Königs Wusterhausen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Königs Wusterhausen
Blason de Königs Wusterhausen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau du Land de Brandebourg Brandebourg
Arrondissement
(Landkreis)
Arrondissement de Dahme-Forêt-de-Spree
Géographie
Coordonnées 52° 17′ 30″ N 13° 37′ 30″ E / 52.2917, 13.625 ()52° 17′ 30″ Nord 13° 37′ 30″ Est / 52.2917, 13.625 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Königs Wusterhausen

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Königs Wusterhausen

Königs Wusterhausen est une ville de Brandebourg (Allemagne), située dans l'arrondissement de Dahme-Forêt-de-Spree, à une trentaine de kilomètres au sud de Berlin, célèbre pour son château de Wusterhausen. Elle s'appelait jusqu'en 1718 Wendisch Wusterhausen, c'est-à-dire Wusterhausen-des-Wendes, pour devenir ensuite Königs Wusterhausen, Wusterhausen-le-Roi.

Écluse sur la rivière Dahme à Königs Wusterhausen.


Elle comptait 33 762 habitants au 31 décembre 2009.

Une écluse barre la rivière Dahme à la hauteur de la ville de Königs Wusterhausen.


Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du nom de la cité remonte à 1320. La ville fut d'abord une forteresse polonaise connue sous le nom "Vostroźn" en langage bas-sorabe ou "Wustrow" en polabe, dialecte slave aujourd'hui disparu. Le patronyme pourrait signifer île fortifiée selon l'écrivain allemand Theodor Fontane et le cartographe Heinrich Berghaus (en). Lors de la colonisation germanique de l'Europe orientale, le nom de la cité fut germanisé en Vostrog, puis en Wuster.

En 1944 fut érigé un camp annexe de Sachsenhausen pour Juifs et Polonais. Ce camp de travail pour la production de guerre a accueilli des Juifs du Ghetto de Lodz au moment de sa liquidation. Il a été libéré en avril 1945 par l'Armée rouge[1].

L’émetteur de Königs Wusterhausen fut, pendant la période communiste, l'une des puissantes antennes de la radio officielle, Radio Berlin International.



Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Andreas Weigelt: Königs Wusterhausen. In: Wolfgang Benz, Barbara Distel, Angelika Königseder: Der Ort des Terrors. Geschichte der nationalsozialistischen Konzentrationslager. Band 3: Sachsenhausen, Buchenwald. Beck, München 2006

Sur les autres projets Wikimedia :