Kakure Kirishitan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de Maria-Kannon : vierge Marie ressemblant au Kannon bouddhiste de manière à cacher sa signification chrétienne. Collection Nantoyōsō, Japon.
Vierge Marie déguisée en Kannon, culte Kirishitan, XVIIe siècle Japon. Salle des Martyrs, missions étrangères de Paris.

Kakure kirishitan (隠れキリシタン?, japonais pour « chrétiens cachés ») est un terme moderne pour désigner un membre de l'église catholique japonaise de l'époque d'Edo qui entre dans la clandestinité après la rébellion de Shimabara dans les années 1630[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du catholicisme au Japon.

Les kakure kirishitan sont appelés les chrétiens « cachés » parce qu'ils continuent à pratiquer le christianisme en secret. Ils pratiquent leur culte dans des pièces secrètes au sein de résidences particulières. Au fil du temps, les visages des saints et de la vierge Marie sont transformés en figurines qui ressemblent à des statues traditionnelles de bouddhas et de bodhisattvas[3]. Les prières sont adaptées pour ressembler à des chants bouddhistes, tout en conservant beaucoup de mots non traduits du latin, du portugais et de l'espagnol. La Bible et d'autres parties de la liturgie sont transmises oralement, par craintes que les ouvrages imprimés soient confisqués par les autorités[1]. En raison de l'expulsion du clergé catholique au XVIIe siècle, la communauté chrétienne kakure s'appuie sur des responsables laïcs pour conduire les services

Dans certains cas, les communautés s'éloignent de la doctrine chrétienne. Elles perdent le sens des prières et leur religion devient une version du culte des ancêtres, dans laquelle les ancêtres se trouvent être leurs martyrs chrétiens.

Environ 30 000 chrétiens cachés, dont certains ont adopté ces nouvelles façons de pratiquer le christianisme, sortent de cachette quand la liberté religieuse est rétablie au milieu du XIXe siècle après la restauration de Meiji. Les kakure kirishitan sont alors appelés mukashi kirishitan (昔キリシタン?), c'est-à-dire « anciens » chrétiens, et émergent non seulement des zones traditionnelles chrétiennes de Kyushu, mais aussi d'autres régions rurales du Japon[1].

La majorité des kakure kirishitan rejoint l’Église catholique après avoir renoncé aux peu orthodoxes pratiques syncrétiques. Certains kakure kirishitan qui ne rejoignent pas l’Église catholique deviennent connus sous le nom hanare kirishitan (離れキリシタン (, « chrétiens séparés »?)[1]. Les hanare kirishitan se trouvent à présent principalement dans le quartier Urakami de Nagasaki et dans les îles Gotō[2].

Disparition moderne des hanare kirishitan[modifier | modifier le code]

Après la légalisation du christianisme et la sécularisation du Japon, de nombreuses lignées de hanare kirishitan s'éteignent brusquement. Traditionnellement, les garçons apprennent les rites et les prières de leurs pères, mais quand les garçons sont indifférents ou s'éloignent du domicile familial, il n'y a plus personne pour continuer la lignée.

Pendant un certain temps, les harare kirishitan passent pour avoir entièrement disparu en raison de leur tradition du secret. Un groupe sur les îles Ikitsuki de la préfecture de Nagasaki, négligé par le gouvernement japonais à l'époque de la persécution, a rendu ses pratiques publiques dans les années 1980 et les accomplit maintenant pour le public. Ces pratiques requièrent cependant certains attributs du théâtre, comme le récit de contes et l'utilisation de statues et autres images que les chrétiens plus « souterrains » n'avaient jamais créés.

L'anthropologue Christal Whelan a découvert quelques hanare kirishitans sur les îles Gotō où ils s'étaient jadis réfugiés. Il n'y avait que deux prêtres survivants sur les îles, tous deux âgés de plus de 90 ans et qui ne se parlaient pas. Les rares laïcs survivants avaient également tous atteint un âge avancé, et certains d'entre eux n'avaient plus de prêtres de leur lignée et priaient seuls. Malgré leur forte tradition du secret, ces hanare kirishitans acceptèrent d'être filmés pour son documentaire Otaiya[4].

Culture japonaise[modifier | modifier le code]

Le célèbre roman le Silence de Shusaku Endo s'inspire de l'histoire orale des communautés locales kirishitan relatives au moment de la suppression de l'Église, comme le font certaines de ses nouvelles, dont « Mères » et « Unzen ».

Le compositeur japonais Yasuhide Ito a écrit une pièce [5],[6],[7] pour orchestre d'harmonie, appelée Gloriosa, inspirée par la musique des kakure kirishitans[6].

La série animée Samurai Champloo repose en grande partie sur la relation de la rébellion de Shimabara et ses conséquences.

La série animée Rurouni Kenshin met en valeur un arc inspiré par la persécution des kakure kirishitan.

Rin Tohsaka, l'un des personnages principaux du visual novel Fate/stay night est un descendant d'une lignée kakure kirishitan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d S, Tokyo, Shogakukan,‎ 2012 (OCLC 56431036, lire en ligne)
  2. a et b (ja) 隠れキリシタン, Tokyo, Shogakukan,‎ 2012 (OCLC 56431036, lire en ligne)
  3. マリア観音WebSite
  4. http://www.catholiceducation.org/articles/religion/re0452.html
  5. « Yasuhide Ito » (consulté le 2 décembre 2007)
  6. a et b « WASBE » (consulté le 2 décembre 2007)
  7. « Philwinds: Composers' Corner: Yasuhide Ito » (consulté le 2 décembre 2007)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]