KV Turnhout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ce club ne doit pas être confondu avec le Turnhoutse SK HIH, un autre club de la localité de Turnhout

KV Turnhout

Logo du KV Turnhout
Généralités
Nom complet Koninklijke Voetbalvereniging Turnhout
Noms précédents Turnhout Sport
FC Turnhout
Fondation 11 février 1912
Statut professionnel semi-professionnel
Couleurs Bleu et Banc
Stade Stadsparkstadion
(7 000 places)
Siège Parklaan, 50
2300 Turnhout
Championnat actuel Division 3
Président Drapeau : Belgique Marcel Hendrickx
Site web www.kvturnhout.be
Palmarès principal
National[1] Champion de Division 2 (1)
Champion de Division 3 (4)
Champion de Promotion (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de Belgique de football D3 2014-2015
0

Dernière mise à jour : 1er juillet 2014.

Le Koninklijke Voetbalvereniging Turnhout est un club belge de football localisé à Turnhout dans la Campine anversoise, en province d'Anvers. Porteur du matricule 148, ce club évolue en 2014-2015 en Division 3.

Le matricule 148 joue sans interruption depuis 1925 en séries nationales, soit 87 saisons. Le club fait partie de ceux ayant participé à au moins une saison dans l'un des quatre différents niveaux nationaux belges. Il a joué 3 saisons en Division 1 et partage, avec l'ancien K. Boom FC, le record du plus grand nombre de saisons passées en Division 2, 47.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts hésitants[modifier | modifier le code]

Pour la ville de Turnhout et l'actuel club du « KV », les racines du football se situent à l'Institut Saint-Victor (Sint-Victorinstituut) tout près du très beau château des Ducs de Brabant. À partir de 1905, on commence à jouer au football dans la localité. Mais les débuts sont assez balbutiants car la plupart des joueurs ou "apprentis-joueurs" ne connaissent presque rien des règles du jeu. De plus, il est difficile de constituer une équipe et de jouer, les ballons étant rares.

C'est un dénommé E.H. Janssens, aumônier à l'Institut Saint-Victor, qui initie ses élèves et leur explique les bases des règles du « jeu de football ». Deux ans plus tard, Janssens compose une équipe qu'il nomme Excelsior. Selon le site Internet du « KV », il s'agit là de la toute première équipe de l'Institut et par la même occasion de la ville de Turnhout. Par la suite, d'autres formations voient le jour, comme le Ons Vermaak (littéralement notre plaisir) sous la conduite de Lou Crockaert ou encore l' Union Sportive, une équipe formée par des membres d'une autre école, le Collège Saint-Joseph (Sint-Jozefcollege).

Le 11 février 1912, une "grande" réunion rassemble les membres des équipes Ons Vermaak et Excelsior. Les négociations en vue de fusionner les deux entités aboutissent même si plusieurs hésitations sont présentes. Mais le 25 février 1912, se tient une autre réunion qui débouche sur la création du club appelé Turnhout Sport. La date du 11 février 1912 est retenue comme date de fondation du « KV » actuel, qui fêtera donc son centenaire en 2012.

Lors de la saison 1912-1913, Turnhout Sport prend part à la compétition de "3e division régionale" (ce qui équivaut à l'époque au 4e niveau). Le club termine à la cinquième place d'une série remportée par le TSV Lyra. Mais en ces temps des pionniers du football belge, l'argent est, déjà, un sujet délicat et difficile pour les associations. Manquant de moyens financiers suffisants, Turnhout Sport renonce à participer à la saison 1913-1914 et ne joue que des matches amicaux, les joueurs payant eux-mêmes leurs frais de déplacements. Peu après la fin de celle-ci, éclate la Première Guerre mondiale.

Persévérance, changement de nom et essor[modifier | modifier le code]

Pendant la "Grande Guerre", le football devient logiquement secondaire. Le club, naissant, de Turnhout Sport, est proche de disparaître en dépit des bonnes volontés. Bon gré, mal gré, le cercle tient bont. On joue au football, rarement, mais on maintient vivant l'envie. À la fin des hostilités, malgré des pertes humaines, le club est toujours là, et son Histoire peut se poursuivre.

Vers la fin de l'année 1920, les membres décident un changement d'appellation. Le 1er janvier 1921, le club devient le FC Turnhout. À la fin de la saison 1924-1925, le cercle remporte sa série de 2e division régionale (aussi appelée « provinciale » par certaines sources), et via un tour final gagne le droit d'accéder aux séries nationales. À cette époque, il n'y a encore que deux niveaux nationaux, la Division d'Honneur et la Promotion. À partir de ce moment, soit depuis 86 ans, le club connaît des fortunes diverses, mais il ne quitte plus jamais les « nationales ».

En décembre 1926, lors de la publication de la Première liste des numéros de matricule, le FC Turnhout se voit attribuer le n° 148. Au terme de sa première saison en nationales, le club termine sixième, et assure donc facilement son maintien à ce niveau, rebaptisé pour la saison suivante « Division 1 » suite à la création d'un troisième niveau national.

Au terme de la saison 1930-1931, la Division 1 est jouée sous la forme d'une série unique pour la dernière fois jusqu'à la saison 1952-1953. Classé vice-champion derrière le Racing de Gand, le matricule 148 est promu dans la plus haute division, la Division d'Honneur. Le cercle est le 8e de la Province d'Anvers à décrocher une telle participation, mais le premier campinois. Pour l'anecdote, notons que le FC Turnhout est le premier matricule à 3 chiffres (148) à jouer dans la plus haute division belge.

Deux saisons en « Honneur » et une en « D1 »[modifier | modifier le code]

La décennie des années 1930 coïncide avec une grave crise économique mondiale et la triste montée des nationalismes, mais elle est, paradoxalement, positive pour le FC Turnhout. Le club joue deux saisons dans la plus haute division belge (1931-1932 et 1936-1937) et se maintient parmi les équipes fortes du deuxième niveau de la hiérarchie, sans toutefois parvenir à décrocher une place montante. En 1947, le club campinois termine vice-champion à deux longueurs d'Uccle Sport. Jusqu'au terme de la saison 1951-1952, le club reste au dexuième niveau.

Lorsque survient la réforme des séries avec la création du quatrième niveau national, qui hérite du nom de « Promotion », le FC Turnhout loupe le bon wagon. Finissant un point trop court par rapport à St-Trond, le matricule 148 ne peut se maintenir au deuxième niveau, qui prend le nom de « Division 2 », et recule en Division 3 où il reste huit saisons. Le cercle se console avec sa reconnaissance en tant que « Société Royale » qui lui vaut de prendre le nom de Koninklijke FC Turnhout, ou K. FC Turnhout.

À la fin de la saison 1959-1960, le cercle campinois remporte sa série de Division 3 et retrouve l'antichambre de l'élite.

Dans les années 1960, le football belge se trouve à une période charnière. Le passage, pour les plus hautes divisions, de l'amateurisme total d'avant-guerre vers le profesionnalisme officiel que nous connaissons ne se fait pas sans heurts. Devenus semi-professionnels, les clubs les plus ambitieux doivent faire face à des obligations de plus en plus fortes et affronter certaines tentations. C'est ainsi que les termes « corruption » et/ou « faits de corruption » sont de plus en plus souvent employés, et sont évidemment assortis de sanctions quand des preuves ou éléments de preuve sont rassemblés. Le K. FC Turnhout en fait l'expérience, une fois à son avantage, l'autre fois à ses dépens.

En 1963, le matricule 148 termine troisième en Division 2. Mais après la fin du championnat, le vice-champion, Waterschei, est reconnu coupable de corruption et sanctionné d'une relégation en Division 3. La plupart des dirigeants et joueurs de Turnhout sont en vacances lorsqu'ils apprennent qu'ils sont repêchés et promus en Division 1.

Douze mois plus tard, se déroule le scenario inverse. Turnhout pense avoir assuré pour la première fois son maintien dans la plus haute division avec une 14e place finale. Mais cette fois, c'est lui qui se retrouve accusé de corruption et est sanctionné. Le club est relégué à la place du 15e classé, Berchem Sport.

Le matricule 148 passe alors deux saisons en D2, est renvoyé durant autant de temps en D3 puis revient au 2e niveau où il reste jusqu'en 1977.

Recul et faillite[modifier | modifier le code]

À partir du dernier quart du XXe siècle, le K. FC Turnhout connaît des heures moins glorieuses. Le club évolue majoritairement en Division 3 avec quelques passages à l'étage supérieur. Le plus long est de six saisons entre 1995 et 2001.

Entretemps, le club a connu une tragédie. Le 4 avril 1991, un de ses joueurs les plus emblématiques, Luc De Rijck décède inopinément un soir après l'entraînement alors qu'il se fait soigner par le médecin du club. Comme le souligne le site Internet du club, les défaites et les relégations sont illusoires à comparer avec un tel drame. Mais le désarroi et le chagrin de cette tragique disparition font ensuite place à la polémique. Une « machine à réoxygéner le sang » est au cœur des débats [2].

Durant les années 1990, le K. FC Turnhout participe à plusieurs reprises au tour final de Division 2 pour la montée en Division 1, mais échoue à chaque fois. À la fin de cette décennie, la situation financière du club est catastrophique. Le terrain où est bâti le stade de Villapark est vendu pour garder la tête hors de l'eau. Mais cela s'avère insuffisant. Au terme du championnat 2000-2001, Turnhout termine vice-champion de D2 et deuxième du tour final derrière le RWDM, mais le club est le seul à ne pas recevoir la licence nécessaire pour évoluer à ce niveau et est renvoyé en D3. Au terme de la saison suivante, le matricule 148 se qualifie pour le tour final de D3, mais en raison de sa situation financière, il est déclaré en faillite et plonge en Promotion.

Les pronostics sont pessimistes quant à l'avenir du club, mais une nouvelle direction se met en place. Une cession de patrimoine est opérée conformément aux règlements de la Fédération belge. Le matricule 148 continue d'exister, mais comme prévu par les règles, une nouvelle dénomination doit être trouvée. Le choix se porte sur Koninklijke Voetbalvereniging Turnhout ou KV Turnhout.

KV Turnhout[modifier | modifier le code]

Repris en mains, le matricule 148 est immédiatement sacré champion de sa série au 4e niveau et remonte en Division 3. Le club y reste jusqu'en 2009. À ce moment, un an après avoir dû baisser pavillon de peu devant le RFC Liège, le KV Turnhout remporte sa série et retrouve la Division 2.

Il s'y maintient deux saisons, égalant le record de Boom avec 47 saisons jouées en championnat de D2. Mais en 2011, le cercle campinois ne peut éviter la place de barragiste. Pendant le tour final de D3, il s'incline, au deuxième tour, face au SK Sint-Niklaas et chute en Division 3.

Terrains et Stades[modifier | modifier le code]

  • 1947-2005 : Villapark
  • depuis 2005 : Stadsparkstadion

Anciens joueurs célèbres[modifier | modifier le code]

Résultats en séries nationales[modifier | modifier le code]

Statistisques mises à jour au 26 mai 2014

Palmarès[modifier | modifier le code]

Bilan[modifier | modifier le code]

Saisons jouées en nationales
Niv Divisions Jouées Titres TM Up TM Down
I 1e nationale 3 0
II 2e nationale 47 1 6 1
III 3e nationale 35 4 6
IV 4e nationale 1 1
 
  TOTAUX 86 6 12 1
  • TM Up= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour une montée éventuelle.
  • TM Down= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour le maintien.

Saisons[modifier | modifier le code]

1925-1950 : Le FC Turnhout dans les deux plus hautes divisions[modifier | modifier le code]

1953-1960 : Le K. FC Turnhout en Division 3[modifier | modifier le code]

1961-1977 : Le K. FC Turnhout se stabilise en Division 2[modifier | modifier le code]

1977-1990 : Plus d'une décennie en Division 3[modifier | modifier le code]

1991-2002 : Échecs pour la remontée en Division 1 puis faillite[modifier | modifier le code]

2003-... : Nouveau nom: KV Turnhout (entre Div 2 et Div 3)[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Notes sur les classements saison par saison[modifier | modifier le code]

  1. En 1947, le FC Turnhout échoue à 2 points d'Uccle Sport.
  2. En 1952, le FC Turnhout termine 1 point derrière St-Trond et doit reculer vers le troisième niveau qui prend l'appellation de « Division 3 ». Le terme « Promotion » s'applique désormais au quatrième niveau, créé à partir de la saison suivante.
  3. En 1956, le K. FC Turnhout échoue à 1 point du Patro Eisden.
  4. En 1963, le K. FC Turnhout est repêché et promu en « Division 1 » à la place de THOR Waterschei, vice-champion qui est sanctionné pour « faits de corruption ».
  5. En 1964, le K. FC Turnhout assure son maintien mais est ensuite sanctionné pour « faits de corruption » et relégué en Division 2.
  6. En 1966, le K. FC Turnhout termine dernier et est le seul relégué. Cette saison-là, le 15e de D2 ne descend pas en raison de la sanction infligée au R. CS Brugeois. Ce club est renvoyé de D1 en D3 pour « faits de corruption". Le matricule 12 brugeois est blanchi par la suite, mais n'est pas réintégré en D1 pour des questions d'organisation des compétitions.
  7. En 1978, le K. FC Turnhout termine à égalité de points et de victoires avec le VC Rotselaar. Un test-match est organisé pour départager les deux clubs. Sur le terrain du RC Malines, Turnhout s'incline 0-3 et n'est pas promu.
  8. En 1991, le K. FC Turnhout termine troisième du tour final de D2 et n'est pas promu.
  9. En 1992, le K. FC Turnhout termine à 5 points du KFC Lommelse SK. Il participe ensuite au tour final, dont il termine quatrième et n'est donc pas promu.
  10. En 1995, lors du tour final de D3, le K. FC Turnhout élimine l'Union St-Gilloise (1-0) au premier tour, puis va s'imposer à Denderleeuw (0-2). Le match décisif se déroule sur le terrain du RC Malines. Turnhout gagne (2-0) contre Diest et remonte en D2.
  11. En 1998, le K. FC Turnhout termine quatrième du tour final de D2 et n'est donc pas promu.
  12. En 1999, le K. FC Turnhout termine deuxième du tour final de D2 et n'est donc pas promu.
  13. En 2000, le K. FC Turnhout termine quatrième du tour final de D2 et n'est donc pas promu.
  14. En 2001, le K. FC Turnhout participe au tour final de D2 qu'il termine à la deuxième place. Cependant, le matricule 148 ne reçoit pas la licence pour le football rémunéré et est renvoyé en Division 3.
  15. En 2002, le K. FC Turnhout participe au tour final de D3 où il est éliminé au premier tour par le KV Ostende. Déclaré en faillite, Turnhout descend en Promotion et est repris par une nouvelle direction. La cession de patrimoine entraîne un changement d'appellation. Le matricule 148 est désormais dénommé KV Turnhout.
  16. En 2004, le KV Turnhout participe au tour final de D3. Il élimine le Wallonia Walhain (défaite 1-0 et victoire 2-0), puis K. VSK United Overpelt-Lommel (victoires 1-4 et 3-1). Mais le matricule 148 s'incline 1-0 en finale contre le KV Courtrai et n'est donc pas promu.
  17. En 2008, le KV Turnhout termine à 7 points du R. FC de Liège, et participe au tour final de D3. Il franchit le premier tour face au Racing Waregem (défaite 2-1 et victoire 2-0), mais est ensuite éliminé par l'UR Namur (défaite 1-3 et victoire 1-2). Le matricule 148 n'est donc pas promu.
  18. En 2011, le KV Turnhout est barragiste en D2 et prend donc part au tour final de D3, qu'il débute au deuxième tour. Le club est éliminé par le SK Sint-Niklaas (défaite 1-2 et partage 3-3 après prolongations), et est donc relégué en D3.
  19. Le KV Turnhout participe au tour final pour la montée en Division 2 mais est éliminé au premier tour par l'Union Saint-Gilloise.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. « Le décès du joueur Luc De Rijck devant le tribunal correctionnel de Turnhout », sur http://archives.lesoir.be,‎ 7 mai 1993 (consulté le 24 septembre 2011)

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]