Justice (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Justice (homonymie).
Justice
Image illustrative de l'article Justice (cuirassé)
Le cuirassé Justice

Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Lancement 17 juillet 1907
Armé 1er mars 1908
Statut Condamné le 29 novembre 1921
Démoli le 30 décembre 1921
Caractéristiques techniques
Type cuirassé de Classe Liberté
Longueur 133,80 m
Maître-bau 24,30 m
Tirant d'eau 8,40 m
Déplacement 14 800 tonnes
Propulsion 3 machines à vapeur à triple expansion
24 chaudières Niclausse
3 hélices
Puissance 18 500 cv
Vitesse 19,4 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 4 canons de 305mm (modèle 1893-1896)
10 canons de 194mm (modèle 1902)
13 canons de 65mm
10 canons de 47mm
2 TLT de 450mm
10 mines 1892
10 mines Harlé n°2
Rayon d'action 1 900 milles
Autres caractéristiques
Équipage 749
Chantier naval Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer
Port d'attache Toulon

La Justice est un cuirassé de la marine française construit à La Seyne-sur-Mer à partir de 1902.
C'est un cuirassé de type Pré-Dreadnought de la Classe Liberté[1].

Actions de guerre[modifier | modifier le code]

Le 16 août 1914, la Justice participe à un engagement contre deux croiseurs autrichiens, le Zenta et le Ulan à la bataille d'Antivari. Lors du combat, un obus explose prématurément dans un de ses canons de 194 mm. Le fût en est détruit[2].

En mars 1919, elle participe aux mutineries de la mer Noire pendant la guerre civile russe et fait partie de la section de débarquement contre l'Armée rouge. En mai 1919, suite à l'évacuation de Sébastopol, la Justice doit prendre en remorque le cuirassé Mirabeau, endommagé suite à un échouage, jusqu'à Toulon[2].

Autres actions[modifier | modifier le code]

Le 30 décembre 1908, après un tremblement de terre à Messine, la Justice participe au secours des sinistrés[2].
Le 12 septembre 1909, pour le tricentenaire de la découverte du fleuve Hudson, elle fait la traversée de Brest à New York à 17 nœuds de moyenne[2].
Le 25 septembre 1911, elle participe au sauvetage de l'équipage du Cuirassé Liberté, endommagé suite à l'explosion d'une de ses soutes à munitions[2].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Incidents de bord[modifier | modifier le code]

Le 26 octobre 1911, la Justice est obligée de noyer ses soutes suite à un incendie dans une de ses réserves à munitions[2].
Le 20 décembre 1913 et le 17 août 1914, par deux fois, elle entre en collision avec le cuirassé Démocratie. La première fois des avaries légères sont à déplorer. La seconde fois, l'abordage entraîne la casse de son gouvernail ainsi que de son hélice centrale[2].

Mise en réserve[modifier | modifier le code]

En juillet 1919, la Justice est mise en réserve et est affectée aux écoles de l'Océan. Placée en réserve spéciale en avril 1920, elle est finalement désarmée définitivement en juillet 1920[2].
Le 29 novembre 1921, ce navire est condamné puis vendu pour démolition à Brest le 30 décembre 1921[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « FRA Liberte », sur NavalHistory.flixco.info
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Yves DUFEIL – Franck LE BEL – Marc TERRAILLON, « Cuirassé JUSTICE - Marine Nationale », sur Navires-14-18.com,‎ 10 novembre 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]