Kanbun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exemple de Kaeriten

Kanbun (, littéralement « écriture han ») est le chinois classique ou littéraire écrit pour des Japonais.

Avant l’apparition des différentes écritures du japonais et des syllabaires kana, le kanbun fut utilisé pour écrire les textes japonais. De nos jours, le kanbun est utilisé pour annoter le chinois classique ou littéraire et est une discipline obligatoire dans l’enseignement supérieur, et dès lors en japonais moderne, le mot « kanbun » est aussi utilisé pour évoquer la littérature chinoise classique comme un tout.

Le kanbun moderne utilise un jeu de caractères connus comme « éléments de retour » (返り点, kaeriten?) ou « éléments japonais » (訓点, kunten?). Par exemple, les phrases suivante de Han Fei Zi :

  • 楚人有鬻盾與矛者

serait écrit en kaeriten de la façon suivante :

  • 楚人有盾與矛者

Pour lire ceci, le caractère noté « bas » (, shita?) est mis à la place du caractère « haut » (, ue?), et de même le caractère « deux » (, ni?) est mis à la place du caractère « un » (, ichi?). L’élément d'inversion (, re?) indique que l'ordre des caractères adjacents doit être inversé. Éléments pris un à un, la phrase devient :

  • 楚人盾矛與鬻者有

Et la phrase finale suit donc dorénavant l'ordre japonais Sujet-Objet-Verbe. Une conjugaison peut également être ajoutée avec les okuriganas et les caractères correspondants (tels ) doivent être enlevés :

  • 楚人に盾と矛とを鬻ぐ者有り

parfois, la lecture de caractère peut être annotée avec des furiganas :

  • ()(ひと)(たて)(ほこ)とを(ひさ)(もの)()

La traduction complète est connue sous le nom de « lecture japonaise » (訓読, kundoku?).

Liens externes[modifier | modifier le code]