Kétaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

Kétaine ou quétaine est un québécisme désignant d'abord une personne mal habillée et ensuite un style, une personne ou une manière de vivre démodé ou de mauvais goût. Son équivalent "français de France" serait donc craignos, étant donné que ringard ou démodé sont trop précis par rapport au sens subjectif du terme. Le terme s'applique aujourd'hui, in extenso, à une personne, un concept ou même une situation qui seraient considérés comme risibles, dépassés, ou dépourvus de goût ou de classe de façon générale.

Origines[modifier | modifier le code]

C'est probablement dans la région de Saint-Hyacinthe, au cours des années 1940, que le mot « kétaine » prend son origine. À cette époque, il est appliqué aux résidents du marché à foins, surnom donné au quartier pauvre et adjacent au marché à foins de la ville.

Ici trois histoires s'affrontent :

  • La plus répandue suggère que le mot est un dérivé du nom de famille Keaton ou McKeaton, venant d'une famille d'origine irlandaise vivant dans ce quartier et qui aurait eu des goûts vestimentaires et une tenue publique discutables.
  • L'autre histoire est celle d'Andrée Champagne, comédienne, qui affirme que le mot aurait été une expression familiale dérivant de « quêteux » et visant les mendiants de ce quartier qui portaient des vêtements démodés et mal agencés. Selon ses dires, le mot se serait glissé dans une conversation avec Dominique Michel et Denise Filiatrault et c'est ainsi qu'il se serait retrouvé, quelques semaines plus tard, dans un des sketches de l'émission quotidienne des deux actrices[1].
  • Selon les mémoires écrites (volume premier, page 44) de Télesphore-Damien Bouchard, maire de Saint-Hyacinthe de 1917 à 1930, « Quétenne » provient du surnom d'une des plus notoires familles du bas de la ville, les Martin dits Quétenne.

Certains Québécois en vue cultivent une image quétaine, par exemple Mado Lamotte, qui se décrit souvent comme telle, mais qui applique aussi ce qualificatif péjoratif à sa propre clientèle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le panthéon de la kétainerie

Sources[modifier | modifier le code]