Junzō Yoshimura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le bâtiment de musique de chambre, Yatsugatake, à Minamimaki, dans la préfecture de Nagano, 1988

Junzō Yoshimura (吉村 順三, Yoshimura Junzō?), 7 septembre 190811 avril 1997, est un architecte japonais.

Première partie de carrière[modifier | modifier le code]

En décembre 1928, alors qu'il est étudiant à l'Université des arts de Tokyo, Yoshimura commence à travailler à temps partiel dans l'agence de Antonin Raymond dont il devient collaborateur à plein temps après l'obtention de son diplôme en 1931[1]. Parmi les nombreux ouvrages dont il supervise la construction sur place figurent le cottage Akaboshi (1931) pour le joueur de golf japonais Shiro Akaboshi, une maison pour Kisuke Akaboshi (1932) et la maison Kawasaki (1934)[2].

En mai 1940, il se rend dans la maison d'Antonin à New Hope, Pennsylvanie, passer quatorze mois de vie et de travail dans le studio. Il supervise l'installation d'une petite maison de thé à l'Institut japonais à New York[3].

Deuxième partie de carrière[modifier | modifier le code]

Maison internationale du Japon, Tokyo, 1955

A son retour à Tokyo en 1941, il crée son propre cabinet[4]. En 1953, en raison de ses liens avec Antonin Raymond, Yoshimura est responsable de la conception d'une maison de thé japonais traditionnelle dans le jardin du Museum of Modern Art à New York[5]. Cette maison, appelée Shofuso, ou « villa Pine Breeze », est déplacée à Philadelphie en 1957 où elle demeure comme site historique ouvert au public sous le nom « maison et jardin japonais (en) ».

En 1955, il collabore avec Kunio Maekawa etJunzō Sakakura pour dessiner la maison internationale du Japon située dans le district de Roppongi (六本木?) de l'arrondissement de Minato à Tokyo. Ce complexe d'échange culturel se trouve à l'intérieur de terres appartenant à des seigneurs samouraïs de l'époque d'Edo. Il construit in-situ des murs en béton armé en minces couches, des colonnes et des poutres en béton préfabriqué et en pierre d'Ōya (de)[6].

Parmi les réalisations tardives de Yoshimura figurent le musée Tikotin d'art japonais (en) (1959) à Haifa, le palais impérial de Tokyo (1968), la Japan House (avec George G. Shimamoto de Kelly & Gruzen, 196971) à New York, les ailes est et ouest du musée national de Nara (1972) et l'ambassade royale de Norvège (1977) à Tokyo[7].

Il remporte avec ses collègues le prix de l'Institut d'architecture du Japon pour leur contribution spécifique à la Maison internationale du Japon[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Helfrich & Whitaker (2006) p269
  2. Stewart (2002) p. 134-142
  3. Helfrich & Whitaker (2006) p. 272
  4. http://www.answers.com/topic/junzo-yoshimura-2
  5. Helfrich & Whitaker (2006) p. 59
  6. Japan Architect p. 72
  7. Tokyo Imperial Palace, Works by Major Architects: Japanese Architects (consulté l avril 24, 2008); Norwegian Embassy, Exhibition of Junzo Yoshimura - the architect for the Norwegian Embassy, Tokyo (Norway's official site in Japan, consulté le 24 avril 2008); Tikotin Museum of Japanese Art, The Tikotin Museum of Japanese Art (consulté le 24 avril 2008); Japan Society, Japan Society, New York - Circle of Friends (consulté le 24 avril 2008); International House of Japan, About IHJ (consulté le 24 avril 2008; Nara National Museum, East Wing and West Wing (consulté le 24 avril 2008).
  8. 日本建築学会各賞受賞者・受賞業績検索 (姓:吉村;名:吉村) consulté le 24 avril 2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kurt & William Helfrich & Whittaker, Crafting a Modern World, The Architecture and Design of Antonin and Noemi Raymond, Princeton Architectural Press,‎ 2006
  • David B Stewart, The Making of a Modern Japanese Architecture, From the Founders to Shinohara and Isozaki, Kodansha International,‎ 2002
  • Spring 2005, "Do_co,mo.mo Japan: the 100 selection", The Japan Architect, no 57

Source de la traduction[modifier | modifier le code]