Kepler-42

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis KOI-961)
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 19h 28m 52.56s, +44° 37′ 09.6″

Kepler-42

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Système planétaire de Kepler-42 à l'échelle du système de satellites galiléens de Jupiter

Époque J2000.0

Données d'observation
Ascension droite 19h 28m 52,56s[1]
Déclinaison +44° 37′ 09,6″[1]
Constellation Cygne
Magnitude apparente 16,12[2]
Caractéristiques
Type spectral M[3]
Indice J-K ?
Astrométrie
Vitesse radiale -84,48 ± 0,2 km/s[3]
Mouvement propre μα = 84 mas/a[1]
μδ = -423 mas/a[1]
Parallaxe mas
Distance 126 ± 20 5 al[3]
(38,7 ± 6,3 pc)
Caractéristiques physiques
Masse 0,13 ± 0,05 M[3]
Rayon 0,17 ± 0,04 R[3]
Luminosité 2,40×10−3,0±0,3 L[3]
Température 3 068 ± 174 K[3]
Métallicité [Fe/H] = -0,48 ± 0,17[3]
Rotation 2,9 ± 0,4 km/s[3]
Âge a

Autres désignations

2MASS J19285255+4437096,
USNO-B1.0 1346-00336634,
KIC 8561063,
LSPM J1928+4437

Kepler-42, anciennement nommée KOI-961, est une étoile située à environ 126 années-lumière (38,7 pc) du Système solaire, dans la constellation du Cygne. Cette naine rouge de 0,13 masse solaire et 0,17 rayon solaire — c'est-à-dire seulement 1,7 rayon jovien — possède une luminosité d'environ 0,24 % et une métallicité d'environ un tiers de celles du Soleil. Elle est caractérisée par son mouvement propre élevé (431 ± 8 mas/an[3]). Un système planétaire d'au moins trois exoplanètes de tailles comprises entre celles de Mars et de Vénus a été détecté autour de cet astre le 11 janvier 2012 par la méthode des transits à l'aide du télescope spatial Kepler :

Planète Rayon
(R)
Diamètre
(km)[4],[5]
 Demi-grand axe 
(UA)
 Période orbitale 
(d)
Température[3]
(K)
Kepler-42 c  0,73 ± 0,20 9 280 ~ 0,006 0,45328509 ± 9,7×10-7 720 ± 73
Kepler-42 b  0,78 ± 0,22 9 917 ~ 0,0116 1,2137672 ± 4,6×10-6 519 ± 52
Kepler-42 d  0,57 ± 0,18 7 250 ~ 0,0154 1,856169 ± 1,4×10-5 450 ± 45
Système planétaire de Kepler-42[2],[6]

L'existence de ces planètes est fortement soupçonnée à partir des observations — la probabilité totale de faux positifs est évaluée entre 6,7×10-4 pour Kepler-42b (anciennement KOI-961.01) et 1,4×10-3 pour Kepler-42c (anc. KOI-961.02)[3] — et leurs propriétés ont été déterminées de façon fine en calibrant les données obtenues pour Kepler-42 (KOI-961) avec les observations de l'étoile de Barnard, qui lui est assez semblable et est très bien connue.

L'intérêt de cette découverte est de confirmer l'existence de planètes rocheuses de tailles comparables aux planètes telluriques de notre Système solaire — le rayon de Kepler-42d (anc. KOI-961.03) serait d'à peine 1,07 ± 0,33 rayons martiens (0,57 rayon terrestre) — autour de naines rouges, dont jusqu'à un tiers pourraient posséder de telles planètes[7]. Les naines rouges étant elles-mêmes en grand nombre dans notre galaxie, les planètes rocheuses pourraient être statistiquement extrêmement nombreuses dans l'Univers.

Par ailleurs, cette détection fait suite à une série d'avancées majeures dans la recherche d'exoplanètes semblables à la Terre, avec la publication en décembre 2011 des découvertes de Kepler-22b, une super-Terre orbitant dans la zone habitable de son étoile, et de Kepler-20e et Kepler-20f, les premières exoplanètes de taille terrestre découvertes autour d'une étoile semblable au Soleil[8].

Tailles comparées de Mars, Kepler-42d (KOI-961.03), Kepler-42c (KOI-961.02), Kepler-42b (KOI-961.01), Kepler-20e, la Terre et Kepler-20f.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Kepler-42 sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg
  2. a et b (en) Extrasolar Planets Encyclopaedia – 12 janvier 2012 « Star: KOI-961 – 3 PLANETS ».
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) Philip S. Muirhead, John Asher Johnson, Kevin Apps, Joshua A. Carter, Timothy D. Morton, Daniel C. Fabrycky, J. Sebastian Pineda, Michael Bottom, Barbara Rojas-Ayala, Everett Schlawin, Katherine Hamren, Kevin R. Covey, Justin R. Crepp, Keivan G. Stassun, Joshua Pepper, Leslie Hebb, Evan N. Kirby, Andrew W. Howard, Howard T. Isaacson, Geoffrey W. Marcy, David Levitan, Tanio Diaz-Santos, Lee Armus, James P. Lloyd, « Characterizing the Cool KOIs III. KOI-961: A Small Star with Large Proper Motion and Three Small Planets » accepté pour publication dans The Astrophysical JournalTexte en accès libre sur arXiv : 1201.2189v1..
  4. http://www.space.com/14209-smallest-alien-planets-tiny-star-infographic.html
  5. À titre de comparaison, d'après la même source http://www.space.com/14209-smallest-alien-planets-tiny-star-infographic.html : rayon de Mars = 6 794 km et rayon de la Terre = 12 713 km.
  6. (en) NASA Ames Research Center Kepler, A Search for Habitable Planets – 11 janvier 2012 « KOI-961: A Mini-Planetary System ».
  7. (en) ScienceNOW – 11 janvier 2012 « Kepler Spies Smallest Alien Worlds Yet », par Govert Schilling.
  8. (en) NASA Jet Propulsion Laboratory Caltech – 11 janvier 2012 « NASA's Kepler Mission Finds Three Smallest Exoplanets ».