Justine (impératrice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Justine.
Justine
Titre
Impératrice romaine
368375
Régente
375388
Biographie
Titre complet Impératrice romaine
Dynastie Constantiniens
Nom de naissance Flavia Justina Augusta
Date de décès 388
Lieu de décès Thessalonique
Père Justus gouverneur de Picénum
Conjoint Magnence usurpateur romain
Valentinien Ier empereur romain
Enfant(s) Valentinien II empereur romain
Aelia Galla impératrice romaine
Justa
Grata
Religion arianisme
Résidence Milan

Justine (Flavia Justina Augusta), impératrice romaine, qui épousa successivement l'usurpateur Magnence, l'empereur Valentinien Ier en 368 et après la mort de ce dernier, fit proclamer son fils Valentinien II empereur, avec qui Gratien consentait à partager l'empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Aristocrate romaine, Justine fait notamment partie de la gens Vettii. Elle est identifiée comme étant la fille de Justus, gouverneur de Picénum, mis à mort sur l'ordre de Constance pour s'être enorgueilli que les augures avaient prédit qu'un de ses enfants monterait sur le trône impérial[1].

Sa mère est inconnue mais plusieurs hypothèses se confrontent à son sujet: fille de Crispus, fils aîné de Constantin Ier, ou de Neratius Cerealis, consul en 358, ou encore fille de Jules Constance. Petite-nièce de Constantin le Grand, elle est une descendante directe de Constance Chlore par Jules Constance[2].

On lui attribue des racines siciliennes où se trouve une forte implantation de la gens Asinia, qui ferait partie du patrimoine généalogique de Justine. Pourtant, si cette dernière se trouve être une constantinienne, elle aurait plus de chances de puiser ses origines en Illyricum, connu pour être un haut foyer de la confession arienne[3].

Alors qu'elle n'est encore qu'une enfant, elle est mariée à l'usurpateur Magnence. Ce mariage représente pour ce dernier un moyen d'asseoir sa légitimité, par le biais d'un rattachement à la prestigieuse dynastie constantinienne. Cependant, compte tenu de l'âge de Justine, qui n'est alors probablement pas nubile, le mariage ne donne le jour à aucun enfant. De plus, Justine se retrouve rapidement veuve, Magnence étant défait peu de temps après, il se suicide en 353 à Lyon.

Elle a deux frères, Constantinus et Cerealis qui deviennent tribunus stabuli ( grand écuyer)[4].

Impératrice puis régente[modifier | modifier le code]

Devenue veuve, Justine entre dans l'intimité de l'impératrice Sévéra à la cour. Selon Socrate le Scolastique, Marina Severa loue imprudemment la beauté de son amie Justina, auprès de son mari Valentinien Ier . Tombé sous le charme, l'empereur fait passer une loi autorisant un homme à épouser deux femmes[5], avant de divorcer de Sévéra. Cette loi est discutée par les historiens bien que Timothy Barnes considère que cette loi ne concerne que certains Romains et non pas toute la population civile[6]. Il épouse Justine vers 368.

Elle fait placer ses deux frères à des postes importants; de confession arienne, elle fait éloigner les évêques catholiques de la cour et participe à l'émergence d'un puissant parti arien à la cour. Elle a quatre enfants avec Valentinien Ier: Valentinien II, Aelia Galla, Justa et Grata.

A la mort de son époux, elle fait élire son fils empereur par les troupes d'Illyrie sous le nom de Valentinien II, alors âgé de cinq ans au mépris des droits de Gratien, fils aîné de Valentinien Ier et Auguste depuis 367. Gratien accepte le partage de l'empire d'Occident, laissant l'Illyrie à Valentinien II. En novembre 375, Merobaudes et Equitius proclament Valentinien co-empereur de son oncle Valens et de Gratien. Justine devient tutrice de son fils et déplace la capitale à Milan, vers 378-379. A la mort de Gratien en 383, l'usurpateur Maxime menace Milan. Justine envoie l'évêque Ambroise en ambassade chez Maxime pour protéger Milan[2].

Le conflit des basiliques[modifier | modifier le code]

Elle tenta à diverses reprises d'établir l'arianisme dans ses États ; mais saint Ambroise empêcha l'exécution de ce projet.
En 386, le parti arien de Milan souhaite installer l'évêque arien Auxence et un lieu de culte officiel pour les ariens. Mais l'évêque Ambroise de Milan, qui dispose de trois basiliques dans la cité, refuse de lui donner une basilique. C'est une rébellion ouverte contre Justine et son fils Valentinien II. Ils envoient un corps militaire prendre de force la basilique Portienne extra-muros. Les fidèles milanais occupent la basilique, puis toutes les basiliques de la ville pour éviter qu'elles ne soient récupérées pour Auxence. Le mercredi Saint, Ambroise est assiégé dans la basilique vieille et se dit prêt au martyr. Mais l'empereur ne déclenche pas un bain de sang et retire ses troupes. L'orthodoxie chrétienne a vaincu l'arianisme[7].

Justine tenta alors de rétablir le décret de Rimini qui autorise les Ariens à vivre leur religion en tous lieux sans être dérangés par les catholiques, mais Ambroise résista encore à la volonté de l'impératrice. La découverte des reliques des saints Gervais et Protais et des miracles[8] qu'elles occasionnent dans les églises d'Ambroise ne permettent pas à l'impératrice de renforcer la foi arienne face à l'orthodoxie catholique[9]. Surtout que l'usurpateur Maxime se rapproche de plus en plus de l'Italie. Il propose à Justine et à son fils de venir le rejoindre à Trèves[10].

Fin de règne[modifier | modifier le code]

Lorsque l'usurpateur Maxime, orthodoxe, conquit une grande partie de l'Italie en 387, elle fut obligée de se retirer en Thessalonique avec ses enfants. Elle demanda de l'aide à l'empereur d'orient Théodose contre Maxime. Selon Zosime, Théodose plutôt partisan d'une solution pacifique, accepte de partir en guerre contre Maxime après que Justine lui eut présenté sa fille Aelia Galla, qu'elle fiance avec l'empereur d'orient[11].

Elle mourut en 388, sans voir que son fils rétablit au pouvoir par Théodose Ier[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Chausson, Stemmatta Aurea: Constantin, Justine, Théodose. Revendications généalogiques et idéologie impériale au IVe s., Rome, Erma di Bretschneider, 2007.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Socrate le Scolastique, Histoire ecclésiastique 4, 31, 11-13
  2. a, b et c Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, etc, Volume 22, Paris, Michaud,‎ 1818 (lire en ligne), p. 177
  3. J. Rougé "Justine, la belle sicilienne", Latomus 33, 1974, pp. 676-678
  4. « Qui était l’impératrice Justine ? », sur www.empereurs-romains.net/,‎ 25 mars 2007 (consulté le 27/07/14)
  5. Daniel Bleriot, Galla Placidia: Otage et reine, L'Harmattan (lire en ligne [archive]), p. 28
  6. Timothy Barnes, "Ammianus Marcellinus and the Representation of Historical Reality" (1998), pages 123-124
  7. BIBLIA N°39, Vers de nouvelles fraternités, p. 44
  8. Saint Augustin raconte, dans son livre La Cité de Dieu, qu'un aveugle recouvra à Milan l’usage de la vue auprès des corps des saints martyrs Gervais et Protais, et cela en sa présence, devant l’empereur et une grande foule de peuple.
  9. Bonaventure Racine, Abrégé de l'histoire ecclésiastique, contenant les événements ..., Volume 1, Cologne,‎ 1762 (lire en ligne), p. 542-543
  10. Claude Brenot, « De Magnence à Maxime et Fl. Victor : remarques à propos des monnaies au chrisme », Revue numismatique, no 152,‎ 1997, p. 73 (lire en ligne)
  11. Louis Sebastien Le-Nain de Tillemont, Histoire des empereurs et des autres princes qui ont regne durant les six .. tome 5, Bruxelles, Fricx,‎ 1732 (lire en ligne), p. 48