Kémi Séba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Séba.

Kémi Séba

Description de cette image, également commentée ci-après

Kémi Séba en 2007.

Nom de naissance Stellio Capo Chichi
Naissance 9 décembre 1981 (32 ans)
Strasbourg
Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession polémiste, prédicateur, activiste, militant politique

Kémi Séba, né Stellio Capo Chichi[1],[2] le 9 décembre 1981[3] à Strasbourg, est un militant racialiste et antisémite noir français[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11], militant de l'action violente dans les années 2000[12]. À la fois polémiste[2], activiste et prédicateur panafricain[13], il se présente comme anti-impérialiste et anti-sioniste.

Plusieurs fois condamné par la justice française pour incitation à la haine raciale, Kémi Séba est le fondateur ou porte-parole de plusieurs organisations, notamment « Tribu Ka » et « Génération Kémi Séba », toutes deux dissoutes par décret. Résidant désormais au Sénégal, il est ou était un membre francophone de Nation of Islam[14] [15]. Il travaille par ailleurs à la télévision sénégalaise 2sTV, où il officie en tant que chroniqueur politique au sein du talk-show Le Grand Rendez-vous depuis 2013[16].

Selon le politologue Stéphane François, la posture politique de Kémi Séba serait celle d'un « racialiste intégral qui a renversé la pyramide raciale élaborée au XIXe siècle : le peuple civilisateur n’est plus celui des Aryens, mais l’Africain noir[17]. »

Kémi Seba affirme depuis son panafricanisme : « J'ai abandonné le prisme limité, le prisme de frustrations de l’afrocentricité pour m’élever vers le prisme plus universel, plus juste, plus réel et plus rationnel du panafricanisme. L’ethnocentrisme appelle à se centrer sur soi, en s’opposant aux autres. Cela n’est pas ma démarche aujourd’hui. ». Il affirme aussi : « Je ne regrette absolument rien. Si vous retiriez une seule étape de ce parcours, je ne serais pas celui que je suis aujourd’hui »[18],[19].

Biographie

Stellio Capo Chichi, issu de parents français d'origine béninoise[20], est un représentant du radicalisme noir en France. Après un an et demi passé au sein de Nation of Islam à Paris, qui lui aurait donné ses bases idéologiques[3] et ses capacités d'orateur[21], il prône la « revalorisation de la race noire », qui passe selon lui par la « séparation » des Noirs et des Blancs (qu'il nomme « leucodermes ») « descendants d'esclavagistes colonisateurs » et qui selon lui, pour beaucoup, pratiquent encore le rejet des Noirs[3]. Il s'est présenté en 2007 comme un « militant de métier au service des citoyens victimes de racisme, à cause de la couleur foncée de leur peau », vivant « des dons de ses sympathisants, 300 à 600 euros par mois »[22].

Alliant panafricanisme et kémitisme, il participe à la fondation du groupuscule noir radical Parti kémite en 2002[3], dont il est pendant deux ans le porte-parole national, avant de quitter ce dernier le trouvant trop intégrationniste à son goût[3]. En cette période il adopte le pseudonyme « Kémi Séba »[3], transcription francisée d'un terme égyptien signifiant « Étoile Noire »[23].

Puis, en décembre 2004, il fonde la Tribu Ka, cette dernière organisation étant considérée comme un mouvement politico-mystique d'obédience kémite[3].

Seba apparait sur la scène médiatique française en mai 2006 en réalisant une descente dans le quartier juif historique de la rue des Rosiers[24] à Paris (4e arrondissement) en étant accompagné des militants de son groupuscule, la Tribu Ka. Cette opération a conduit le ministre de l'intérieur à dissoudre l'organisation, en juillet 2006, pour "incitation à la haine raciale" et "antisémitisme"[25]. Il a été par ailleurs, plusieurs fois condamné par la justice française pour provocation à la haine raciale, propos antisémites, outrages[26].

En juillet 2008, il se convertit à l'islam[27] après son séjour en prison[28],[29] et affirme avoir abandonné ses références « suprémacistes » au profit d'une vision « ethno-différencialiste », ne pensant plus que « l'homme blanc est le diable[30] ». Le 14 avril 2010, il est nommé « Ministre francophone » de l'organisation afro-américaine New Black Panther Party (en) qui est basée à Washington, et représentant du prédicateur extrémiste noir Khalid Abdul Muhammad. Il reçoit à cette occasion le nom de « Kemiour Aarim Shabazz »[31],[32].

Le 14 juillet 2010, il annonce le lancement du "Black Pempers Center", un centre de loisir réservé aux enfants Noirs[33] en France.


En octobre 2012, Kémi Séba est frappé d'une interdiction d'entrer en Suisse alors qu'il doit y tenir une conférence à l'invitation de la branche suisse du mouvement nationaliste Égalité et Réconciliation, les autorités suisses craignant qu'il puisse à cette occasion troubler l'ordre public et lancer des appels à la haine raciale[34]. Cette interdiction se reproduit lors de sa venue suivante le 18 mai 2013 à Genève[35].

En décembre 2012, Kémi Séba est cette fois refoulé à l'aéroport de Kinshasa alors qu'il partait dans ce pays dans le cadre d'une mission humanitaire. Les autorités congolaises prétextent que son visa ne serait pas conforme, ce que Seba dément. Seneweb quelques jours après l'incident, mène une enquête sur l'affaire, et reçoit la confirmation de l'ambassade de RDC à Dakar, que le militant panafricain était en règle au moment de sa venue à l'aéroport de Kinshasa. Seneweb estime que Seba a été « censuré » pour des motifs politiques[36].

Kémi Séba est depuis 2010 retourné au sein de l'organisation Nation of Islam, et il est depuis janvier 2013 conseiller du New Black Panther Party (sans pour autant en être membre)[15].

Il participe ou organise néanmoins des conférences qui se déroulent en France, en Belgique et au Sénégal[37],[38],[39].

En 2013, il sort son premier livre intitulé "Supra-Négritude"[40],[41], traitant de la négritude, de l'histoire du panafricanisme et du retour à la terre mère des afro-descendants afin de contribuer au développement de leur continent[42].

Tribu Ka

Article détaillé : Tribu Ka.

La Tribu Ka est un mouvement français, créée par Kémi Séba en décembre 2004, se présentant comme le défenseur du « peuple noir », attribuant aux populations noires, dans un discours politique comparable au khémitisme, la fondation de la civilisation égyptienne et prônant la séparation raciale[43].

Ce mouvement a été dissous le 26 juillet 2006 pour incitation à la haine raciale, par décision du gouvernement Dominique de Villepin[44]. Les motivations de cette dissolution sont les suivants :

« Considérant que le groupement de fait "Tribu Ka", à travers ses communiqués de presse, les publications sur son site internet et les déclarations de ses responsables, se livre à la propagation d'idées et de théories tendant à justifier et à encourager la discrimination, la haine et la violence raciales, notamment à l'encontre des personnes qui ne sont pas de couleur noire ; qu'il prône également l'antisémitisme et qu'il a organisé des actions menaçantes à l'égard de personnes de confession juive ; Considérant que, pour des raisons inhérentes aux nécessités de l'ordre public, il convient de réprimer les manifestations d'une idéologie raciste et discriminatoire, ainsi que tout encouragement à l'antisémitisme. »

Génération Kémi Séba

Le 14 janvier 2007, Kémi Séba tient une conférence à Tours dans laquelle il annonce la création de son nouveau groupe "Génération Kemi Seba" formé afin de succéder à la Tribu Ka[45]. Ce nouveau groupe reprend la doctrine afrocentriste de la Tribu Ka[46]. À cette occasion, il a déclaré : « Je rêve de voir les Blancs, les Arabes et les Asiatiques s'organiser pour défendre leur identité propre. Nous combattons tous ces macaques qui trahissent leurs origines, de Stéphane Pocrain à Christiane Taubira en passant par Mouloud Aounit. [...] Les nationalistes sont les seuls Blancs que j'aime. Ils ne veulent pas de nous et nous ne voulons pas d'eux. [...] Parce qu'il y aurait eu la Shoah, je n'ai rien le droit de dire sur mon oppresseur sioniste[46]? »

Le nouveau groupe est dissous par décret le 15 juillet 2009 accusé de « propager une idéologie raciste et antisémite » et de « se livrer à des actes intolérables de provocation et de violence »[47],[48].

Mouvement des damnés de l'impérialisme

Kémi Séba a été nommé secrétaire général et président du Mouvement des damnés de l'impérialisme par le bureau exécutif[49].

Activités politiques et médiatiques

Kémi Séba à Dakar en août 2011.

Kémi Séba a présenté en septembre 2007 un spectacle intitulé « Politik Street Show : Sarkophobie » au Théâtre de la Main d'or dirigé par Dieudonné. Il a un temps envisagé de se présenter aux élections municipales de 2008 à Sarcelles sur une liste « identitaire[45] », candidature abandonnée[50].

À la fin de la manifestation propalestinienne à Paris du 11 janvier 2009, il déclare : « Les sionistes sont les nazis du XXIe siècle (...) Ce qui se passe aujourd'hui en Palestine est mille fois pire que la Shoah (...) Nous abattrons les sionistes, nous abattrons l'impéralisme (...) Que tous les sionistes sur Paris sachent qu'ils ne dormiront plus tranquilles » et, repris par l'assistance, « À mort Israël » puis « À mort les sionistes »[51]. Quelques jours plus tôt, il a établi un parallèle entre la situation israélo-palestinienne « Les colons, c'est le SIDA de l'humanité » et un complot occidental contre l'Afrique : « À Kinshasa, les impérialistes, ils ont balancé des maladies (...) Ceux qui balancent au Zimbabwe le virus Ebola (...) Contre Mugabe, ils ont balancé le choléra »[52].

Fin mars 2009, Kémi Séba est invité par Dieudonné à participer à sa liste électorale des élections européennes de 2009 mais il refuse, ses idées étant en contradiction avec l'anti-communautarisme invoqué par Dieudonné et Alain Soral (également sur la liste). Toutefois, plusieurs colistiers de Dieudonné rejoindront le MDI après l'élection[53].

Dans une vidéo du MDI, il dit « préférer Hitler à Bonaparte » et disant citer Malcolm X « Au moins, sous Hitler, les Noirs trouvaient du travail (...), parce qu'ils étaient engagés dans les armées pour lutter contre le péril nazi[54]. »

Il est qualifié par le magazine Jeune Afrique de « Louis Farrakhan français[55] » ainsi que par Seneweb de « Malcolm X des temps modernes[56] ».

Il travaille à la télévision sénégalaise 2sTV où il officie en tant que chroniqueur politique au sein du talk-show le Grand Rendez-vous depuis 2013[16].

Affaires judiciaires

En septembre 2005, à la suite de certaines de ses prises de positions médiatiques, il est mis en examen à la suite d'une plainte de Patrick Karam, originaire du Liban, qu'il aurait stigmatisé comme un « blanc », à la tête du collectif antillais DOM montré comme « majoritairement noir ». Dieudonné, qui, jusque-là, mettait son théâtre parisien du passage de la Main d'Or à sa disposition pour l'organisation de meetings, prend officiellement ses distances avec lui pour avoir organisé des réunions dans lesquelles il interdisait l'entrée aux non-noirs[3].

En février 2006, après le meurtre d'Ilan Halimi, Kemi Seba menace de s'en prendre physiquement aux rabbins français si « un des cheveux du frère Youssouf Fofana était effleuré »[57], dans un courriel envoyé à des associations juives.

Le 8 février 2007, il tient une conférence à Chartres, où des policiers dépêchés sur place en raison d'un « trouble à l'ordre public » auraient été traités de « policiers sionistes à la solde d'un gouvernement sioniste ». Arrêté pour violences et menaces, Kémi Séba a été condamné en comparution immédiate et immédiatement incarcéré[58]. En appel, le 3 mai à Chartres, Kémi Séba revendique ses propos, et précise qu'être antisioniste ne fait pas de soi un antisémite argumentant que dans ce cas tous les anticommunistes seraient de facto « antirusses[59] ». Le verdict prononcé le 28 juin 2007 par le tribunal correctionnel de Chartres le condamne à 6 mois de prison avec sursis, 1 500 € d'amende et 1 000 € de dommages-intérêts à la LICRA, le procureur ayant demandé 6 mois de prison ferme et 10 000 euros d'amende. Son porte-parole national, Héry Djéhuty Séchat de son vrai nom Cyrille Kamdem, a été condamné à 3 mois de prison avec sursis et 750 € d'amende, ainsi que 1 000 € de dommages-intérêts à la Licra.

Le 30 novembre 2007, il a été condamné en première instance à un mois de prison ferme, à deux ans d'inéligibilité et à des dommages-intérêts par le tribunal correctionnel de Paris pour la diffusion sur site Internet de propos antisémites et négationnistes en août 2006[60]. Kémi Séba a fait appel et devrait donc pouvoir se présenter aux élections municipales, l’appel étant suspensif.

Jugé pour avoir reconstitué sous le nom de « Génération Kémi Séba » la Tribu Ka dissoute, Kémi Séba a été jugé le 20 février 2008. Le 1er avril, il a été condamné à six mois de prison, dont deux fermes, ainsi qu'à un an de privation de droits civiques, civils et de famille. Il a annoncé son intention de faire appel[61]. L'appel a été renvoyé au 3 octobre 2008 par la cour d'appel de Paris[62].

À propos de ces procès, il déclare : « Les procès sont la preuve, pour la rue, pour les nôtres, qu'on s'attaque au système. Plus ils nous attaquent, mieux c'est[30]. »

À la suite de la diffusion sur son site web d'une vidéo appelée « nuits de l'anti-impérialisme » considéré par l'UEJF comme un « appel au meurtre dirigé contre les juifs » et qualifié par le ministère public d'incitation à la haine raciale, l'UEJF et l'association « J'accuse », soutenues par SOS Racisme et le MRAP, attaquent Kémi Séba en justice pour faire interdire son site[63], mais le juge des référés s'estime non compétent pour en ordonner le retrait[64].

Le 19 décembre 2008, Kémi Séba est placé en garde à vue dans le cadre de l'agression dont a été victime Ahmed Meguini, un vidéaste qui avait réalisé un « film très critique sur lui[65] ». Le 22 décembre 2008, il est condamné par le tribunal correctionnel de Paris à deux mois d'emprisonnement avec sursis assortis d'une mise à l'épreuve de 18 mois[66].

Le 15 juillet 2009, l'organisation de jeunesse « Jeunesse Kémi Séba » est dissoute par decret, sur proposition du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, en application de la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées, l'accusant de « propager une idéologie raciste et antisémite » et de « se livrer à des actes intolérables de provocation et de violence »[67],[68].

New Black Panther Party

Depuis avril 2010, Kémi Séba est le ministre francophone du New Black Panther Party (en), une organisation afro-américaine basée à Washington[31],[32].

Sénégal

En février 2011, Kémi Séba quitte la France pour rejoindre le Sénégal[56]. Peu de temps après son arrivée au Sénégal, il est engagé comme porte-parole du « mouvement mondial de la jeunesse panafricaine pour les États Unis d'Afrique », mettant en avant le fait que le coordinateur en est le ministre-conseiller chargé du panafricanisme Amadou Lamine Faye. Kémi Séba quitte ce poste deux mois plus tard, les deux hommes se renvoyant les raisons de ce départ[69].

Il est représentant depuis février 2011 de la société Afrikan Mosaique, une entreprise sénégalaise qui indique avoir déjà investi près de 360 000 euros dans des projets locaux et qui prône le retour des afrodescendants en Afrique afin de participer à la reconstruction de cette dernière par le biais de ponts, puits, forages, centre commercial, maison bioclimatique, étang avec puits et bassin[56].

Médias sénégalais

Il travaille à la télévision sénégalaise 2sTV où il officie en tant que chroniqueur politique au sein du talk-show le Grand Rendez-vous depuis 2013[16].

Il produit et anime depuis septembre 2011 à Dakar une émission radio sur le web nommée Afro-Insolent qui accueille comme invités des personnalités françaises d'origines africaines telles que Blacko, ancien membre du groupe de rap Sniper[70],[71],[72], Mokobé du groupe de rap 113[73], ou encore Eunice Barber, athlète française pratiquant l'heptathlon et le saut en longueur[74].

Il est à l'origine de l'idée d'un magazine féminin en ligne publié en octobre 2011 et intitulé RHA-Magazine[75], qui traite des femmes noires illustres du passé à nos jours.

Publications

  • Supra-négritude, essai, éditions Fiat Lux, 2013, préface de Grégoire Biyogo.

Notes et références

  1. Décret du 28 juillet 2006 portant dissolution d'un groupement de fait, au Journal officiel de la République française.
  2. a et b Article dans Le Matin (Suisse), en date du 26 octobre 2012
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Stephen Smith et Géraldine Faes, Noir et Français, 2006.
  4. Stéphane Dufoix, La politique des mémoires en France, éditions de l’éclat, 2006, 258 pages, p. 91-94
  5. François, Guillaume et Kreis 2008
  6. Pierre-André Taguieff, La Judéophobie des Modernes (La): Des Lumières au Jihad mondial, Odile Jacob, 2008, 683 pages, p. 466-470
  7. Michel Briganti, André Déchot, Jean-Paul Gautier, La galaxie Dieudonné: Pour en finir avec les impostures, Syllepse, 2011, 192 pages
  8. Brigitte Beauzamy, "Continuities of Fascist Discourses", dans Ruth Wodak, John E. Richardson, Analysing Fascist Discourse: European Fascism in Talk and Text, Routledge, 2013, 327 pages, p. 163-164
  9. Frédéric Haziza, "Les gros bras de la Tribu Ka" dans Vol au-dessus d'un nid de fachos: Dieudonné, Soral, Ayoub et les autres, Fayard, 2014, 184 pages
  10. « Plusieurs personnalités françaises connues pour leur antisémitisme y sont annoncées: Alain Soral, Hervé Ryssen, Kemi Seba ou encore l'humoriste Dieudonné », "Congrès antisémite du parti de L. Louis: plainte des assocations juives", RTBF, vendredi 2 mai 2014
  11. Commission nationale consultative des droits de l'homme, La lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie, Volume 2009, La Documentation Française, 2010, 314 pages
  12. Lucien Pambou, Conseil Représentatif des Associations Noires: Le CRAN, de l'espérance à l'utopie, L'Harmattan, 2011, 150 pages, p. 21.
  13. Les autorités genevoises refoulent le prédicateur panafricain Kémi Seba.
  14. "Noir et Français" de Géraldine Faes et Stephen Smith Panama, 2006. p.194
  15. a et b Entretien avec Kemi Seba
  16. a, b et c « Le polémiste Kémi Séba devient chroniqueur de l'émission Grand Rendez-vous sur 2stv  », Thiesvision.com, Seneweb
  17. Stéphane François, « Les mondes de Dieudonné », blog Fragments sur les temps présents, 16 août 2011.
  18. Kémi Seba : « Je ne crois plus que l'homme blanc est le diable » Saphirnews.com, 5 août 2008
  19. Kemi Seba : "L’Africain de demain c’est celui qui est capable de proposer et non simplement de s’opposer", Burkina24 le 29 mars 2013
  20. D'autres origines fantaisistes lui ont cependant été parfois attribuées : « Les délires antisémites de la Tribu Ka », Le Figaro, 30 mai 2006.
  21. Ibid., p. 195.
  22. « Kémi Séba, fondateur de l'ex-Tribu Ka condamné à 5 mois de prison dont 3 ferme », AFP, 9 février 2007.
  23. « Kémi Séba, leader de Tribu Ka : “On me traite de nazi noir” », Le Nouvel Observateur, 30 octobre 2008.
  24. dans Le Monde, en date du 23 Septembre 2008 L'alliance des extrémistes noirs et blancs
  25. dans Le Monde, en date du 23 Septembre 2008 L'alliance des extrémistes noirs et blancs
  26. dans Le Monde, en date du 23 Septembre 2008 L'alliance des extrémistes noirs et blancs
  27. http://www.mdi2008.com/kemi-seba-et-le-mdi-dans-dimanche-plus/
  28. « Kémi Séba musulman !!! », site de Kémi Séba, 30 juillet 2008.
  29. « 'Kemi Seba : “Je ne crois plus que l'homme blanc est le diable” », sur SaphirNews.com,‎ 5 août 2008
  30. a et b « L'alliance des extrémistes noirs et blancs », Le Monde, 23 septembre 2008.
  31. a et b Kemi Seba nommé par le NEW BLACK PANTHER PARTY, basé à Washington, Ministre francophone sur le site du MDI
  32. a et b Appointment as NBPP National Representative in France
  33. "Un centre de loisirs réservé aux enfants noirs", Le Parisien, 14 juillet 2010.
  34. « Kemi Seba refoulé: censure ou justice », Le Matin,‎ 26 octobre 2012.
  35. Kémi Seba privé de conférence sur le site du journal genevois GHI
  36. « Le prédicateur Kémi Séba se fait refouler à l’aéroport de Kinshasa, son passeport confisqué », Seneweb (Sénégal),‎ 26 décembre 2012.
  37. Rencontre avec Kémi Seba à Bruxelles
  38. Retour triomphal de Kémi Seba en France !, Égalité et Réconciliation, 9 mai 2013
  39. Conférence de Kémi Seba à l’ENSA, école normale supérieure d’agronomie du Sénégal
  40. Entretien avec Kémi Seba
  41. Droit de Cité: Kémi Seba, L'Afro Insolent présente son livre "Supra Négritude"
  42. Supra-Négritude par Kemi Seba aux éditions Fiat Lux
  43. Entretien avec Kemi Seba, Fara de l'ex-Tribu Ka. Ancien du Parti Kémite et de Nation of Islam
  44. Legifrance: Décret du 28 juillet 2006 portant dissolution d'un groupement de fait
  45. a et b « Cinq mois après sa dissolution, la Tribu Ka prépare son retour », Le Monde, 15 janvier 2007.
  46. a et b Mourad Guichard, « L'ex-Tribu Ka de retour sur la même ligne », Libération, 18 janvier 2007.
  47. « Dissolution du groupuscule “Jeunesse Kemi Seba” », 13 juillet 2009, sur le site du ministère de l'Intérieur.
  48. Décret du 15 juillet 2009 portant dissolution d'un groupement de fait, JORF no 162 du 16 juillet 2009, p. 11890, texte no 16, NOR IOCD0912870D.
  49. Organigramme sur le site officiel.
  50. Résultats de Sarcelles aux municipales de 2008.
  51. « GAZA, C'EST LA SHOAH!!! », Daily Motion,‎ 11 janvier 2009 (consulté le 11 janvier 2009)
  52. « GK.SEBA:"POUR GAZA ET KINSHASA, MOINS DE SHOW, PLUS DE SEUM" », Daily Motion,‎ 6 janvier 2009 (consulté le 11 janvier 2009)
  53. Article sur www.rue89.com
  54. « "Je préfère Hitler à Bonaparte" », Le Monde,‎ 11 août 2009 (consulté en 11 août 2009)
  55. « Qui est le “Farrakhan français” ? », Jeune Afrique, 30 juillet 2006.
  56. a, b et c "Le Sénégal, nouveau refuge de l’activiste Kémi Séba", Seneweb.com, 3 mars 2011
  57. Les délires antisémites de la Tribu Ka
  58. Dépêche Reuters du 9 février 2007, 23 h 16.
  59. « Devant la justice, le fondateur de Tribu Ka revendique ses propos », La Provence, 3 mai 2007.
  60. « Un mois ferme pour l’ex-leader de Tribu Ka », Le Figaro, 30 novembre 2007.
  61. « Tribu Ka, deux mois de prison ferme », Le Figaro, 1er avril 2008.
  62. « Tribu Ka : procès renvoyé au 3 octobre », Le Figaro, 4 juillet 2008.
  63. Décision lundi concernant le site internet du fondateur de la Tribu Ka, Le Monde, 22 octobre 2008.
  64. Action contre le site du fondateur de la Tribu Ka : les associations déboutées, Le Monde, 28 octobre 2008.
  65. « Agression présumée d'un vidéaste : Kemi Seba déféré dans la soirée au parquet », Le Monde, 21 décembre 2008.
  66. « L'ex-leader de la Tribu Ka condamné à deux mois de prison avec sursis pour violences », NouvelObs.com,‎ 22 décembre 2008 (consulté en 22 décembre 2008)
  67. Dissolution du groupuscule "Jeunesse Kemi Seba", 13 juillet 2009, sur le site du Ministère de l'Intérieur
  68. « Décret du 15 juillet 2009 portant dissolution d’un groupement de fait », Journal officiel,‎ 2009 (lire en ligne)
  69. « Au Senegal, un conseiller de Wade embauche Kemi Seba avant de l'accuser de s’être servi de lui », Streetpress.com, Seneweb
  70. http://muzikspirit.com/actualite/la-raison-pour-laquelle-les-sniper-sont-maintenant-deux/1362
  71. http://rapadonf.fr/blog/2011/10/blacko-ex-sniper-explique-pourquoi-il-a-quitte-le-groupe-sniper-audio/
  72. http://www.booska-p.com/new-pourquoi-blacko-a-quitta-sniper-n2885.html
  73. http://rapadonf.fr/blog/2011/10/kemi-seba-appelle-mokobe-pour-avoir-une-discussion-sur-le-feat-avec-arielle-dombasle-audio/
  74. http://www.kemi-seba.com/newspost/nouveau-record-daudience-pour-lafro-insolent-du-27-octobre/
  75. http://www.rha-magazine.com/ (numéro 7, juillet-août 2012, p. 74)

Bibliographie

  • (en) Véronique Altglas, « Antisemism in France, Past and present », European Societies, vol. 14, no 2,‎ 2012, p. 259-274.
  • (en) Jean-Yves Camus, « The Commemoration of Slavery in France and the Emergence of a Black Political Consciousness », The European Legacy, vol. 11, no 6,‎ 2006, p. 647-655.
  • Géraldine Faes et Stephen Smith, Noir et Français, Panama,‎ 2008, 445 p. (ISBN 978-2755701067), p. 193-201, 207-208, 253-255.
  • Stéphane François, Damien Guillaume et Emmanuel Kreis, « La Weltanschauung de la tribu Ka : d’un antisémitisme égyptomaniaque à un islam guénonien », Politica Hermetica, no 22,‎ 2008, p. 107-125 (lire en ligne).
  • Jean-Paul Gautier, Michel Briganti et André Déchot, La galaxie Dieudonné : Pour en finir avec les impostures, Syllepse,‎ 2011, 191 p. (ISBN 978-2849502853), p. 95-104.
  • Jacques Leclercq, Droites conservatrices, nationales et ultras : Dictionnaire 2005-2010, L'Harmattan,‎ 2010, 228 p. (ISBN 9782296082649), p. 58, 168-170, 200.
  • Jacques Leclercq, De la droite décomplexée à la droite subversive : Dictionnaire 2010-2012, L'Harmattan,‎ 2012, 256 p. (ISBN 978-2-296-96809-7), p. 119-120.
  • Pierre-André Taguieff, La judéophobie des Modernes : Des Lumières au Jihad mondial, Odile Jacob,‎ 2008, 683 p. (ISBN 978-2738117366), p. 465-469.

Voir aussi

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes