Junonia genoveva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Junonia genoveva est un insecte lépidoptère de la famille des Nymphalidae, de la sous-famille des Nymphalinae, tribu des Junoniini et du genre Junonia.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Junonia genoveva a été décrit par l'entomologiste hollandais Pieter Cramer en 1780 sous le nom initial de Papilio genoveva [1]

Synonymie[modifier | modifier le code]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Il se nomme Mangrove en français et Mangrove Buckeye, Tropical Buckeye ou Caribbean Buckeye en anglais.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces [2].
Synonymie pour cette sous-espèce
Junonia oriana (Kirby, 1900)
Papilio cadmus (Larrañaga, 1923)
  • Junonia genoveva incarnata (C. et R. Felder, 1867) [3]  ; en Colombie.
  • Junonia genoveva infuscata (C. et R. Felder, 1867)[3]  ; en Équateur.
Synonymie pour cette sous-espèce
Junonia lavinia var. basifusca (Weymer, 1890)[4]
  • Junonia genoveva vivida (Forbes, 1929) [5].
  • Junonia genoveva ssp à Oaxaca au Mexique et au Pérou.

Description[modifier | modifier le code]

Junonia genoveva est un papillon d'une envergure très variable, de 35 mm à 57 mm, à aile antérieure lobée, au dessus marron cuivré, bordé de fines lignes parallèles, avec aux antérieures une bande blanc rosé et deux bandes cuivre rouge qui marquent la base du côté de la costa. Ses ocelles sont noirs pupillés de bleu et cernés d'orange, deux aux antérieures un petit à l'apex et un grand submarginal au bout de la bande blanc rosé et deux gros aux postérieures[6]

Le revers est de couleur beige foncé et possède la même bande blanche et les mêmes ocelles.

Chenille[modifier | modifier le code]

La chenille présente un corps noir à épines dont la base est bleu métallique et une tête marron marquée de noir[7]

Biologie[modifier | modifier le code]

C'est l'imago qui hiverne[6].

Période de vol[modifier | modifier le code]

Dans la partie la plus au nord de son aire de résidence Junonia genoveva vole en plusieurs générations entre mars et octobre[6].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de sa chenille sont des Stachytarpheta (Verbenaceae) , Ruellia tuberosa et des Blechum à la Jamaïque[8] Suivant d'autres sources ce serait uniquement le palétuvier noir, Avicennia germinans[9].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Biotope[modifier | modifier le code]

Il n'occupe que les zones littorales de mangroves.

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection particulier[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cramer, [1780]; Uitl. Kapellen 4 (25-26a): pl. 290, f. E, F
  2. a et b funet
  3. a, b, c et d C. & R. Felder, [1867]; Reise Fregatte Novara, Bd 2 (Abth. 2) (3): 400
  4. Weymer, 1890; Weymer & Maassen, Reisen Süd-America : 120, pl. 3, f. 7
  5. Forbes, [1929]; J. N.Y. Ent. Soc. 36: 311
  6. a, b, c et d butterflies and moths of North America
  7. faune et flore des Antilles
  8. a et b fiche de l'INRA
  9. fiche du Museum d'histoire naturelle de Nantes

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :