Kabah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

20° 14′ 54″ N 89° 38′ 52″ O / 20.2482, -89.6479 ()

Portion de « Codz Poop » façade dessinée par Frederick Catherwood.

Kabah est un site archéologique maya du sud-est de l’État du Yucatan au Mexique. Kabah se trouve au sud de Uxmal, et y est reliée par une grande route ou Sacbé de 18 km de long et 5 mètres de large avec une arche monumentale à chaque extrémité. Kabah est le second plus grand site archéologique de la région Puuc après Uxmal.

Le nom « Kabah » serait une dénomination archaïque pour « main forte ». C’est un nom précolombien du site mentionné dans une chronique maya. Un autre nom est « Kabahaucan » soit « serpent royal dans la main ». Cette région était habitée au milieu du IIIe siècle av J.C. La majorité des bâtiments visibles ont été construits entre le VIIe et le XIe siècle. Une date sculptée sur un linteau de porte donne la date de 879, soit approximativement la période la plus florissante de la cité. Une autre date sculptée suivant le style Maya classique est 987. Kabah a été abandonnée ou au moins aucun nouveau bâtiment cérémoniel n’a été construit après le Xe siècle. Lors de fouilles récentes des traces d'occupation au Postclassique ont été découvertes[1].

Le site[modifier | modifier le code]

Le site de 3 km2 est traversé de part en part par la route moderne.

Il comprend plusieurs palais, des bâtiments de pierre peu élevés et des pyramides à étages. La plupart sont de style Puuc, mais certains sont de style « Chenes ». La région est parsemée de ruines encore recouvertes par la forêt. Le site possède un grand nombre de panneaux sculptés, linteaux et portes et encadrements de porte dont beaucoup ont été enlevées pour être placés dans des musées. Les sculptures représentent les dirigeants de la cité et des scènes de guerre. Un programme pour restaurer davantage de bâtiments ainsi que des fouilles sont en cours sous la direction de Ramon Carrasco. Kabah a été déclaré parc national du Yucatan en 1993.

À l'ouest de la route se situent des monuments secondaires ainsi que l'arc qui constitue le point d'arrivée du sacbé venant d'Uxmal. Déjà effondré à l'époque où John Lloyd Stephens et Frederick Catherwood visitèrent le site, il a été restauré en 1953-55. À l'est de la route se situe le monument le plus connu de Kabah, la structure 2C6, mieux connue sous le nom de «Codz Poop». Aussi appelé «Palais des Masques», cet édifice de 46 m de long construit sur une plate-forme de 3 m, est un exemple typique de style Puuc récent. Il contient dix chambres disposées par paires en cinq rangées de deux. On y accédait par cinq portes; seules trois survivent, une quatrième a été reconstituée. Contrairement à la plupart des édifices de style Puuc, l'entièreté - soubassement, mur et frise - de la façade principale, orientée ouest est ornée d'une succession ininterrompue de masques de pierre à «long nez» en forme de crochet, traditionnellement considérés comme des masques du dieu Chaac. Les masques du dieu de la pluie abondent sur d’autres bâtiments à travers tout le site. De l’encens (ou copal) a été découvert dans certains nez de pierre du dieu de la pluie.

L'omniprésence du dieu Chaac « le protecteur des récoltes » à kabah et dans les sites voisins Puuc s'explique par de la rareté de l’eau dans la région. Il n’y a pas de cenote dans cette région sèche du nord du Yucatan. Les Maya y dépendaient uniquement de la pluie pour s’approvisionner en eau et des chultunes pour son stockage[2]. Un seul de ces nez a survécu intact. Les nez des masques du soubassement situés sous les portes servent d'escalier pour accéder aux chambres. Entre la première et la deuxième chambre de la paire centrale un nez particulièrement large et enroulé sur lui-même est à l'origine du fameux nom «Codz Poop», «natte enroulée». La façade est était originellement décorée d'une frise de nattes sur laquelle se détachaient des statues en ronde-bosse hautes de 2 m, traditionnellement appelées «rois de Kabah», dont deux se trouvent encore in situ. Les montants de la porte de la pièce 21 se composent chacun de deux panneaux de scènes en bas-relief: les scènes supérieures représentent des personnages armés d'un atlatl sans doute engagés dans une danse rituelle; les scènes inférieures l'humiliation d'un prisonnier. La crête faîtière est ornée de grecques scalaires.

Le site est sur la route fédérale 261 à quelque 140Km au sud de Méridaà proximité de Campeche et est une destination touristique populaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Kabah est mal connue. À la fin du Classique récent, elle semble être un satellite de la cité voisine Uxmal. Un texte hiéroglyphique de Kabah qui mentionne le souverain de cette cité, Chan Chak K'ak'nal Ajaw et le sacbé long de 18 km relie qui Kabah à Uxmal pointent dans cette direction.

Les premières descriptions détaillées des ruines ont été publiées par John Lloyd Stephens et Frederick Catherwood en 1843.



Références[modifier | modifier le code]

  1. Ramón Carrasco V., Josep Ligorred, Eduardo Pérez de Heredia P., Antonio Centeno et Fabienne de Pierrebourg, Les fouilles du site de Kabah (Yucatan) : saison 1991, in : Journal de la Société des Américanistes, 1992, vol. 78-1, p. 22
  2. Kabáh :: The MayanKingdom

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]