Kōfuku-ji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pagode à deux étages

Le Kōfuku-ji (興福寺?) est un temple bouddhiste de la cité de Nara (Préfecture de Nara, Japon). C'est le temple familial des Fujiwara (藤原氏, Fujiwara-shi?) et le principal du bouddhisme Hossō-shū (法相宗). Il est également appelé, avec l'Enryaku-ji (延暦寺), Nanto-Hokurei (南都北嶺), terme désignant les deux temples les plus puissants pendant l'ère Heian : le Kōfuku-ji au Sud (Nanto, ville du sud) et l'Enryaku-ji sur le mont Hiei, au Nord (Hokurei, sommet du nord). Le temple fait partie depuis 1998 des « monuments historiques de l'ancienne Nara » inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Histoire générale[modifier | modifier le code]

Le nanendō

Ses origines remontent au quartier de Yamashina à Kyōto où il fut fondé en 669 par Kagami no Ōkimi à la mort de son époux Fujiwara no Kamatari et il fut nommé Yamashina-dera. Elle y fit installer une représentation du Bouddha Shaka que son défunt époux avait commandé après sa défaite contre le clan Soga en 645. Le temple fut d'abord déplacé à Fujiwara avant d'être installé à la capitale permanente de Nara par Fujiwara no Fuhito en 710, comptant alors parmi l'un des premiers établissement religieux de la nouvelle capitale.

Le Kōkfuku-ji brûla de nombreuses fois, destin tragique de nombreux monuments historiques japonais, et notamment en 1180 en même temps que le Tōdai-ji (東大寺), pendant les guerres qui ponctuèrent la fin de l'ère Heian, période pendant laquelle le temple possédait un pouvoir politique dominant sur la province du Yamato. Les architectures actuelles datent donc des époques Kamakura et Muromachi pendant lesquelles le shogunat considérait le temple comme gouverneur, protecteur (shugo, 守護) du Yamato.
À cette époque, de nombreux fils de nobles entraient en religion au Kōfuku-ji, ce qui provoquait des conflits entre les fondations monastiques nobles qui y étaient annexées comme, par exemple, entre l'Ichijō-in (一乗院) de la famille Konoe (近衛家, Konoe-ke?) et le Daijō-in (大乗院) de la famille Kujō (九条家, Kujō-ke).
Contrairement au Tōdai-ji qui subit l'influence de l'architecture Song lors de sa reconstruction, le Kōfuku-ji fut restauré dans son style initial (wayō). C'est notamment grâce aux 21 000 koku () que le shogunat de l'ère Edo, qui lui rendit son statut d'établissement purement religieux, versait chaque année au temple que les restaurations des bâtiments furent possible.
Le Kōfuku-ji fut particulièrement atteint par la politique anti-Bouddhiste du début de l'ère Meiji. La majorité de ses propriétés furent confisquées mais il tente maintenant de les récupérer et souhaite continuer de jouer son rôle de temple principal du Hossō.

Les bâtiments[modifier | modifier le code]

Le gojū-no-tō et le tō-kondō du Kōfuku-ji

Bâtiments anciens :

  • Le hōkuendō (北円堂) est un petit pavillon octogonal érigé au Nord du bâtiment principal en 721, à la demande des impératrices Gemmei et Genshō en l'honneur du premier anniversaire du décès de Fujiwara no Fuhito. Le bâtiment actuel date de 1240 et fut reconstruit selon les proportions de l'époque de Nara. Il contient actuellement plusieurs sculptures d'Unkei et il est classé Trésor National.
  • La pagode à trois étages (三重の塔, sanjū-no-tō) fut importée depuis le temple impérial en 1143 sur l'ordre de l'ancien empereur Sutoku. Lors de sa reconstruction après l'incendie de 1180, elle bénéficia des perfectionnements de l'architecture de la période Kamakura remarquable notamment par la relative clarté intérieure obtenue grâce à l'installation de fenêtres à treillage ou par la structure, unique en son genre, de la nouvelle charpente : le pilier central, arrêté au deuxième étage, est remplacé par une colonne plus mince reposant sur un plancher soutenu par quatre autres colonnes. Tous ces éléments porteurs sont décorés par de nombreux bouddhas peints. Ce bâtiment est donc Trésor National.
  • Le tō-kondō (東金堂, kondō de l'Est) fut érigé en 726 par l'empereur Shōmu dans l'espoir d'obtenir la guérison de l'ancienne impératrice Genshō. Après deux destructions en 1017 et en 1046, et deux reconstructions en 1027 et en 1049, il fut à nouveau incendié en 1180, par les Taira. Le gouvernement de Kamakura le fit une fois de plus reconstruire, en 1185, mais il connut encore deux incendies, en 1356 et en 1411. Le bâtiment actuel date de 1415 et il est classé Trésor National.
Le chū-kondō
  • Le gojū-no-tō (五重の塔, pagode à cinq étages) fut réalisé selon le souhait de l'impératrice Kōmyō, épouse de l'empereur Shōmu, et achevé en 730. Cette pagode mesure environ 50 mètres de haut, ce qui en fait l'une des plus hautes du Japon. Elle fut de nombreuses fois frappée par la foudre, incendiée et détruite (1017, 1060, 1180, 1356 et 1411) mais à chaque fois reconstruite (1031, 1078, 1205, 1388 et pour finir 1426) dans le même style « à la japonaise » que le tō-kondō. Cependant, la finesse de ses éléments témoigne bien de l'ère Muromachi. Il est également considéré comme Trésor National.
  • Le nanendō (南円堂), bâtiment également octogonal au Sud du bâtiment principal, fut fondé en 813 par Fujiwara no Fuyutsugu et reconstruit en 1789. Sa lanterne de bronze est cependant d'époque. Il n'est ouvert au public qu'un jour par an, le 17 octobre.
  • Le chū-kondō (中金堂, kondō central) fut réalisé entre 710 et 714, à la demande de Fujiwara no Fuhito. La structure actuelle date de 1811 mais a beaucoup souffert est n'est plus fonctionnelle. Les statues qu'il contenait, dont certaines pièces maîtresses, ont été déplacées pour éviter leur détérioration. Elles se trouvent maintenant dans un bâtiment annexe au nord du bâtiment.
  • Le ōyuya (大湯屋, salle pour le bain), reconstruit durant la période Muromachi (1426), contient deux grands chaudrons de fer destinés à recevoir de l'eau chaude.
  • Le bodai-in ōmidō (菩提院大御堂) actuel date de 1580 mais il fut initialement érigé au cours de l'ère Nara. Il contient d'importantes statues dont le Fukukensaku Kannnon. Il est fréquemment évoqué dans les contes traditionnels japonais sous le nom de Salle des Trente Cloches.

Bâtiment récent :

  • Le kokuhōkan (国宝館, Musée des Trésors Nationaux) fut construit en 1959 pour abriter les statues, tableaux, livres et documents historiques qui ont été désignés comme Trésor National ou qui sont considérés comme Importante Propriété Culturelle. Son but est de permettre au public de mieux comprendre le Bouddhisme et de pouvoir apprécier les artéfacts bouddhiques culturels.
Le hōkuendō

Sources[modifier | modifier le code]

  • L'Art de l'ancien Japon, Danielle et Vadime Elisseeff, Éditions Mazenod, 620 p. (1980) (ISBN 2-85088-010-8)
  • Le Japon : Dictionnaire et civilisation, Louis Frédéric, Éditions Robert Laffont, Collection Bouquins, 1470 p, (1999) (ISBN 2-221-06764-9)
  • Dictionnaire historique du Japon, Collectif, Éditions Maisonneuve et Larose, Collection Monde Asiatique, 2993 p. (2002) (ISBN 2-7068-1633-3)
  • L'art japonais, Christine Schimizu, Éditions Flammarion, Collection Vieux Fonds Art, 492 p. (1998) (ISBN 2-08-012251-7)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]