Kânnauj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kânnauj
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
État ou territoire Uttar Pradesh
District Kânnauj
Fuseau horaire IST
(UTC+5.30)
Démographie
Population 71 530 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 27° 03′ 19″ N 79° 55′ 05″ E / 27.05519, 79.91808 ()27° 03′ 19″ Nord 79° 55′ 05″ Est / 27.05519, 79.91808 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Uttar Pradesh

Voir sur la carte administrative de la zone Uttar Pradesh
City locator 14.svg
Kânnauj

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte administrative d'Inde
City locator 14.svg
Kânnauj

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte topographique d'Inde
City locator 14.svg
Kânnauj

Kânnauj (hindî : कन्नौज), autrefois Canouge en français, est une ville de l'État de l'Uttar Pradesh en Inde, chef-lieu du district homonyme.

Géographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom provient de « Kânyâkubjâ » (« kânyâ », « vierge » et « kubjâ », « bossue ») un des épithètes de Dourgâ. La ville a donné son nom au dialecte dit kânauji.

Ancienne Kanyakubja, Mahodaya et Gâdhipura - c'est aussi la Kanogiza de Ptolémée - sa prospérité est très ancienne et c'était un centre urbain important au temps des Gupta.

Kânnauj culmine au VIIe siècle sous le règne d'Harsha dont c'est la capitale mais aussi le centre culturel de son empire. Le pèlerin chinois Xuanzang la visite à cette époque. Cependant, son empire s'effondre peu après sa mort.

De la fin du VII au Xe siècle, Kânnauj est l'objet d'une lutte d'influence entre les trois dynasties dominantes du temps, les Pratihâra, les Rashtrakuta du Deccan et les Pala du Bengale. Le râja Pâla Dharmapâla en défait le roi Indrayudha et y installe un de ses vassaux, Chakrayudha.

Au IXe siècle, le râja Pratîhâra Nâgabhata II s'empare de Kânnauj et en fait la capitale de sa dynastie pour quasiment deux siècles, période au cours de laquelle la ville devient un centre célèbre de poésie. L'affaiblissement des Pratîhâra permet au râja Râshtrakûta Indra III Jagattunga de contrôler la ville brièvement en 916, mais il en est chassé par une alliance de Pratîhâra Mahîpâla et des Chandela. Cependant, à la fin du siècle, le territoire des Pratîhâra se réduit à un petit royaume autour de la ville.

En 1019, Kânnauj est mise à sac par Mahmoud de Ghaznî ce qui entame une période de chaos pour la cité qui s'achève par l'établissement de la dynastie locale des Gahadavala à la fin du XIe siècle. Kânnauj renoue alors avec une certaine prospérité jusqu'en 1193, année où elle est à nouveau mise à sac par Muhammad Ghûrî lors qu'elle connaît son dernier roi hindou Jayachandra, le rival de Prithivîrâja Châhumâna III. Elle est à nouveau détruite par Sher Shâh Sûrî en 1540 après sa victoire sur Humâyûn.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les ruines de l'ancienne cité se répartissent sur le territoire de cinq villages à l'est de la nouvelle ville, occupant un demi-cercle de quelque six kilomètres de diamètre. Aucun bâtiment de la période hindoue n'a survécu, mais la grande mosquée, construite par Ibrâhîm Shâh Sharqî de Jawnpur en 1406 sur les temples hindous et en utilisant leur matériaux, est toujours appelée localement par les hindous la cuisine de Sītā.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]