Juste prix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Le Juste Prix

Le juste prix est une notion économique (on emploie aussi le terme « juste valeur », homonyme du terme juste valeur utilisé en finance), théorique, qui assigne à un bien une valeur (= estimation) basée sur des fondamentaux économiques qui doit être distinguée du prix de marché qui correspond à la « valeur courante » de ce bien.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Juste prix dans l'analyse de Karl Polanyi[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : « La Subsistance de l'Homme » , Traduction B Chavance , Flammarion Paris 2011 , Bibliothèque des Savoirs.

Dans les premières formes de société primitive (stade de l'organisation tribale) , les transactions portant sur les aliments sont proscrites : Elles sont considérées comme anti-sociales et mettant en cause la solidarité de la communauté. La levée ultérieure de cette interdiction dans le cadre des Sociétés qui lui succèdent (stade des Sociétés dites “archaïques”) ouvre la voie à l'un des progrès les plus remarquables dans l'histoire de la vie matérielle de l'Homme : L'échange des biens et services (sous forme de don, achat-vente, location, prêt-emprunt) accroit indéniablement la flexibilité susceptible d'améliorer significativement les comportements des producteurs ou des consommateurs.

Pour autant -selon l'historien et l'économiste Karl Polanyi- la dissolution de la société tribale conduit à cet important changement en l'encadrant de deux manières : Soit par l'acceptation limitée et strictement contrôlée de certains types de transactions ( cas des petites sociétés paysannes comme celles de la Grèce d'Hésiode ou des régions d'Israël du temps d'Amos) soit par l'élimination du principe du gain dans de telles transactions ( cas des Empires archaïques fondés sur l'irrigation comme ceux de Babylone et d'Assyrie).

Or, l'évolution opérée dans ces empires apparait comme fondamentale pour l'avenir de l'humanité : Ces empires se dotent d'États qui créent les notions de justice, de droit et de liberté individuelle qui vont jouer un rôle essentiel dans l'histoire de l'économie humaine.

«Le rôle économique de la justice consiste à supprimer l'interdiction tribale portant sur les transactions en éliminant l'opprobre attaché au gain , avec ses conséquences perturbatrices. (...) Une des fonctions principales du roi archaïque consiste à promulguer des “équivalences”. Cette proclamation confère une sanction semi-religieuse aux transactions qui respectent le “taux” ou la “proportion” approuvés par le représentant de la divinité. Le “juste prix” ainsi défini est resté le seul taux auquel les transactions étaient considérées comme légitimes, depuis les premières colonies commerciales assyriennes, les Lois d'Eshnunna, le code d'Hammourabi, jusqu'à la Mishnah et au Talmud babylonnien quelque deuxmille cinq cents ans plus tard, et même jusqu'à l'époque de Thomas d'Aquin » [1]

Le juste prix selon les scolastiques[modifier | modifier le code]

La notion est réintroduite et explicitée par Thomas d'Aquin dans sa Somme théologique[2]: Le juste prix est celui qui satisfait deux espèces de justice particulière, à savoir la justice distributive et la justice commutative (à rapprocher de la définition d’Aristote)[3].

Selon de telles approches, le juste peut correspondre  :

  • au prix potentiel estimé à partir d'éléments considérés objectifs (coût, utilité, rareté, etc.) ;
  • au prix de marché selon Montesquieu et, plus généralement, les auteurs libéraux : « C’est la concurrence qui met un prix juste aux marchandises »[4] ;
  • à un substitut du prix de marché quand il n'existe pas de marché organisé donnant une référence fiable sur le prix d'équilibre entre offre et demande ;
  • au prix souhaitable en fonction d'appréciations considérées comme éthiques ;
  • à un mot vide de sens.

Pour les actifs financiers, concernant la relation entre le juste prix et le prix de marché, il y a deux approches :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Subsistance de l'Homme , Karl Polanyi, Op.cit.
  2. Thomas d'Aquin, Somme théologique, IIa-IIae, question 77, a.1, obj.1
  3. La théorie économique avant 1850, les scolastiques, p. 4
  4. Montesquieu, De l'esprit des lois

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Roover R. (1971), La pensée économique chez les scolastiques, Vrin, Montréal/Paris
  • De Roover R. (1958), The concept of Just Price : Theory and Economic Policy, Journal of Economic Theory, vol 18, n° 4.