Julienne de Nicomédie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte Julienne.

Sainte Julienne est une vierge et martyre vivant au début du IVe siècle à Nicomédie, capitale de la Bithynie[1].

D'après la Légende dorée, Julienne était fiancée au préfet de Nicomédie, mais refusait de s'unir à lui tant qu'il resterait païen.

Son propre père la fit donc battre et la livra au dit préfet éconduit, qui la fit fouetter puis suspendre par les cheveux, avant de lui faire verser sur la tête du plomb en fusion, puis, comme cela était sans effet, de l'enchaîner et de la jeter en prison.

Là, elle vainc par la prière un démon qui tente de la persuader de sacrifier aux dieux.

Le préfet la fit ensuite écarteler, mais un ange la guérit, et ce prodige permit la conversion d'un grand nombre de personnes. Le préfet lui fit alors prendre un bain de plomb fondu, qui parut à la sainte être un bain d'eau tiède. Il la fit donc décapiter.

D'après la Légende, le fiancé éconduit et violent serait mort peu de temps après, noyé dans une tempête.

Naples, où son culte était très important au Moyen Âge, aurait reçu ses reliques en 1207.

Fête : 16 février, peut-être le 21 décembre en Orient.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. C'est aujourd'hui la ville turque d'Izmit