Königsbrück

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Koenigsbrück.
Königsbrück
Image illustrative de l'article Königsbrück
Blason de Königsbrück
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau du Land de Saxe Saxe
District
(Regierungsbezirk)
district de Dresde
Arrondissement
(Landkreis)
Arrondissement de Bautzen
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Heiko Driesnack
Partis au pouvoir CDU
Code postal 01936
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
14 6 25 270
Indicatif téléphonique +46 35795
Immatriculation BZ
Démographie
Population 4 352 hab. (30.06.2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 15′ 50″ N 13° 54′ 11″ E / 51.2639, 13.9031 ()51° 15′ 50″ Nord 13° 54′ 11″ Est / 51.2639, 13.9031 ()  
Altitude 175 m
Superficie 7 783 ha = 77,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Königsbrück

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Königsbrück
Liens
Site web www.koenigsrueck.de

Königsbrück ou Koenigsbrueck (en sorabe : Kinspork) est une ville de Saxe (Allemagne), située dans l'arrondissement de Bautzen, dans le district de Dresde, à 14 km de Kamenz et à 27 km de Dresde.

Géographie[modifier | modifier le code]

Königsbrück est traversée par la Pulnitz. Elle est entourée de paysage de landes, celle de Königsbrück au nord et celle de Laußnitz au sud qui appartient au territoire naturel protégé de la Lusace occidentale. Le point culminant du Keulenberg (413 m) se trouve à 6 km au sud.

Population[modifier | modifier le code]

La population de la commune comptait au 30 juin 2011:

  • 3 776 habitants à Königsbrück même
  • 410 habitants à Gräfenhain, village appartenant à la commune
  • 166 habitants à Röhrsdorf, village appartenant à la commune

Histoire[modifier | modifier le code]

Königsbrück a été mentionnée pour la première fois par écrit en 1248. Il est vraisemblable qu'elle doit sa fondation quelque temps auparavant à une citadelle de frontière entre la Marche de Misnie et la Haute-Lusace appartenant au royaume de Bohême. Le développement de la ville est étroitement lié à la Via Regia sur le trajet de laquelle elle se trouve. Cette route commerciale relie Königsbrück à Bautzen, Görlitz et Kamenz, et au-delà à la Silésie, et à l'ouest à Francfort et à Mayence. Une barrière douanière royale est installée à la frontière.

Königsbrück obtient ses privilèges de ville en 1331. Elle devient un point stratégique et un poste de surveillance frontalier de la Haute-Lusace. Lorsque les seigneurs de Schönfeld, vassaux du margrave de Misnie, décident en 1350 de vendre la ville au margrave, le habitants de Bautzen s'en emparent avec violence et remettent de nouveau la ville de Königsbrück à la couronne de Bohême. La ville appartient aux burgraves de Dohna entre 1439 et 1579. À la mort de Christoph von Dohna, la seigneurie de Königsbrück (la ville et les territoires alentour) passe comme fief à la couronne de Bohême. L'empereur Ferdinand Ier la vend en 1562 à un membre d'une autre branche de la Maison de Dohna de Basse-Lusace, Caspar von Dohna. Celui-ci obtient le privilège d'en faire la quatrième Freie Standesherrschaft de la Haute-Lusace, c'est-à-dire un domaine exempt de liens féodaux intermédiaires, son seigneur étant directement vassal du roi lui-même. À cette époque Königsbrück compte un millier d'habitants, dont cent-quarante détiennent le droit de bourgeoisie.

Après 1579, Königsbrück devient la seigneurie des seigneurs de Schellendorf, jusqu'en 1726, puis des barons von Friesen, jusqu'en 1773. La seigneurie passe ensuite aux comtes de Redern, jusqu'en 1795; au comte zu Münster-Meinhövel de 1795 à 1803; aux comtes von Hohenthal de 1803 à 1856; aux comtes Wilding, princes de Radali, de 1856 à 1893; et enfin le domaine appartient de 1893 à 1920 à la famille Naumann zu Königsbrück.

La ville fait partie de la zone d'occupation soviétique après 1945 et de la république démocratique allemande à sa fondation en 1949.

La majorité de ses habitants est athée ou non-baptisée, une minorité demeure luthérienne-évangélique. Il existe aussi un petit groupe catholique, surtout d'origine sorabe.