Junâgadh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Junâgadh
Vue de la ville
Vue de la ville
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
État ou territoire Gujarat
District Junâgadh
Démographie
Population 285 000 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 21° 30′ 56″ N 70° 27′ 23″ E / 21.515471, 70.456444 ()21° 30′ 56″ Nord 70° 27′ 23″ Est / 21.515471, 70.456444 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gujarat

Voir sur la carte administrative de la zone Gujarat
City locator 14.svg
Junâgadh

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte administrative d'Inde
City locator 14.svg
Junâgadh

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte topographique d'Inde
City locator 14.svg
Junâgadh

Junâgadh (gujarâtî : જુનાગઢ - hindî : जुनागढ) est une ville de l'État du Gujarat en Inde, chef-lieu du District de Junagadh. C'est aussi un ancien État princier des Indes.

La ville[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Junâgadh est située dans la presqu'île du Kâthiâwar.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’État princier du Junâgadh, lors de la partition de l'Inde en 1947, alors qu'il était dirigé par Muhammad Mahabat Khanji III choisi de rejoindre le Dominion du Pakistan. Et ce en opposition au désir de la majorité des habitants et le fait qu'il aurait alors été isolé du Pakistan par la mer et les autres états. Le 9 novembre , Sardar Vallabhbhai Patel, premier ministre de l'Inde fait envahir le pays qui finira par intégrer l'Inde.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Citadelle d'Uparkot : construit au pied de la colline Girnar, cet impressionnant fort aurait été originellement construit en 319 av. J.-C.[1]. Détruit et reconstruit à plusieurs reprises au fil des siècles, il a été abandonné entre les VIIe et VIIIe siècles avant d'être redécouvert en 976. En raison de sa position stratégique, le fort aurait été assiégé seize fois en 800 ans. Près des ruines d'une mosquée édifiée au XVe siècle se trouvent des grottes creusées par l'homme qui ont été occupées par des ascètes, probablement vers le IIIe siècle av. J.-C..
  • Nécropole des nawabs de Junâgadh

La principauté[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Principauté de Junâgadh
Drapeau de Principauté de Junâgadh
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
Géographie
Superficie 8 643 km2
Divers
Fondateur Bahadur Khanji I
Fondée en 1735
Dynastie Babi
Religion musulmane
Salve 13 coups de canon

La ville a été la capitale de l'État à dominance musulmane du Saurâshtra et des rajputs Chauda au IXe siècle. En 1467, elle est prise par Mahmud Begada qui la fortifia et la renomma Mustafâbâd.

Lors de l'indépendance de l'Inde britannique et dans la partition qui suivit, le souverain ou nawab, musulman, choisit de rejoindre le Pakistan. Ses sujets, majoritairement des gujaratîs hindous, réclamèrent le rattachement à l'Inde et se soulevèrent contre lui, instaurant un gouvernement provisoire. Son premier ministre d'alors, Sir Shah Nawaz Bhutto (le père de Zulfikar Alî Bhutto, futur premier ministre de Pakistan), demanda l'intervention de l'armée indienne qui occupa le territoire de la principauté.

Le , les habitants plébiscitèrent finalement l'adhésion de celle-ci à la fédération indienne. Cet état de fait n'a jamais été accepté par le Pakistan, qui revendique toujours le territoire, créant ainsi l'un des nombreux contentieux territoriaux entre les deux pays.

La principauté a intégré l'État du Gujarat en 1960, en constituant l'un de ses districts.

Dirigeants : Nawabs[modifier | modifier le code]

  • 1735 - 1758 : Mohammad Bahadur Khanji I
  • 1758 - 1774 : Mohammad Mahabat Khanji I
  • 1774 - 1811 : Mohammad Hamid Khanji I (1766-1811)
  • 1811 - 1840 : Mohammad Bahadur Khanji II (1795-1840)
  • 1840 - 1851 : Mohammad Hamid Khanji II (1828-1851)
  • 1851 - 1882 : Mohammad Mahabat Khanji II (1838-1882)
  • 1882 - 1892 : Mohammad Bahadur Khanji III (1856-1892)
  • 1892 - 1911 : Mohammad Rasul Khanji (1858-1911)
  • 1911 - 1948 : Mohammad Mahabat Khanji III (1900-1959)
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Uperkot Fort », India9.com.
  2. (en) M1 Ranchodji Amarji, Târikh-i-Soraṭh: A History of the Provinces of Soraṭh and Hâlâr in Kâthiâwâd, pp. 36-46, Trubner & Co. (1882) - translation of the edicts.
  3. "Junagadh Rock Inscription of Rudradaman", Project South Asia.