Kaefferkopf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 07′ 22″ N 7° 16′ 44″ E / 48.12278, 7.27889 ()

Kaefferkopf
Ammerschwihr 032.JPG
Ammerschwihr, avec en arrière-plan le coteau couvert de vignes et de bois.
Désignation(s) Kaefferkopf
Appellation(s) principale(s) alsace grand cru Kaefferkopf[N 1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 2007
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble d'Alsace
Localisation Haut-Rhin
Climat tempéré continental
Ensoleillement
(moyenne annuelle)
1 724 heures par an[1]
Sol débris de granite, de calcaire ou de grès
Superficie plantée 71,65 hectares en 2009[2]
Cépages dominants gewurztraminer Rs, riesling B et pinot gris G[N 2]
Vins produits blancs
Pieds à l'hectare minimum 4 500 pieds à l'hectare[3]
Rendement moyen à l'hectare maximum 55 à 66 hectolitres par hectare[3]

L’alsace grand cru kaefferkopf[N 1], ou kaefferkopf, est un vin blanc français produit sur le lieu-dit le Kaefferkopf, situé sur la commune d'Ammerschwihr, dans le département du Haut-Rhin, en Alsace.

Il s'agit d'un des cinquante-et-un grands crus du vignoble d'Alsace, bénéficiant chacun d'une appellation mais partageant le même cahier des charges alsace grand cru[3] (avec des contraintes plus rigoureuses que pour l'appellation alsace). Le Kaefferkopf est le dernier à avoir rejoint les grands crus d'Alsace, en 2007.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première citation du terroir « Kaefferkopf » remonte à 1328, dans le registre cadastral de l'abbaye de Pairis (cette abbaye cistercienne se trouvant à Orbey était le propriétaire du village de Katzenthal), sous la forme zem Kefersberg.

Selon un rapport d'expert de Louis Rieder à Colmar, en date du 24 octobre 1931, les propriétaires de vignes sur la commune d'Ammerschwihr ont le droit à l'appellation « Kaefferkopf », à condition de répondre à certaines normes. Ce rapport est officialisé par un jugement de justice prononcé le 24 février 1932[4]. À cette époque, 67,81 hectares sont délimités, ce qui permet aux vignerons d'Ammerschwihr d'insister sur le fait que le Kaefferkopf est la plus vieille appellation du vignoble d'Alsace.

Mais le lieu-dit ne fait pas partie des crus sélectionnés par les décrets du 23 novembre 1983[5] (les vingt-quatre premiers sélectionnés) et du 17 décembre 1992[6] (les vingt-cinq suivants) pour constituer l'appellation alsace grand cru. Finalement le Kaefferkopf rejoint les cinquante autres crus par le décret du 12 janvier 2007[3], publié le 14 au Journal officiel[7].

En octobre 2011, tous les grands crus d'Alsace passent du statut de dénominations géographiques au sein d'une même appellation à celle d'appellations partageant le même cahier des charges[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Kaefferkopf signifie la « tête de coléoptère », de Käfer, le coléoptère, et de Kopf, la tête. Ce terme se rapporte à la forme du sommet de côte.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Carte du vignoble alsacien, avec l'indication des grands crus.

Le Kaefferkopf se situe en France, dans la région Alsace, plus précisément dans le département du Haut-Rhin, sur la commune d'Ammerschwihr à 9 kilomètres au nord-ouest de Colmar.

Sur la Route des vins d'Alsace, le Kaefferkopf se trouve entre le Schlossberg au nord et le Wineck-Schlossberg le jouxtant à l'est (ce dernier cru est en partie sur la commune d'Ammerschwihr). Certaines parcelles sont à cheval sur les deux dénominations Kaefferkopf et Wineck-Schlossberg.

Géologie et orographie[modifier | modifier le code]

Les collines sous-vosgiennes correspondent à une série de failles formant la transition entre les Vosges cristallines et la plaine du Rhin sédimentaire sous forme d'un escarpement.

En sommet, couvert par les bois, le sous-sol est composé de gneiss. Les vignes commencent en dessous à l'étage du granite porphyroblastiques[N 3] (granite de Kaysersberg), qui laisse la place au sud vers Katzenthal au granite à deux micas (granite de Turckheim). En dessous se trouvent des couches datant du Trias, d'abord du grès vosgien du Buntsandstein moyen (de couleur rose à rouge, formé de grains de quartz réunis par un ciment silico-ferrugineux), puis du grès bigarré du Buntsandstein supérieur (avec lentilles d'argile dessus et galet à la base), et enfin au sud d'Ammerschwihr une zone étroite avec des dolomies et des marnes du Lettenkohle[N 4].

Au pied du coteau se trouvent des colluvions composées d'arènes et de sables limoneux, qui font la liaison avec les alluvions caillouteuses des terrasses supérieures de la plaine d'Alsace[8],[9]. La vigne pousse sur des sols bruns qui comprennent des débris issus des roches citées.

Article détaillé : échelle des temps géologiques.

Climatologie[modifier | modifier le code]

À l'ouest, les Vosges protègent le coteau du vent et de la pluie. Les vents d'ouest dominants perdent leur humidité sur le versant occidental des Vosges et parviennent en Alsace sous forme de foehn, secs et chauds. Les précipitations sont donc particulièrement faibles.

De ce fait, le climat est bien plus sec (Colmar est la station la plus sèche de France) et un peu plus chaud (avec une température annuelle moyenne plus haute de 1,5 °C) que ce qui serait attendu à cette latitude. Le climat est continental et sec avec des printemps chauds, des étés secs et ensoleillés, de longs automnes et des hivers froids.

Article détaillé : climat du Haut-Rhin.

La station météo de la base de Colmar-Meyenheim (207 mètres) est la plus proche de Ammerschwihr, mais elle est en plaine. Ses valeurs climatiques de 1961 à 1990 sont :

Relevés à Colmar-Meyenheim 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −2,1 −1,1 1,4 4,5 8,3 11,5 13,3 12,9 10,2 6,3 1,8 −1 5,5
Température moyenne (°C) 0,9 2,6 6,1 9,7 13,8 17,1 19,3 18,8 15,8 10,9 5,3 1,9 10,2
Température maximale moyenne (°C) 3,8 6,3 10,8 15 19,3 22,7 25,3 24,7 21,5 15,5 8,7 4,8 14,9
Ensoleillement (h) 53 83 128 165 200 223 246 222 176 117 68 52 1 724
Précipitations (mm) 35,5 32,2 37,7 46,7 67 67,2 59,3 63,3 46,7 37,9 47,7 40,2 581,4
Source : www.infoclimat.fr : Colmar-Meyenheim (1961-1990)[1]


Vignoble[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Les parcelles de vigne sont à flanc de coteau, entre 240 et 350 mètres d'altitude, sur des pentes fortes (record à 35 %) exposées plein est ou au sud-est, au-dessus du village d'Ammerschwihr et jusqu'à la limite avec Katzenthal plus au sud. L'aire plantée est de 71,65 hectares, séparée en deux zones par le Walbach (un ruisseau)[10].

Cette délimitation ne correspond pas tout-à-fait à celle datant de 1932, d'où une mesure transitoire jusqu'à la vendange 2031 permettant à des parcelles exclues de l'aire délimitée (environ 15 hectares) de pouvoir bénéficier du droit à l'appellation[11],[3].

Encépagement[modifier | modifier le code]

Les vins correspondant à l'appellation d'origine contrôlée alsace grand cru suivie de la dénomination géographique (nom de lieu-dit) « Kaefferkopf » proviennent soit d'un seul des cépages suivants : gewurztraminer Rs, pinot gris G ou riesling B[N 2], soit d'un assemblage. L'assemblage des cépages est une originalité du Kaefferkopf parmi les grands crus alsaciens (avec l'Altenberg-de-bergheim). Ce peut être du gewurztraminer Rs (dans une proportion comprise entre 60 et 80 % de l'encépagement), du riesling B (dans une proportion comprise entre 10 et 40 %), du pinot gris G (dans une proportion ne dépassant pas 30 %) ou un muscat (muscat ottonel B, muscat blanc à petits grains B ou muscat rose à petits grains Rs, dans une proportion ne dépassant pas ensemble 10 %)[3].

Le gewurztraminer Rs (signifie « traminer aromatique » en allemand) est un cépage rose, aux baies orange ou tirant vers le violet. Ce proche parent du savagnin B et du savagnin rose Rs (appelé en Alsace klevener de Heiligenstein) est plutôt vigoureux, fournit de gros rendements et donne de meilleurs résultats sur des sols marneux ou calcaires que sur des sols granitiques ou schisteux.

Le riesling B donne de meilleurs résultats sur les terrains granitiques, donc il est assez peu planté sur le Kaefferkopf. C'est un cépage au débourrement et à la maturation tardives, nécessitant des coteaux bien exposés au soleil, et dont les vendanges peuvent avoir lieu vers la mi-octobre. Par contre il résiste bien aux gelées d'hiver.

Le pinot gris G (appelé Grauburgunder, « bourguignon gris » en allemand, « malvoisie » dans le Valais ou pinot grigio en Italie) est un cépage fragile et de maturité assez précoce. Il est issu d’une mutation du pinot noir et est donc d’origine bourguignonne, où il est appelé « pinot beurot ». Il donne de meilleurs résultats sur des sols composés de cailloutis calcaires, à condition qu'ils soient bien drainés grâce à une exposition en coteau.

Pratiques culturales[modifier | modifier le code]

Les vignes sont conduites en hautain pour les protéger du gel, avec le feuillage palissé en espalier ; la hauteur de feuillage palissé ne peut être inférieure à 0,675 fois l'écartement entre les rangs. La taille de la vigne doit se faire en guyot simple ou double avec un maximum de dix yeux par mètre carré de surface au sol pour le cépage gewurztraminer Rs et huit yeux par mètre carré de surface au sol pour les autres cépages.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 10 000 kilogrammes de raisin par hectare[3].

Rendements[modifier | modifier le code]

La limite de rendement de l'ensemble de l'appellation alsace grand cru est fixée à 55 hectolitres par hectare, avec un rendement butoir à 66 hectolitres par hectare[3], ce qui est très inférieur aux 80 hectolitres autorisés par l'appellation alsace.

Le rendement réel de l'ensemble de l'appellation (les 51 crus alsaciens) est de 50 hectolitres par hectare en moyenne pour l'année 2009[N 5]. Bien que ce soit très en dessous des rendements moyens du vignoble d'Alsace, il s'agit d'un rendement dans la moyenne française.

Les grands crus d'Alsace doivent être obligatoirement vendangés à la main.

Vins[modifier | modifier le code]

Titres alcoométriques[modifier | modifier le code]

Les raisins récoltés doivent présenter un titre alcoométrique volumique naturel moyen minimum de 12,5 % vol. pour les cépages pinot gris G et gewurztraminer Rs et de 11 % vol. pour le riesling B[N 2] et les muscats. Les vins issus d'un assemblage présentent un titre alcoométrique volumique naturel moyen minimum de 12 % vol.

Ne peut être considéré à bonne maturité tout lot unitaire de vendanges présentant une richesse en sucre inférieure à 193 grammes par litre de moût pour les cépages pinot gris G et gewurztraminer Rs et à 168 grammes par litre de moût pour les autres cépages. Lorsqu'une autorisation d'enrichissement est accordée, l'augmentation du titre alcoométrique volumique naturel moyen minimum ne peut dépasser 1,5 % vol.

Sur l'avis du syndicat viticole d'Ammerschwihr, le comité régional d'experts des vins d'Alsace peut proposer annuellement au comité national des vins et eaux-de-vie de l'Institut national des appellations d'origine, pour la dénomination et pour chaque cépage, un titre alcoométrique naturel moyen minimum supérieur et une richesse en sucre des lots unitaires supérieure à ceux susvisés, ainsi qu'un taux d'enrichissement maximum inférieur au taux susvisé.

Vendanges tardives et sélections de grains nobles[modifier | modifier le code]

Les vendanges tardives désignent des vins faits à partir de raisins dont la récolte a été retardée pour les obtenir en surmaturité, d'où des vins riches en sucre et en alcool, aux goûts plus puissants, et souvent moelleux. Selon la législation, le moût doit avoir au moins 243 grammes de sucre par litre si c'est du gewurztraminer (soit 14,4 % vol. d'alcool potentiel), ou au moins 220 grammes de sucre par litre si c'est du riesling ou un muscat (soit 13,1 % vol. d'alcool potentiel) ; aucune chaptalisation n'est permise.

Quant à une sélection de grains nobles, il s'agit d'un vin fait à partir de raisins récoltés par tris sélectifs successifs des grains atteints de pourriture noble (le champignon Botrytis cinerea), ce qui donne des vins encore plus concentrés, plus sucrés, liquoreux. Selon la législation, le moût doit avoir au moins 279 grammes de sucre par litre si c'est du gewurztraminer (soit 16,6 % vol. d'alcool potentiel), ou au moins 256 grammes de sucre par litre si c'est du riesling ou un muscat (soit 15,2 % vol. d'alcool potentiel). Là encore, aucune chaptalisation n'est permise[12].

Le décret du 1er mars 1984[13] exclut expressément le pinot gris provenant du lieu-dit « Kaefferkopf » des mentions « vendanges tardives » et « sélection de grains nobles ».

Vinification et élevage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vin blanc.

Les grands crus d'Alsace doivent être obligatoirement récoltés manuellement. Le jour de la vendange, à l'arrivée au chai, le raisin est foulé et pressé pour séparer le moût du marc de raisin. Pour ce travail, les pressoirs pneumatiques remplacent progressivement les pressoirs horizontaux à plateau. Puis le moût est mis en cuve pour le débourbage, qui est le soutirage du jus sans les bourbes, soit par filtrage, soit par décantation en attendant qu'elles se déposent au fond de la cuve.

La fermentation alcoolique débute sous l'action de levures indigènes ou de levures sélectionnées introduites lors du levurage : cette opération transforme le sucre du raisin en alcool. La maîtrise de la température de fermentation par un système de réfrigération permet d'exprimer le potentiel aromatique du produit. La fermentation achevée au bout d'un mois, le vin est soutiré afin d'éliminer les lies. La fermentation malolactique n'est généralement pas réalisée, bloquée par un sulfitage pour conserver son acidité au vin. Ce dernier peut être stocké en cuve pour le préparer à l'embouteillage ou élevé en barrique ou foudres de bois de chêne.

Le vin est soutiré, puis généralement de nouveau filtré avant le conditionnement en bouteilles[14].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

En plus d'une dégustation à l'apéritif, les kaefferkopfs s'accordent classiquement avec la cuisine alsacienne.

Article détaillé : gastronomie en Alsace.

Économie[modifier | modifier le code]

Type de bouteilles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : flûte d'Alsace.

Les vins d'Alsace doivent être mis en bouteille uniquement dans des flûtes, bouteilles du type « vin du Rhin » de 75 centilitres, règlementées par des décrets[15].

Mentions[modifier | modifier le code]

Dans tout le vignoble d'Alsace, les vins sont le plus souvent identifiés par leur(s) cépage(s) : riesling, gewurztraminer, etc. Cette mention domine l'étiquette même si elle est facultative.

Lors de la création de l'appellation alsace grand cru, le but était clairement de valoriser le terroir. La mention du cépage n'y est pas obligatoire et il est possible de mettre le nom de la dénomination en caractères plus grands que celui du cépage. Donc plusieurs mentions sur l'étiquette de la bouteille sont possibles, soit simplement le nom de l'appellation et de la dénomination géographique (alsace grand cru Kaefferkopf), soit avec en plus une mention de cépage (gewurztraminer, pinot gris ou riesling), à laquelle peut être rajoutée la mention sélection de grains nobles ou vendanges tardives :

  • alsace grand cru Kaefferkopf ;
  • alsace grand cru Kaefferkopf gewurztraminer ;
  • alsace grand cru Kaefferkopf pinot gris ;
  • alsace grand cru Kaefferkopf riesling ;
  • alsace grand cru Kaefferkopf sélection de grains nobles gewurztraminer ;
  • alsace grand cru Kaefferkopf sélection de grains nobles riesling ;
  • alsace grand cru Kaefferkopf vendanges tardives gewurztraminer ;
  • alsace grand cru Kaefferkopf vendanges tardives riesling.

Liste de producteurs[modifier | modifier le code]

[35]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. a, b et c Le code international d'écriture des cépages mentionne de signaler la couleur du raisin : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  3. Une texture porphyroblastique décrit la forme d'un type de roche métamorphique, marqué par de gros cristaux entourés de petits, « porphyro » signifiant « deux tailles ».
  4. Le Lettenkohle (de Letten, l'argile, et de Kohle, le charbon) est une partie du Trias correspondant en partie au Ladinien, soit -235 à -232 millions d'années. Les Allemands divisent le Trias en trois périodes (d'où le nom de Trias) portant les noms de Buntsandstein (grès vosgien, poudingue de Sainte-Odile et grès à Voltzia), Muschelkalk (dolomites, argiles salées, calcaires à entroques et à cératites) et Keuper (dit aussi Salzkeuper, argiles bariolées gypseuses) ; ces trois périodes correspondent à peu près pour les auteurs français au Trias inférieur (Induen et Olénékien), moyen (Anisien et Ladinien) et supérieur (Carnien, Norien et Rhétien) ; la différence est que les Allemands mettent le Lettenkohle (argiles dolomitiques à lentilles de lignite) comme début du Keuper, tandis que les Français le mettent à la fin du Trias moyen (partie du Ladinien). Pour les correspondances, voir le tableau de la commission de statigraphie allemande, sur le site stratigraphie.de.
  5. Le rendement s'obtient en divisant la production par la surface cultivée, soit en 2009 : 43278 / 850 = 50,91 hectolitres par hectare. Source : Le Guide Hachette des vins 2011, éditions Hachette, Paris, 2010 (ISBN 978-2-01-237681-6).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Archives climatologiques mensuelles de Colmar-Meyenheim de 1961 à 1990 », sur http://www.infoclimat.fr/.
  2. Le Guide Hachette des vins 2011, éditions Hachette, Paris, 2010. (ISBN 978-2-01-237681-6)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i loi">[PDF] Direction générale des politiques agricole, agroalimentaire et des territoires, « Cahier des charges de l'appellation », sur http://agriculture.gouv.fr/, homologué par le « décret no 2011-1373 du 25 octobre 2011 modifiant l'ordonnance n° 45-2675 du 2 novembre 1945 relative à la définition des appellations d'origine contrôlées des vins d'Alsace et homologuant les cahiers des charges des appellations d'origine contrôlées « Alsace » ou « Vin d'Alsace » et « Crémant d'Alsace » et des cinquante et une appellations « Alsace grand cru » », JORF, no 0251,‎ 28 octobre 2011, p. 18196.
  4. Article sur le Kaefferkopf, sur le site cooking2000.com.
  5. Décret du 23 novembre 1983 relatif à l'appellation d'origine contrôlée alsace grand cru, publié au JORF du 29 novembre 1983, consultable sur le site legifrance.gouv.fr.
  6. Décret du 17 décembre 1992 relatif à l'appellation d'origine contrôlée alsace grand cru, publié au JORF du 19 décembre 1992, consultable sur le site legifrance.gouv.fr.
  7. JORF no 12 du 14 janvier 2007, page 955, texte no 10.
  8. Notice de la carte du BRGM [PDF]no 342 (Colmar-Artolsheim), disponible sur le site infoterre.brgm.fr.
  9. Carte géologique centrée sur Ammerschwihr sur Géoportail.
  10. « Carte des parcelles du cru Kaefferkopf », sur www.vinsalsace.com/.
  11. « Texte sur les conflits lors du passage en grand cru, article de Régine Sérange dans l’Est agricole et viticole no 4 du 26 janvier 2007 », sur www.alsace-du-vin.com.
  12. [PDF]Fiche sur les vendanges tardives et les sélections de grains nobles, sur le site vinsalsace.com.
  13. Décret du 1er mars 1984 modifié relatif aux appellations d'origine contrôlées alsace et alsace grand cru, sur le site inao.gouv.fr.
  14. « La vinification en blanc », sur www.vinsalsace.com/ (consulté le 16 février 2011)
  15. Décret no 55.673 du 20 mai 1955 sur l'emploi de la bouteille type vin du Rhin, arrêté du 13 mai 1959 et décret no 63-295 du 19 mars 1963 relatif aux caractéristiques des bouteilles susceptibles de servir de récipients mesures dans le commerce de certains liquides, consultables sur le site legifrance.gouv.fr.
  16. Site de la maison Jean-Baptiste Adam.
  17. Site du domaine Binner.
  18. Site d'Albert Bohn.
  19. Site de Pierre Colon.
  20. Site d'Henri Ehrhart.
  21. Site de la maison Marcel Freyburger.
  22. Site du domaine Léon Heitzmann.
  23. Site des vins Jean-Pierre Kappler.
  24. [1]
  25. Site de Pierre Merckle.
  26. Site de Thierry Scherrer.
  27. Site des vins Schneider.
  28. Blog des vins Martin Sibler.
  29. Site Sick-Dreyer.
  30. Site Jean-Marc Simonis.
  31. Site de Fabienne Tempé.
  32. Site de J. Tempé-Jessel.
  33. Site de Jean-Marie Thomann.
  34. Site de François Wackenthaler.
  35. Liste des producteurs constituée en mars 2011. Sources : site kaefferkopf.net et Guide Hachette des vins 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vignoble d'Alsace, éditions Benoît France et CIVA, Paris, 2007, carte 88 x 55 cm au 1/120000 (ISBN 978-2-84354-158-2).
  • Vins d'Alsace : carte touristique, Institut géographique nationale, Paris, 2006, carte 96 x 66 cm au 1/125000 (ISBN 978-2-7585-0182-4).
  • Serge Dubs et Denis Rizenthaler, Les grands crus d'Alsace, éditions Serpenoise, Metz, 2002, 288 pages (ISBN 2-87692-567-2).
  • Claude Muller, Les Vins d'Alsace, histoire d'un vignoble, éditions Coprur, Strasbourg, 1999, 192 pages (ISBN 2-84208-008-4).
  • Le vignoble d'Alsace : la route des vins, Mitra productions, Illkirch, 1995, carte 90 x 34 cm au 1/180000 (notice BnF no FRBNF40658287).
  • Guide des grands crus d'Alsace, Centre d'information des vins d'Alsace, Colmar, 1994, 50 pages (notice BnF no FRBNF36691659).
  • Bernadette Burn et Gilles Schmidt, Alsace, clos et grands crus, collection Le Grand Bernard des vins de France, éditions Jacques Legrand, Paris, 1989, 190 pages (ISBN 2-905969-24-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]