Junk bond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Échelle de notation financière selon les principales
agences de notation
Signification
de la note 
Moody’s Standard
& Poor’s
Fitch
Ratings
Dagong
Long
terme
Court
terme
Long
terme
Court
terme
Long
terme
Court
terme
Long
terme
Court
terme
Prime
Première qualité
Aaa P-1

Prime
-1
AAA A-1+ AAA F1+ AAA A-1
High grade
Haute qualité
Aa1 AA+ AA+ AA+
Aa2 AA AA AA
Aa3 AA− AA− AA−
Upper medium
grade

Qualité moyenne
supérieure
A1 A+ A-1 A+ F1 A+
A2 A A A
A3 P-2 A− A-2 A− F2 A− A-2
Lower medium
grade

Qualité moyenne
inférieure
Baa1 BBB+ BBB+ BBB+
Baa2 P-3 BBB A-3 BBB F3 BBB A-3
Baa3 BBB− BBB− BBB−
Non-investment
grade,
speculative

Spéculatif
Ba1 Not
prime


Non
prime
BB+ B BB+ B BB+ B
Ba2 BB BB BB
Ba3 BB− BB− BB−
Highly
speculative

Très spéculatif
B1 B+ B+ B+
B2 B B B
B3 B− B− B−
Risque élevé Caa1 CCC+ C CCC C CCC C
Ultra spéculatif Caa2 CCC
En défaut, avec
quelques espoirs
de recouvrement
Caa3 CCC−
Ca CC CC CC
C C/CI/R C C
En défaut sélectif SD D RD D D D
En défaut D D

Junk bond, ou « obligation pourrie » en français, est l'appellation familière désignant aux États-Unis les obligations à haut risque, obligations qui sont classées comme « spéculatives » par les agences de notation, c’est-à-dire celles dont la notation financière est inférieure à l'investment grade :

Autre désignation correcte de ces obligations : High-yield debt (« obligations à haut rendement »). En américain courant, junk veut dire « ordure », « de très mauvaise qualité ».

Logique économique[modifier | modifier le code]

L'existence d'un marché séparé mais actif de ces obligations vient de deux particularités du système financier américain :

  • le recours à la levée de fonds directement sur les marchés de capitaux est fréquent chez les PME importantes américaines depuis la fin des années 1970, beaucoup plus qu'en Europe, où le financement de ce type d'entreprises reste effectué essentiellement par les banques ;
  • parallèlement, de nombreux investisseurs institutionnels ont, par une réglementation interne ou externe, l'interdiction de détenir des actifs qui ne sont pas classés investment grade.

Pour les émetteurs, ce type de financement est moins onéreux qu'un emprunt bancaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps, ce type de placement était réservé aux investisseurs institutionnels les plus audacieux, via un placement privé. Les junk bonds proprement dits sont apparus en 1977 quand la banque d'investissement Bear Stearns a organisé leur premier placement[1]. Ils ont connu leur expansion aux États-Unis dans les années 1980, époque appelée aussi période des junk bonds et du krach de 1987.

Croissance[modifier | modifier le code]

Ils ont rapidement connu un essor très important. Dès 1983, ils représentaient un tiers de l'encours des obligations émises par l'ensemble des entreprises privées américaines[1]. Ils servent notamment à l'occasion de la généralisation des opérations de LBO, dont ils assurent environ 25 % du financement. La banque d'investissement Drexel Burnham Lambert, dont le département High-yield était dirigé depuis 1973 par Michael Milken, surnommé le junk bond king, y était particulièrement active tout au long de la décennie.

Crise de 1989[modifier | modifier le code]

Le marché des obligations pourries a connu une grave crise en 1989, à la suite du défaut de plusieurs émetteurs. Entre le début de l'année et l'automne 1989, le rendement moyen des junk bonds[2] passe de 450 points de base au-dessus de celui des emprunts d'État américains à plus de 1 000 points de base (c'est-à-dire 10 % de taux actuariel) au-dessus de celui des-dits emprunts d'État. Cette augmentation de 550 points de base de spread de crédit correspond à une baisse de 20 % des prix des emprunts.

Drexel a dû racheter des quantités considérables d'obligations à des investisseurs mécontents, ce qui a fini par provoquer sa faillite en 1990.

La crise de 1989 a eu des conséquences importantes pour le Crédit lyonnais, dont une filiale a pris le contrôle d'Executive Life dans le but principal de reprendre le portefeuille de junk bonds de cet assureur californien tombé en faillite justement à cause des moins-values sur ce portefeuille.

Crise de 2001[modifier | modifier le code]

À l'occasion des effets conjugués :

les junk bonds ont connu un mouvement de spread de crédit pendant l'automne et l'hiver 2001 équivalent à celui de 1989.

Crise économique à partir de 2008[modifier | modifier le code]

La crise initiale aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crise des subprimes.

Les prêts hypothécaires américains (subprime) furent, à partir de l'été 2007, l'élément déclencheur de la crise financière qui a entraîné la crise économique de 2008. Après une légère accalmie en 2010, cette crise reprend en 2011 à travers le problème considérable, et accumulé depuis plusieurs décennies, de la dette « publique » des États-Unis. La titrisation de ces créances consistait à les regrouper par paquet provenant de plusieurs États américains, de façon à permettre en théorie une diversification du risque en une obligation appelée ABS revendue à un rehausseur de crédits. Par la titrisation (prêts agglomérés pour être transformés en obligations vendues à des investisseurs CDO), la banque pouvait ainsi sortir le prêt de son bilan et évitait d'immobiliser cette réserve de fonds propres. Ainsi, elle pouvait continuer à placer de nouveaux crédits, mais elle alimentait un processus qui n'était pas encore qualifié de bulle immobilière[3].

La crise grecque de 2010[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crise grecque de 2010.

La dette publique du pays est une obligation pourrie selon les agences de notation Standard & Poor's et Moody's.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b JunkBonds sur www.econlib.org
  2. Mode de calcul : index Merrill Lynch des junk bonds moins le taux actuariel du Constant maturity Treasury sept ans. Source : (en) « Rising Junk Bond Yields: Liquidity or Credit Concerns? », FRBSF Economic Letter 2001-33, 16 novembre 2001.
  3. La Suisse: un malade qui s'ignore?, Professeur Stéphane Garelli - YouTube [vidéo]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]