Karamoja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Map of Karamoja

Le Karamoja est une province frontalière située au nord-est de l'Ouganda. Elle se compose de cinq districts: Nakapiripirit, Moroto, Abim, Kotido et Kaabong. À l'extrême nord de la province se trouve la frontière avec le Soudan du Sud et le parc national de Kidepo; au sud-est le parc national du Mont Elgon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Karamoja s'étend sur 27 900 km² (10 % du territoire ougandais). C'est une région de plaines semi-arides en proie à un climat difficile et de faibles niveaux de précipitation annuelle. La flore est composée de savane, périodiquement recouverte d'herbes hautes, de plantes épineuses; les zones boisées se font de plus en plus rares à cause de la déforestation. L'altitude moyenne des plaines est de 1 400 mètres au-dessus de niveau de la mer. Les montagnes (Mont Kadam, Mont Napak, Mont Moroto) se situent à la périphérie de la région Karamoja et s'élèvent à plus de 3 000 mètres.

En 2000, les sites de Napak et à Moroto révèlent à une équipe paléontologique française et ougandaise un nouveau genre de grand singe, Ugandapithecus major, genre éteint de l'ordre des primates comme Proconsul et Morotopithecus âgé de 20 millions d'années. Il s'agit d'un catarrhinien herbivore se suspendant aux arbres et vivant au miocène[1]. En 2011, un crâne complet d'un subadulte (10 ans) d'un Ugandapithecus major est mis à jour par la même équipe. Selon Martin Pickford, c'est la première fois que l'on découvre un crâne complet d'un grand singe de cette époque[2].

Population[modifier | modifier le code]

La région Karamoja est peuplée de plusieurs groupes ethniques, organisés en tribus au mode de vie agro-pastoraliste:

- Karamojong (ou Karimojong) : les Karamojong, de langue Ngakarimojong, forment la majorité de la population et sont eux-mêmes divisés en plusieurs tribus (Bokora, Pian, Jie, Matheniko); ils habitent à travers l'ensemble de la région. Les tribus karamojong font partie du "Karamoja Cluster" qui regroupe des tribus de pays voisins tels que les Turkana au Kenya, ou d'autres tribus au sud de l'Éthiopie et le Soudan du Sud.

- Pokot : les Pokot, qui ont leur propre langue, habitent le long de la frontière kényane, essentiellement dans les districts de Nakapiripirit, Moroto et Kotido. Leur culture et mode de vie est similaire à celui des Karamojong, bien qu'ils soient plus mobiles et pratiquent peu l'agriculture.

- Mountains tribes : les tribus des montagnes sont des tribus autochtones, qui pratiquent essentiellement l'agriculture. Lors des migrations des peuples karamojong, elles se sont regroupées dans les montagnes; elles ont leur propre culture et identité linguistique, toutefois, elles sont peu à peu intégrées aux tribus Karamojong. On compte les Ik, Kadama, Tepeth, Nyangia et Mening.

D'après le recensement de 2002 de la population nationale ougandaise, la population de la région Karamoja a crû à un taux moyen de 7,2 % de 370,423 en 1991 à 966,245 en 2002. L'Ouganda a le troisième taux de croissance démographique à travers le monde et la région Karamoja le plus grand taux à travers l'Ouganda...

Conflit armé[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs décennies, un conflit oppose le gouvernement et les tribus locales, qui possèdent des armes automatiques (AK-47) pour protéger leur bétail des attaques des tribus voisines. L’introduction massive d’armes automatiques depuis la fin des années 1970 a profondément transformé les pratiques traditionnelles de raid de bétail. Le gouvernement a relancé en 2006 une campagne de désarmement pour stopper les attaques, notamment aux régions frontalières de la région Karamoja, comme dans la région Teso, où de larges populations ont trouvé refuge dans des camps de déplacement. Les méthodes souvent violentes de désarmement par le gouvernement ont attiré l'attention des organisations de défense des droits de l'homme.

Les trafics d’armes régionaux contribuent largement à infiltrer des armes dans la région Karamoja. Les gouvernements nationaux essaient d'accroître leurs efforts de coopération pour mettre un terme aux réseaux internationaux de trafiquants.

Indicateurs de développement humain[modifier | modifier le code]

Les conditions de vie dans la région Karamoja se sont détériorées du fait de plusieurs facteurs liés les uns aux autres, par exemple les conditions climatiques difficiles, l'insécurité, la marginalisation, l'illétrisme, la pauvreté du système de santé publique, etc. Moroto et Nakapiripirit ont, dans le classement IDH des pays, le chiffre le plus bas à 0.183, comparé à une moyenne nationale de 0.4491 en Ouganda.

L'histoire de la région reste marquée par la Grande Famine de 1979/80 au cours de laquelle environ 21 % de la population a succombé, et 60 % des nouveau-nés. Depuis cette époque, la région fait face à une insécurité alimentaire chronique et le Programme alimentaire mondial (PAM) apporte une aide alimentaire permanente à une grande partie de la population.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brigitte Senut, Martin Pickford, Dominique Gommery et Yutaka Kunimatsu, « Un nouveau genre d’hominoïde du Miocène inférieur d’Afrique orientale : Ugandapithecus major (Le Gros Clark & Leakey, 1950) », Comptes Rendus de l’Académie des Sciences - Series IIA - Earth and Planetary Science, vol. 331, no 3,‎ 15 août 2000, p. 227-233
  2. « KAMPALA - Un crâne de grand singe vieux de 20 millions d'années découvert en Ouganda », sur 20 minutes,‎ 2 août 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]