, né le 16 avril 1838 à Prague en Bohême (actuelle République tchèque), et mort à Prague le 20 septembre 1897.

Biographie[modifier | modifier le code]

Monument à Prague (Bubeneč)

Karel Bendl a été initié à la musique par son grand-père qui lui a enseigné le piano. Il a appris le métier de gantier tout en obtenant en 1858 ses diplômes à l'école d'orgue de Karl Pietsch, où a été également éveillé son intérêt pour les nouvelles interprétations chorales, à deux voix ou polyphoniques. Un an avant sa sortie de l'école, il y a rencontré et a noué des liens d'amitiés avec Antonín Dvořák. Il avait déjà composé un certain nombre de petites œuvres chorales. En 1861 son lied Poletuje holubice a obtenu un prix et il a été immédiatement reçu très favorablement par les sociétés chorales locales. En 1864, Bendl a rejoint Bruxelles, où pendant un court moment, il a occupé le poste de second chef à l'opéra. Il s'est ensuite rendu à Amsterdam et à Paris. À Paris, il a été influencé par les œuvres pour la scène de Charles Gounod et Ambroise Thomas et tout particulièrement de Giacomo Meyerbeer.

En 1865, il est de retour à Prague et prend la suite de Bedřich Smetana comme chef de la société chorale appelée Hlakoe; il a occupé ce poste jusqu'en 1879, lorsque le Baron russe Dervies l'a engagé comme maître de chapelle de sa chapelle privée à Lugano et Nice. En 1881, il séjourne à Milan. Après son retour à Prague, il publie une série de petites pièces de salon de compositeurs célèbres. Il écrit également des recueils de petites pièces pour chœur d'hommes, qui sont édités sous le nom de Hlahol.

Après le départ d'Antonín Dvořák pour les États-Unis en 1894, Bendl a repris sa classe de composition au Conservatoire de Prague. Il a occupé ce poste jusqu'à sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Lejla, le premier opéra de Bendl, a connu le succès en 1868. Il a été suivi par Břetislav a Jitka (1870), Starý ženich, un opéra-comique (1883), Karel Škréta (1883), Dítě Tábora (1892), et Máti Míla (1891). Les autres opéras de Bendl sont Indická princezna, Černohorci, Čarovný květ et Gina. Sa ballade Švanda dudák a obtenu une grande popularité. Il a publié une messe en ré mineur pour voix d'hommes et une autre messe pour chœur mixte; deux cantiques sur "Ave Maria"; une sonate pour violon et un quatuor à cordes Op.119 en fa majeur; il a aussi écrit une grande quantité de mélodies et de chœurs, dont beaucoup sont considérés comme des biens précieux nationaux de la Bohême.

Opéras[modifier | modifier le code]

Opérette[modifier | modifier le code]

  • Indická princezna, (1876-77, Prague le 26 août 1877)

Singspiele[modifier | modifier le code]

Ballet[modifier | modifier le code]

Cantates[modifier | modifier le code]

  • Švanda dudák, (1895-96, Prague le 29 avril 1907)
  • Národ sobě, (cantate)

Pièces vocales[modifier | modifier le code]

  • 6 písní z Rukopisu královédvorského, (1875)
  • Cigánské melodie, (texte Adolfa Heyduka (1881)
  • Cypřiše, (texte Gustav Pfleger Moravský (1882)
  • Písně v národním tónu, (1882)
  • Dětské písně, (1880)
  • Květy lásky, (1883)
  • Za šera, (texte Vítězslav Hálek, (1884)
  • Skřivánčí písně, (texte Josef Václav Sládek, (1886)
  • 12 milostných písní, (1891)
  • Album písní, (10 albums)
  • Slavín, (4 adaptations des livres de chansons folkloriques de l'Organisation des Nations slaves)
  • 10 dvojzpěvů pour soprano et alto
  • Patero dvojzpěvů pro ženské hlasy, (texte Vítězslav Hálek)
  • V přírodě, (12 duos sur des textes de Vítězslava Hálka)

Pièces chorales[modifier | modifier le code]

Plus de 300 dont :

  • Umírající husita, (1869)
  • Kališníci, (1870)
  • Smrt Prokopa Velikého, (1871)
  • Po bitvě na Bílé hoře, (1872)
  • Ebrejská elegie, (1874)
  • 6 zpěvů na slova Hálkova, (1871)
  • Zlatá hodinka, (1881)
  • Obžínky, (1887)

Pièces Instrumentales[modifier | modifier le code]

  • Tarantella, (1881)
  • Jihoslovanská rhapsodie (1881)
  • Slavnostní pochod, (1881)
  • Dithyramb, (1887)
  • Capriccio, (1887)
  • Koncertní polonéza
  • Svatební průvod
  • Slavnostní předehra
  • Dithyramb a Preludium
  • Scherzo und Romanze, pour violon et orchestre.

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

Musique sacrée[modifier | modifier le code]

  • Messe en ré mineur pour voix d'hommes
  • Messe pour chœur mixte
  • Ave Maria, avec orgue

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionnary of Musicians »], t. 1, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1995 (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-06510-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]