Julio César Turbay Ayala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ayala.
Julio César Turbay Ayala
Illustration.
Fonctions
33e président de la République de Colombie
Prédécesseur Alfonso López Michelsen
Successeur Belisario Betancur Cuartas
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bogota
Date de décès (à 89 ans)
Lieu de décès Bogota
Nationalité colombienne
Parti politique Parti libéral colombien

Julio César Turbay Ayala
Présidents de la Colombie

Julio César Turbay Ayala (né le 18 juin 1916 à Bogota - mort le 13 septembre 2005 à Bogota) était une personnalité politique de Colombie. Il a été président de la République du 7 août 1978 au 7 août 1982.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de commerçants d'origine libanaise, il commence tôt sa carrière politique au sein du parti libéral : maire à 21 ans, il occupe la plupart des postes électifs et gouvernementaux de son pays.

En 1967, il est choisi comme représentant permanent de la Colombie auprès de l'Organisation des Nations unies, et en 1973, il est nommé ambassadeur de son pays à Londres.

Sa candidature fut envisagée pour les élections de 1974, mais c'est finalement Alfonso López Michelsen défend les couleurs du libéralisme.

En 1975, il est nommé ambassadeur à Washington, et l'année suivante, il est élu président du Sénat.

Élu président de la République en 1978, Turbay doit faire face aux actions armées du M19. Au début de son mandat, il décida d'imposer l'État d'urgence en application de l'article 121 de la Constitution, pour lutter contre les mouvements subversifs et la gauche. Cette décision fut l'objet de sévères critiques tant à l'intérieur du pays qu'à l'étranger où le gouvernement fut accusé de se servir de la torture et les exécutions extra judiciaires. En 1979, il négocie avec ce groupe lors de la longue prise d'otages à l'ambassade de la République dominicaine où se trouvent pour un évènement mondain l'ambassadeur des États-Unis et le nonce apostolique. Finalement, il obtient la libération des otages contre de l'argent et des billets d'avion pour Cuba pour les membres du M19.


En 1987, pendant le gouvernement de Virgilio Barco Vargas, Turbay fut nommé ambassadeur auprès du Saint-Siège.

Il ne s'est pas retiré de la politique : en 2004, il quitte le parti libéral pour fonder Nueva Patria, parti dont l'objectif est la réélection du président Álvaro Uribe Vélez.

En 1986, il obtient du Vatican l'annulation de son mariage avec Nydia Quintero Turbay, dont sont issus quatre enfants : Julio César, Diana, Claudia et María Victoria. Septuagénaire, il se remarie avec Amparo Canal. En août 1990, sa fille Diana, journaliste, est enlevée par les Extraditables et assassinée cinq mois plus tard pendant une opération de sauvetage de la police.

Julio César Turbay Ayala a publié plusieurs livres sur la politique internationale, des biographies, comme celle de Simón Bolívar, le Libertador, ou des essais dans lesquels il développe ses idées politiques. Il fut enterré aux Cuevas de Sacromonte, dans l'École de la Chevalerie Militaire au Nord de Bogota.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :