Kango

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kango
Blason de Kango
Héraldique
Vue du lac de Kango
Vue du lac de Kango
Administration
Pays Drapeau du Gabon Gabon
Province Estuaire
Département Komo
Maire Pierre Nze Ona
Démographie
Population 2 089 hab. (est. 2012)
Géographie
Coordonnées 0° 09′ 50″ N 10° 07′ 00″ E / 0.16376, 10.116690° 09′ 50″ Nord 10° 07′ 00″ Est / 0.16376, 10.11669  
Altitude 30 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gabon

Voir la carte administrative du Gabon
City locator 14.svg
Kango

Géolocalisation sur la carte : Gabon

Voir la carte topographique du Gabon
City locator 14.svg
Kango

Kango[1] est une ville du Gabon, chef-lieu du département du Komo dans la province de l'Estuaire. Selon des estimations de 2012, la ville compte 2 089 habitants.

Situation Géographique[modifier | modifier le code]

La ville est située sur le fleuve Komo. Elle a également un accès à la route N1, qui relie Libreville à Tchibanga.

Une station la relie au Transgabonais, à l'endroit où il traverse l'estuaire du Gabon.

Kango est connue pour la vie sauvage qui entoure la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Kango est le résultat de migrations de plusieurs peuples gabonais à la croisée des fleuves Ogooué et Komo mais aussi à la croisée des provinces de l'Estuaire, du Moyen-Ogooué et du Woleu-Ntem. Sous la colonisation, cette localité fut le lieu d'un grand commerce d'ivoire entre les européens et les peuples Fangs, Sékiani, Mpongwè et Akelé.

Il existe plusieurs versions quant à l'origine du nom « Kango ».

Pour la première version, Kango serait la déformation du mot Ekang-Ngou qui signifie, en langue fang, le bouclier de guerre et l'armure. Les populations Fang, arrivées après les Akélés et les Sékiani bouleversèrent le commerce d'ivoire et l'occupation des terres. Après des affrontements, il semblerait que les Fangs aient érigé une grande barrière pour se protéger des attaques des autres peuples.[réf. nécessaire] Durant cette période de guerre un guerrier Fang du nom de Nzibe Nsie, de la tribu Bekwè, se serait illustré[2]. Il est considéré comme le fondateur du village Kango. Son corps fut d'ailleurs emporté durant la colonisation française. Le squelette de Nzibe Nsie se trouve encore au Musée de l'Homme à Paris.[réf. nécessaire]

Une autre version rapporte que Kango viendrait du mot « Camp Ango » du nom d'un notable de cette localité dont l'habitation servait d'indication pour les habitants. En effet, la maison d'Ango se situait au principal carrefour du village.

Politique[modifier | modifier le code]

Le maire de la ville de Kango est Pierre Nze Ona (PDG). Il a été élu en mars 2008. Le conseil départemental du Komo Kango est dirigé par Ndong Ondo Léon Paul.

À l'assemblée nationale, le département du Komo-Kango est représenté par trois députés (PDG) : Paulin Obame Nguema (Siège Komo), Jean-Blaise Ipedissy (siège Bokoué) et Michel Assoume Mba (siège Engong). Les prochaines élections législatives sont prévues en 2011.

Au sénat c'est le sénateur Gabriel Eyeghe Ekomie qui y siège pour le compte du PDG.

Économie[modifier | modifier le code]

Autrefois l'économie de Kango était très florissante. Les grande plantations de bananes plantains, d'hévéa et de palmier constituaient le tissu agricole de cette ville. L'économie forestière occupe une place importante dans cette économie. L'exploitation du bois a connu une forte croissance depuis les années 1950. En plus des grandes entreprises forestières implantées se développent de nombreuses coupes familiales. En attendant la construction du futur aéroport international d'Andem et la restructuration de la gare ferroviaire, l'économie de la ville repose en partie sur la pêche. Le débarcadère de Kango est le lieu d'une forte production de mâchoirons et crevettes d'eau douce très appréciés des gabonais.

Vue de la forêt de Kango

Culture éducation et sport[modifier | modifier le code]

L'essentiel des activités culturelles et sportives se fait au Collège d'Enseignement Secondaire (CES) Marcellin Ndong Bie. La place des fêtes abrite un espace sportif notamment d'un stade de football. C'est surtout la grande saison sèche (juillet-août) que Kango connait son effervescence. À l'occasion des retraits de deuil des danses traditionnelles sont organisées. À cette période se tiennent aussi des tournois de football et des manifestations socio-culturelles. À Kango se trouve aussi un site d'exploitation de la « pierre de Mbigou » qui sert à la fabrication de sculptures en pierre.

Bureau de poste de Kango

Tourisme et environnement[modifier | modifier le code]

Une luxuriante forêt et de nombreux cours d'eau dont le fleuve Komo et ses riches mangroves caractérisent la ville. La diversité des espèces végétales et animales permet aux visiteurs amoureux de cartes postales d'admirer des paysages magnifiques.

À quelques kilomètres du centre de la ville se trouve le Parc national des Monts de Cristal. À la frontière avec la province du Woleu-Ntem, ce parc de 1 190 km², offre de magnifiques paysages montagneux, paradis botanique contenant le plus grand nombre d'espèces en Afrique[3],[4].

Changement d'hémisphère : à environ 40 km de Kango, à la sortie d'Oyan, un grand panneau à droite indique que l'on franchit l'équateur.

Notes et références[modifier | modifier le code]