Kandersteg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kandersteg
Blason de Kandersteg
Héraldique
Vue du village de Kandersteg
Vue du village de Kandersteg
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Frutigen-Bas-Simmental
communes limitrophes
(voir carte)
Adelboden, Frutigen, Kandergrund, Reichenbach, Lauterbrunnen, Blatten, Wiler (Lötschen), Kippel, Ferden, Loèche-les-Bains
Maire René Maeder
Code postal 3718
N° OFS 0565
Démographie
Population 1 231 hab. (31 décembre 2010)
Densité 9,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 29′ 48″ N 7° 40′ 29″ E / 46.496664, 7.674719 ()46° 29′ 48″ Nord 7° 40′ 29″ Est / 46.496664, 7.674719 ()  
Altitude 1 200 m
Superficie 13 456 ha = 134,56 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Kandersteg

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Kandersteg

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Kandersteg
Liens
Site web www.kandersteg.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]
Kandersteg (Oeschinensee / Sunbühl)
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays Suisse
Site web www.oeschinensee.ch
Géographie
Coordonnées 46° 29′ 47″ Nord 7° 40′ 28″ Est / 46.496388888889, 7.6744444444444 ()  
Massif Alpes bernoises
Altitude 1 200 m
Altitude maximum 1 680 m (Oeschinen) / 1 936 m (Sunnbühl)
Altitude minimum 1 200 m
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 9 (6 / 3)
Téléphériques 1 (0 / 1)
Télécabines 1 (1 / 0)
Téléskis 3 (2 / 1)
Fils neige 4 (3 / 1)
Débit (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 10 (6 / 4)
     Rouges 2 (2 / 0)
     Bleues 8 (4 / 4)
Total des pistes 18 km (12 / 6) km
Installations
Nouvelles glisses
1 snowpark
Neige artificielle
Canons Partie du domaine de Oeschinen

Kandersteg est une commune ainsi qu'une petite station de ski suisse située dans le canton de Berne, dans l'arrondissement administratif de Frutigen-Bas-Simmental.

Géographie[modifier | modifier le code]

Kandersteg est niché au fond de la vallée de la Kander, dans l'Oberland Bernois.

Le village est dominé par les sommets du Blümlisalp, de l'Oeschinenhorn, du Fründenhorn et du Doldenhorn.

Les neiges et glaciers de ces sommets alimentent le lac Oeschinensee à 1 578 mètres d'altitude. La rivière Oeschibach, alimentée par les eaux du lac, se jette dans la Kander au centre du village.

Le point culminant de Kandersteg est le sommet du Balmhorn (3 698 m), le point le plus bas est le hameau de Bühl (1 150 m).

Kandersteg fait partie du périmètre élargi du site Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn inscrit à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Par sa superficie, la commune est la 4e la plus étendue du canton de Berne. Seuls 30 % de la superficie sont urbanisés, le reste étant situé en zone de montagne.

Kandersteg abrite le centre scout international de l'OMMS.

La centrale de commandement K20 a été construit dans les années 1980 sur le territoire de la commune, à proximité du tunnel du Lötschberg. Il a pour rôle d'abriter le Conseil fédéral en cas de guerre nucléaire. Les informations concernant le bunker sont classées secret défense.

Langue[modifier | modifier le code]

La langue parlée est l'allemand, plus exactement le dialecte particulier Chanderstägertütsch, qui emprunte au dialecte haut-valaisan.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Kandersteg est très marquée par le tourisme. Le secteur primaire représente 5 % des actifs, l'artisanat et la construction 21 %, et les 74 % restants travaillent dans le secteur des services, de l'hébergement et du commerce.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme à Kandersteg est tourné particulièrement en direction des familles. L'infrastructure consiste en 19 hôtels, avec près de 1 000 lits, 800 meublés de tourisme avec près de 2 000 lits, un terrain de camping et 22 restaurants.

En été, plusieurs remontées mécaniques fonctionnent et permettent de rejoindre sans efforts divers chemins de randonnée menant jusqu'à la haute-montagne. Les destinations les plus appréciées sont le Oeschinensee, Sunnbühl (et le col de la Gemmi), le Gasterntal (vallée), le Kandergletscher (glacier), Allmenalp, Ueschinen, le Blausee (Fischzucht) et le parc animalier Tierpark Riegelsee (ces deux derniers sont situés sur le territoire de la commune de Kandergrund).

Une piscine chauffée, des terrains de tennis et un mur d'escalade complètent l'offre.

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

En hiver, 100 km de pistes de ski de fond sont entretenues. Un domaine skiable - très petit en comparaison avec les stations de ski voisines telles que Adelboden - permet également la pratique du ski alpin

Le domaine skiable de Kandersteg est à dissocier entre les deux domaines distincts de Oeschinen et de Sunnbühl, qui sont reliés entre eux uniquement par la route.

Oeschinen

Il s'agit du plus grand des deux domaines de Kandersteg. Doté de systèmes d'enneigeurs, la couche neigeuse y dure plus longtemps que dans le domaine de Sunnbühl, et ce malgré son altitude relativement plus faible. Le domaine, situé sur les hauteurs de la commune, est relié par une télécabine 8 places de conception récente, directement depuis la station aux environs du camping. La télécabine est beaucoup utilisée par les utilisateurs de luge, qui peuvent rejoindre la vallée par une piste réservée d'une longueur de 3,5 km. Depuis la gare d'arrivée, une belle vue est offerte sur les montagnes environnantes. Le domaine est petit et desservi par deux téléskis. Peu varié, il offre des pistes courtes et des pentes relativement faibles particulièrement propices aux skieurs de niveau débutant. Le domaine d'apprentissage Oeschiland est réservé aux enfants. Les deux téléskis sont mal reliés entre eux, aux moyens de chemins de liaison relativement plats et d'un fil neige. En marge du domaine, un chemin à très faible déclivité permet, aux skieurs prêts à pousser sur les bâtons, de venir admirer les eaux gelées du lac Oeschinen.

La seule piste offrant plus d'intérêt aux skieurs plus expérimentés est la piste rouge qui part du sommet du téléski Wittenen et qui relie la station, en partie en chemin, en partie entre les pins. La piste offre une vue dégagée sur la vallée et sur Kandersteg.

Sunnbühl

Ce petit domaine, desservi par une téléphérique, ne possède qu'un téléski qui est situé à l'écart de la gare d'arrivée. Il est mal desservi, car il est nécessaire de pousser sur les batons à la fois pour s'y rendre et pour en revenir. Les courtes pistes sont situées de part et d'autre du tracé du téléski. L'activité sportive est par conséquent relativement plus portée sur la pratique de la raquette à neige et de la randonnée hivernale, dans un cadre environnant reposant et de haute montagne. Il est possible de redescendre à ski jusqu'à Kandersteg, en empruntant un itinéraire qui est parfois décrit sur les plans comme piste noire. Il s'agit en réalité plutôt d'un chemin de randonnée, qui est par sa raideur et son manque de largeur à réserver aux skieurs très expérimentés.

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne ferroviaire BLS Berne-Brigue sur l'axe Europe du Nord-Italie par le Simplon fut érigée entre 1906 et 1913. À la sortie sud de la gare de Kandersteg se trouve le portail nord du tunnel ferroviaire du Lötschberg. Trafic de voyageurs, de marchandises, de ferroutage de camions, et de ferroutage d'automobiles vers Goppenstein et vers Iselle (Italie).

Accès par autoroute A6 (Lyss-Berne-Spiez) Sortie d'autoroute 19 (Spiez) via Frutigen

Culture[modifier | modifier le code]

Chaque jour de Noël (25 décembre) et chaque jour de l'an (1er janvier), entre midi et la tombée de la nuit, des habitants costumés en peaux de bête les "Pelzmartiga" remplissent la tradition de chasser les mauvais esprits du village en invoquant les forces du bien[3], ils étaient auparavant actifs durant les douze nuits de Noël entre le 25 décembre et le 6 janvier[4].

Personnalité[modifier | modifier le code]

Adolf Ogi (1942-), conseiller fédéral de 1988 à 2000, président de la Confédération suisse en 1993 et 2000.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté en 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. 20 minutes (Suisse), "Gentils monstres en liberté", 3 janvier 2014, p.2
  4. http://www.kandersteg.ch/de/events/topwinter/pelz

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :