Justice (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Justice (homonymie).
Justice
Image illustrative de l'article Justice (cuirassé)
Le cuirassé Justice

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Lancement
Armé
Statut Condamné le
Démoli le
Caractéristiques techniques
Type cuirassé de Classe Liberté
Longueur 133,80 m
Maître-bau 24,30 m
Tirant d'eau 8,40 m
Déplacement 14 800 tonnes
Propulsion 3 machines à vapeur à triple expansion
24 chaudières Niclausse
3 hélices
Puissance 18 500 cv
Vitesse 19,4 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 4 canons de 305mm (modèle 1893-1896)
10 canons de 194mm (modèle 1902)
13 canons de 65mm
10 canons de 47mm
2 TLT de 450mm
10 mines 1892
10 mines Harlé n°2
Rayon d'action 1 900 milles
Autres caractéristiques
Équipage 749
Chantier naval Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer
Port d'attache Toulon

La Justice est un cuirassé de la marine française construit à La Seyne-sur-Mer à partir de 1902.
C'est un cuirassé de type Pré-Dreadnought de la Classe Liberté[1].

Actions de guerre[modifier | modifier le code]

Le , la Justice participe à un engagement contre deux croiseurs autrichiens, le Zenta et le Ulan à la bataille d'Antivari. Lors du combat, un obus explose prématurément dans un de ses canons de 194 mm. Le fût en est détruit[2].

En , elle participe aux mutineries de la mer Noire pendant la guerre civile russe et fait partie de la section de débarquement contre l'Armée rouge. En , suite à l'évacuation de Sébastopol, la Justice doit prendre en remorque le cuirassé Mirabeau, endommagé suite à un échouage, jusqu'à Toulon[2].

Autres actions[modifier | modifier le code]

Le , après un tremblement de terre à Messine, la Justice participe au secours des sinistrés[2].
Le , pour le tricentenaire de la découverte du fleuve Hudson, elle fait la traversée de Brest à New York à 17 nœuds de moyenne[2].
Le , elle participe au sauvetage de l'équipage du Cuirassé Liberté, endommagé suite à l'explosion d'une de ses soutes à munitions[2].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Incidents de bord[modifier | modifier le code]

Le , la Justice est obligé de noyer ses soutes suite à un incendie dans une de ses réserves à munitions[2].
Le et le , par deux fois elle rentre en collision avec le cuirassé Démocratie. La première fois des avaries légères sont à déplorer. La seconde fois, l'abordage entraîne la casse de son gouvernail ainsi que de son hélice centrale[2].

Mise en réserve[modifier | modifier le code]

En , la Justice est mis en réserve et est affecté aux écoles de l'Océan. Placée en réserve spéciale en , elle est finalement désarmée définitivement en [2].
Le , ce submersible est condamné puis vendu pour démolition à Brest le [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « FRA Liberte », sur NavalHistory.flixco.info
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Yves DUFEIL – Franck LE BEL – Marc TERRAILLON, « Cuirassé JUSTICE - Marine Nationale », sur Navires-14-18.com,‎ 10 novembre 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]