Justin Clinchant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Justin Clinchant
Naissance 24 décembre 1820
Thiaucourt (Meurthe et Moselle)
Décès 20 mars 1881
Paris
Origine Drapeau de la France France
Grade Général de division
Années de service – 1881
Commandement 1er Corps d'Armée
6e Corps d'Armée
Distinctions Légion d'honneur

Justin Clinchant (1820-1881) Général français du second Empire, principal adjoint du général Bourbaki pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871.

États de service[modifier | modifier le code]

Clinchant, formé à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, fut intégré en 1841 dans un régiment d'infanterie avec le grade de sous-lieutenant. Promu commandant en 1855, puis lieutenant-colonel à l'issue de la bataille de Solférino, et colonel (1862), il se distingua dans la campagne du Mexique et en 1866 commandait une brigade à Paris.

Lignes prussiennes à la bataille d'Héricourt : intempéries et problèmes de ravitaillement contraignent les Français à abandonner le terrain.

Au début de la guerre de 1870, il commande une brigade du 3e corps de l'armée du Rhin. Il prend part aux comabts de Metz et, tandis que Bazaine capitule, parvient à s'échapper. Il se met alors à la disposition du gouvernement de la défense nationale. Dans le cadre de la levée de l'Armée de l'Est, Bourbaki lui confie le commandement du 20e corps d'armée, avec rang de général de division. Il prend part à la bataille de Villersexel (9-10 janvier 1871) et à la sanglante bataille d'Héricourt (15-17 janvier 1871).

L'armée de Bourbaki ayant échoué à reprendre Belfort, elle se replie, épuisée et démoralisée, vers la frontière suisse, poursuivie désormais par un ennemi bien supérieur en nombre et en matériel. Parvenus à la frontière suisse, Bourbaki abandonne la suite des opérations à Clinchant et tente de se suicider. Clinchant négocie avec le Général Herzog l'asile pour ses soldats en Suisse : son armée doit déposer les armes au passage de la frontière (1er février 1871).

De retour à Versailles en avril, Clinchant reçoit le commandement du 5e corps d'armée chargé de réprimer la Commune de Paris[1].

Il est nommé gouverneur militaire de Paris en 1880, poste qu'il conserve jusqu'à sa mort en 1881. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (49e division)[2],[3].

Grades[modifier | modifier le code]

  • 12/08/1866: général de brigade.
  • 11/12/1870: général de division

Décorations[modifier | modifier le code]

Commandements[modifier | modifier le code]

  • 15/04/1864 - 03/05/1865: commandant de la 2e brigade de la 2e division du corps expéditionnaire du Mexique.
  • 03/05/1865 - 06/11/1866: commandant de la 1e brigade de la 1re division du corps expéditionnaire du Mexique.
  • 06/11/1866 - 24/03/1867: commandant de la subdivision d'Origaba et des terres chaudes (Mexique).
  • 24/03/1867 - 28/04/1867: en disponibilité.
  • 28/04/1867 - 16/08/1867: commandant de la 1re brigade d'infanterie de la 4e division d'infanterie du camp de Châlons.
  • 16/08/1867 - 29/10/1870: commandant de la 2e brigade de la 1re division d'infanterie du 1er corps d'armée à Paris puis 17/07/70 du 3 corps de l'armée du Rhin.
  • 29/10/1870 - 06/12/1870: en captivité puis s'évade.
  • 11/12/1870 - 30/01/1871: commandant en chef du 20e corps de l'armée de l'Est
  • 30/01/1871 - 01/02/1871: commandant en chef de l'armée de l'Est (= 1 armée de la Loire)
  • 01/02/1871 - 23/03/1871: interné en Suisse.
  • 23/03/1871 - 29/03/1871: en disponibilité.
  • 29/03/1871 - 24/04/1871: commandant supérieur des troupes réunies à Cambrai.
  • 24/04/1871 - 28/09/1873: commandant du 5e corps de l'armée de Versailles
  • 28/09/1873 - 11/02/1879: commandant du 1er Corps d'Armée.
  • 14/10/1873 - 02/06/1875: commandant supérieur de la 3e division militaire puis 15/08/1874 1re division militaire.
  • 11/02/1879 - 17/06/1880: commandant du 6e Corps d'Armée.
  • 07/02/1880 - 20/03/1881: président du Comité consultatif de l'Infanterie.
  • 17/06/1880 - 20/03/1881: gouverneur militaire de Paris.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dossier de Légion d'honneur du général Clinchant
  • Chenut, Yves, La dernière chevauchée des vaincus, Éditions Cêtre. Besançon
  • Davall Emile, Les troupes françaises internées en Suisse à la fin de la guerre franco-allemande en 1871, Rapport rédigé par ordre du Département militaire fédéral sur les documents officiels déposés dans ses archives, Bern 1873
  • Jacky Edouard, L'occupation des frontières suisses en 1870-71 et l'entrée en Suisse de l'armée françaises de l'est, Neuenburg 1914

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après Encyclopædia Britannica, éd. 1911.
  2. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2914611480), p. 211
  3. « Obsèques du général Clinchant », Journal de la Gendarmerie, no 1277,‎ 11 avril 1881, p. 138-139 (lire en ligne)