Berger d'Anatolie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kangal (chien))
Aller à : navigation, rechercher
Berger d’Anatolie
{{#if:
Image illustrative de l'article Berger d'Anatolie

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Région d’origine
Région Anatolie
Caractéristiques
Taille 71 à 81 cm
Poids 40 à 65 kg
Poil Court ou demi-long, dense avec un sous-poil épais ; variations

importantes dans la longueur selon le climat ; plus long et plus fourni au cou, aux épaules et aux cuisses. Le poil tend à être plus long en hiver.

Robe toutes les couleurs sont admises
Tête Région crânienne :

Crâne: Fort, mais proportionné au corps, large à la hauteur des oreilles, légèrement bombé. Les mâles adultes ont la tête plus large que les femelles. Stop: Légèrement marqué.
Région faciale :
Truffe: Noire, sauf chez les chiens dont la robe est de couleur foie (marron). Museau: Vue de dessus de forme presque rectangulaire. Profil tronqué, le museau s’amenuise très légèrement à l’extrémité. Lèvres: Très légèrement pendantes ; leur bord est noir. Le bord de la lèvre supérieure ne descend pas plus bas que la ligne inférieure de la mandibule ; commissure des lèvres serrées. Mâchoires/dents: Dents fortes, présentant un articulé parfait en ciseaux, c’est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées bien d’équerre par rapport aux mâchoires. Dentition complète.

Yeux Plutôt petits par rapport à la dimension du crâne, bien espacés;

la conjonctive n’est pas visible. Couleur : doré à marron selon la couleur de la robe. Bord des paupières noir sauf chez les chiens de couleur foie (marron).

Oreilles De grandeur moyenne, triangulaires, arrondies à l’extrémité,

elles tombent contre les joues ; elles se relèvent quand le chien est attentif.

Queue longue, attachée haut
Caractère Sage, hardi, fidèle, affectueux pour ses maîtres
Nomenclature FCI
  • groupe 2
    • section 2.2
      • no 331

Le berger d’Anatolie est une race de chien originaire, comme son nom l'indique, du plateau d'Anatolie en Turquie où le climat est de type continental, c’est-à-dire très chaud en été et très froid en hiver. Il est aussi appelé Kangal. La Fédération cynologique internationale le reconnaît sous son nom en turc, Çoban Köpeği, qui signifie simplement « chien de berger ».

Le berger d’Anatolie est un chien de garde des troupeaux très ancien. Il descend probablement des chiens de chasse puissants qui existaient en Mésopotamie. La race a évolué au cours des temps pour satisfaire une série spécifique de circonstances. Celles qui ont eu le plus d’influence sur la formation de la race sont le climat (étés très chauds et très secs, hivers très froids), la façon de vivre des populations (sédentarisées, semi-nomades, nomades) et le travail que l’on demande aux chiens (ils assurent la garde des troupeaux qui se déplacent sur de grandes distances sur le Plateau central de l’Anatolie). Les chiens sont dehors par tous les temps.

À l’origine, cette race était utilisée pour la garde des moutons ; dur au travail et actif, il supporte la chaleur et le froid extrême.

Description[modifier | modifier le code]

Aspect général[modifier | modifier le code]

Le berger d’Anatolie est de forte taille, bien planté, grand, puissant de construction. C'est un chien de garde de troupeaux, à la tête large et forte, doté d’un poil double et dense. Il doit être à la fois grand et vigoureux. Il peut être très rapide.

  • Proportion importante : le museau est légèrement plus court que le crâne.
  • Comportement et caractère : sage et hardi, sans agressivité, de nature indépendante, très intelligent et docile, fier et sûr de lui. Fidèle et affectueux pour ses maîtres, mais méfiant envers les étrangers quand il est adulte.

Tête[modifier | modifier le code]

  • Grosse tête

Région faciale[modifier | modifier le code]

Vue de dessus de forme presque rectangulaire. De profil, il est tronqué.

  • Truffe : noire, sauf chez les chiens dont la robe est de couleur foie (marron).
  • Museau : le museau s’amenuise très légèrement à l’extrémité.
  • Lèvres : très légèrement pendantes ; leur bord est noir. Le bord de la lèvre supérieure ne descend pas plus bas que la ligne inférieure de la mandibule ; commissure des lèvres serrées.
  • Mâchoires et dents : dents fortes, présentant un articulé parfait en ciseaux, c’est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées bien d’équerre par rapport aux mâchoires.
  • Yeux : plutôt petits par rapport à la dimension du crâne, bien espacés et bien enfoncés dans l’orbite ; la conjonctive n’est pas visible.
  • Couleur : doré à brun selon la couleur de la robe. Bord des paupières noir sauf chez les chiens de couleur foie (marron).
  • Oreilles : de grandeur moyenne, triangulaires, arrondies à l’extrémité, elles tombent contre les joues ; elles se relèvent quand le chien est attentif.
  • Cou : légèrement galbé, puissant, musclé, de longueur modérée, plutôt épais.
  • Léger fanon

Corps[modifier | modifier le code]

Puissant, bien musclé, sans graisse superflue.

  • Ligne du dessus : horizontale, légèrement harpée à la hauteur du rein.
  • Dos : plutôt court, par rapport à la longueur des membres.
  • Poitrine : bien descendue jusqu’à la hauteur des coudes ; côtes bien cintrées, cage thoracique de longueur suffisante.
  • Ligne du dessous : ventre bien rentré.
  • Queue : longue, atteignant le jarret. Attachée relativement haut, au repos elle est portée bas et légèrement incurvée ; quand le chien est attentif, elle est portée haut avec l’extrémité enroulée sur le dos, spécialement chez les mâles.

Membres[modifier | modifier le code]

  • Membres antérieurs : biens séparés, droits, de bonne longueur et dotés d’une bonne ossature.
    • Épaule : bien musclée, omoplate oblique.
    • Coudes : au corps, ils jouent librement.
    • Métacarpes : solides ; vus de profil, légèrement inclinés.
  • Membres postérieurs : puissants, musculature pas trop épaisse. Vus de derrière les postérieurs sont d’aplomb.
    • Cuisse : longue.
    • Articulation du grasset : bien angulée.
  • Pieds : solides, avec les doigts bien cambrés. Ongles courts. Coussinets épais.

Allures[modifier | modifier le code]

Démarche remarquablement unie sans déplacement vertical du corps, de la tête et du cou, mouvement souple et de grande amplitude, donnant une impression de grande puissance comme un félin à l’approche de sa proie. L’amble est admis aux allures lentes. Les allures raccourcies ou relevées sont très répréhensibles.

Robe[modifier | modifier le code]

  • Poil : Court ou demi-long, dense avec un sous-poil épais ; variations importantes dans la longueur selon le climat ; plus long et plus fourni au cou, aux épaules et aux cuisses. Le poil tend à être plus long en hiver.
  • Couleur : toutes les couleurs sont admises.

Taille et Poids[modifier | modifier le code]

  • Hauteur au garrot[1] :
    • mâles 74 – 81 cm
    • femelles 71 – 79 cm.
  • Poids  :
    • mâles 50 – 65 kg
    • femelles 40 – 55 kg.

Défauts[modifier | modifier le code]

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

Défauts graves :

  • près de terre, lourd et lent, trop massif ; de construction trop légère, levretté ;
  • crâne plat ;
  • allures relevées, allures raccourcies, raides ;
  • poil trop long pendant.

Défauts éliminatoires :

  • museau trop court (un tiers de la longueur totale de la tête) ;
  • prognathisme supérieur ou inférieur ;
  • poil très court et lisse, sans sous-poil.

Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Caractère[modifier | modifier le code]

Le Berger d'Anatolie est connu pour être « le chien le plus puissant du monde ». Dans les plaines d'Anatolie, il n'hésite pas à s'attaquer aux loups qui s'approchent trop près du troupeau.

Le Berger d'Anatolie possède une mâchoire extrêmement puissante, celle-ci peut exercer une pression allant de 700kg/cm² jusqu'à 1100kg/cm² pour certaines race venant de plateau d'Anatolie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis des siècles, le paysan turc des hauts plateaux anatoliens dépendait en partie de l'élevage pastoral pour assurer sa subsistance. Face aux attaques des loups, des ours et autres animaux, il a donc naturellement utilisé et sélectionné les meilleurs chiens pour la sécurité de son cheptel. Au fil des générations, le souci constant de posséder un chien puissant et courageux se joint à la sélection naturelle qui éliminait les spécimens les plus fragiles. Ces exigences ont amené à forger une race de chiens capables de tuer des loups ou de s’attaquer à des ours : le Berger d'Anatolie, par la sélection de la nature, était le seul chien répondant à ces exigences et les bergers turcs ne s’en séparèrent plus.

Selon les historiens turcs, le Berger d'Anatolie était pour la première fois utilisé au palais du sultan ottoman Murat IV (1623-1640) comme simple chien de garde. Le Berger d'Anatolie s’est illustré alors que celui-ci rencontra accidentellement le lion fétiche du palais. Les deux animaux s’observèrent puis se jetèrent dans un combat fort spectaculaire qui éveilla tout le palais. Le sultan, ébahi, insista pour voir ce duel de près.

Fort stupéfait, le sultan ordonna que les Bergers d'Anatolie soient immédiatement incorporés dans l'armée impériale turque. L’historien turc Evliya Çelebi (1834) mentionna : « des chiens aussi forts que des lions furent utilisés dès le XVIIe siècle par les troupes d'élite du sultan (janissaires) ».

L'époque ottomane (XV - début XXe siècle) ne semble pas avoir apporté de modification majeure dans la répartition des races de Bergers d'Anatolie. Si les cadres de l'aristocratie chassaient avec le lévrier turc, le " Tazi ", l'armée et particulièrement les Janissaires utilisaient des Bergers d'Anatolie très réputés dans le pays. Les archives historiques montrent qu'au XVIIe siècle on distinguait deux races de grands chiens de berger. L'une surnommée le chien de Samsun fut particulièrement appréciée des troupes d'élite de l'armée du Sultan ; en effet, il fut créé, au sein des Janissaires, une unité baptisée "Samsunji" qui élevait et dressait «… des grands chiens-lions… pesant jusqu’à 150 kilos », «…capables d'abattre des hommes de leur chevaux… ».

Enfin, les cadres subalternes de l'aristocratie de l'Empire Ottoman, les Derebeyi ou petits seigneurs féodaux, ont eux aussi contribué à la promotion du Berger d'Anatolie soit pour leur propre sécurité soit pour celle des populations sous leur égide.

Kangal/Berger d’Anatolie[modifier | modifier le code]

Kangal primé.

Le UK Kennel Club a annoncé qu’il reconnait le Kangal comme une race avec effet depuis juillet 2013. Il précise également que les chiens actuellement enregistrés comme bergers d’Anatolie sont éligibles, le cas échéant, pour être enregistrés en tant que Kangal[2],[3].

Au contraire, depuis le 1er janvier 2012, l'Australian National Kennel Council ne reconnait plus le Kangal comme étant une race séparée du Berger d’Anatolie[4].

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Les Bergers d'Anatolie célèbres :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Berger d’Anatolie.
  2. (en) Kennel Club, « Recognition of the Turkish Kangal dog » (consulté le 4 octobre 2012)
  3. (en) Dog World, « KC to recognise the Turkish Kangal Dog » (consulté le 4 octobre 2012)
  4. (en) Australian National Kennel Council, « Anatolian Shepherd Dog/Kangal Dog » (consulté en mars 2012)