Kōchi (Kōchi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kochi.
Kōchi-shi
高知市
Drapeau de Kōchi-shi
Drapeau
Image illustrative de l'article Kōchi (Kōchi)
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Shikoku
Préfecture Kōchi
Maire Seiya Okazaki
Code postal 〒780-8571
Démographie
Population 340 361 hab. (mars 2010)
Densité 1 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 33° 33′ 32″ N 133° 31′ 53″ E / 33.558889, 133.53138933° 33′ 32″ Nord 133° 31′ 53″ Est / 33.558889, 133.531389  
Altitude Min. 0 m – Max. 1 176 m
Superficie 30 922 ha = 309,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 12.svg
Kōchi-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 12.svg
Kōchi-shi
Liens
Site web http://www.city.kochi.kochi.jp/

Kōchi (高知市, Kōchi-shi) est une ville japonaise, capitale de la préfecture de Kōchi, au sud de l'île de Shikoku.
En 2010, la ville avait une population de 340 361 habitants et une superficie de 309,22 km².

Château de Kōchi[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Kōchi.
Château de Kōchi

En l'an 6 de l'ère Keicho (1601), Yamauchi Katsutoyo devient le seigneur de Tosa. Bien qu'habitant au château Urado, il décide de construire un nouveau château au sommet du mont Otakasaka et envoie sa décision à Edo. La conduite de la construction du château est donnée à Dodo Echizen.

En l'an 8 de l'ère Keicho (1603), le mur de soutien la tour principale ainsi que les aménagements extérieurs sont finis. Yamauchi rentre au château en tant que premier seigneur et un banquet est donné afin de célébrer la construction de la citadelle principale qui comprend la porte Tsume (Tsumemon), la porte Roka (Rokamon) et la tourelle du tambour (Taiko). Otakasaka-yama est renommée Kōchi-yama (河中山), qui deviendra en Keicho 15 (1610) Kōchi-yama (高智山).

En Keicho 16, le château est construit, soit à peine dix ans avec le travail de milliers d'hommes. En Kanbun 4 (1664), Genroku 13 et 11 (1690 et 1698) le château subit des incendies et est partiellement reconstruit. En Kyoho 12 (1727) un important incendie se déclare et consume une grande partie du complexe fortifié. En Kyoho 14 (1729) débute la reconstruction du château sous les ordres du magistrat Fukao. En Kanen 1 (1746), la reconstruction de la citadelle principale commence. L'ensemble sera finalement reconstruit en Horeki 3 (1753).

Plusieurs réparations ont lieu au cours du siècle suivant jusqu'à l'ouverture au public en 1871 (Meiji 4) sous l'impulsion des politiques réformistes de Meiji. La plupart des structures sont détruites ou déplacées pour y implanter un parc (Meiji 6, 1873).

En 1934 (Showa 9), le château est déclaré comme Trésor National puis en 1950 il est aussi classé comme Important Actif Culturel.

Le château actuel conserve le donjon d'origine de 1601.

Points remarquables[modifier | modifier le code]

La sauvegarde du château est le fait d'activistes humanistes qui ont recommandé la construction d'un parc plutôt que la destruction du château comme ce fut souvent le cas lors de la Restauration Meiji. Cela a permis de conserver le donjon d'origine.

16 générations de Yamauchi ont vécu dans la seconde citadelle avant sa destruction. Il ne reste qu'un morceau du jardin. La troisième citadelle, également détruite, servait aux cérémonies et autres réceptions du daimyo.

Il n'a jamais été attaqué, sauf par les réformateurs Meiji.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville possède un réseau de tramways, qui comprend trois lignes.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Panorama de Kōchi
Sanctuaire Tosa-jinja

Outre Yamauchi Katsutoyo :

  • Dodo Echizen, architecte
  • Torahiko Terada, physicien et essayiste
  • Ueki Emori, activiste de la liberté des droits, élu à la Diète en 1890.
  • Fukuoka Takachika, politicien durant la fin de la période Tokugawa, participa à la Restauration Meiji.
  • Sakamoto Ryoma, a eu un rôle important dans la réunification du Japon et la restauration du pouvoir de l'Empereur.
  • Kondo Chojiro, partisan de Sakamoto Ryoma, il dut se suicider à 28 ans lorsqu'il fut reconnu coupable de vouloir partir étudier en Angleterre.
  • Baba Tatsui, politicien et penseur, activiste pour le Mouvement des Droits de l'homme et de la liberté (1870-1880) , il aida à l'organisation du premier parti politique japonais le Jiyuto. Il s'exila pour raisons politiques aux États-Unis en 1886.
  • Baba Kocho, frère du précèdent, écrivain.
  • Omachi Keigetsu, voyageur et écrivain, un festival est tenu en son honneur chaque année sur la plage Katsura (Katsurahama).
  • Nonaka Kenzan (1615-1663), politique et législateur qui promut l'industrie et qui fut leader de l'administration régionale. Ses politiques l'ont conduit à sa perte (mécontentement chez les paysans et jalousie chez ses collègues).
  • Umazume Motone, officiel durant la période Edo, surtout connu pour sa poésie.
  • Yamauchi Yodo, 15eme seigneur de Tosa, il œuvra pour l'unification entre le shogunat Tokugawa et l'Empereur.
  • Takechi Zuizan, chef du parti politique loyaliste de Tosa, emprisonné sur ordre du seigneur et dut se suicider (1865).
  • Itagaki Taisuke, leader du Mouvement des Droits de l'homme et de la liberté.
  • Kataoka Kenkichi, leader du Mouvement des Droits de l'homme et de la liberté et 5eme président de la Diète.
  • Goto Shojiro, partisan de Sakamoto Ryoma et politique sous l'ère Meiji.
  • Nakayama Koyo, célèbre artiste de Tosa qui alla travailler par la suite à Edo.
  • Nakae Chomin, surnommé le Rousseau d'Orient, membre du Mouvement des Droits de l'homme et de la liberté.
  • Nobuyuki Yanagawa (1974-) lutteur de sumo

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Kōchi est jumelée avec[1] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :