Julien Carette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Julien Carette

Nom de naissance Julien Henri Carette
Naissance 23 décembre 1897
Paris 17e, France
Nationalité Flag of France.svg Française
Décès 20 juillet 1966 (à 68 ans)
Saint-Germain-en-Laye, France
Profession acteur
Films notables La Grande Illusion (1937)
La Bête humaine (1938)
Entrée des artistes (1938)
La Règle du jeu (1939)

Julien Henri Carette[1] est un acteur français, né le 23 décembre 1897 à Paris 17e et mort le 20 juillet 1966[2] à Saint-Germain-en-Laye.

Il a joué dans plus d'une centaine de films qu'il a marqués par son accent parisien et sa forte personnalité.

Titi parisien et grand second rôle[modifier | modifier le code]

Malicieux, gouailleur, œil de braise : Carette n'a jamais laissé indifférent les spectateurs et les réalisateurs. Né dans le 17e, au sortir d'une jeunesse où il accumule les emplois les plus divers (camelot, représentant, machiniste de théâtre, souffleur, employé des chemins de fer), il s'inscrit aux Arts Décos, où il rencontre Claude Autant-Lara, avec le secret espoir de devenir peintre. Sentant que sa vocation n'est pas là, il se dirige vers le théâtre. Après un échec au concours d'entrée au Conservatoire, il se fait engager comme figurant au théâtre de l'Odéon.

Après un premier rôle dans un film, celui de Gavrilo Princip (l'assassin de l'Archiduc François-Ferdinand), Julien Carette fait ses premières armes dans des films mineurs du cinéma muet. L'avènement du parlant révèle un accent parisien bien trempé. En 1931, on le voit dans L'Amour à l'américaine, de Claude Heymann, et dans Attaque nocturne, de Marc Allégret. Les frères Prévert lui donnent sa chance avec un rôle en vue dans L'Affaire est dans le sac. Entre 1932 et 1937, il joue dans une trentaine de films. Son phrasé reconnaissable entre tous, sa bonne humeur communicative, ses mimiques et ses réparties assurent sa forte popularité auprès du public.

Jean Renoir lui offre alors des rôles à sa mesure. Le voilà à nouveau en titi parisien dans La Grande Illusion (1937), en volontaire dans La Marseillaise, en Pecqueux, le chauffeur du mécanicien Lantier dans La Bête humaine (1938), et en Marceau, le braconnier magnifique, qui se joue du garde-chasse Schumacher, dans La Règle du jeu (1939). En 1943, c'est Pierre Prévert qui lui confie le rôle principal dans Adieu Léonard, puis dans Bonsoir Mesdames, Bonsoir Messieurs, sur des dialogues de Robert Desnos.

À partir de 1942, il devient le comédien fétiche de Claude Autant-Lara. Dans Lettres d'amour (1942), il apparaît en maître à danser trépidant et diabolique. Dans Occupe-toi d'Amélie (1949), Autant-Lara exploite sa veine comique. Dans L'Auberge rouge (1951), aux côtés de Fernandel et Françoise Rosay, il campe avec conviction l'inquiétant patron assassin de l'auberge de Peyrebeille. Dans La Jument verte, il incarne le maire mourant.

Sa longue carrière (il a tourné dans plus d'une centaine de films) est aussi associée à d'autres grands réalisateurs français : Henri Decoin, Marcel Carné, Yves Allégret, Jean Grémillon, Sacha Guitry, Henri Verneuil, Georges Lampin, André Cayatte... Il y joue des seconds rôles qui sauvent souvent les films moyens où il apparaît. En 1964, il tourne dans son dernier film, Les Aventures de Salavin, (Pierre Granier-Deferre).

Le théâtre lui a permis de servir les auteurs de boulevard (Le Greluchon délicat, Le Roi masqué, Liberté provisoire), mais aussi Henri Bernstein, Jacques Deval, les opérettes d'André Messager et d'Oberfeld.

Atteint par l'arthrose, il prend sa retraite au début des années 1960. À la suite d'un incendie domestique dans son appartement du Vésinet, il meurt de ses brûlures, le 20 juillet 1966, à l'hôpital de Saint-Germain-en-Laye[3].

Il est inhumé au Vésinet.

Citation[modifier | modifier le code]

« Je me souviens que Carette est mort parce qu'il portait une chemise en nylon et qu'il s'était endormi avec une cigarette. », Georges Perec, Je me souviens, 164.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. sur l'acte de naissance
  2. Archives de l’état civil de Paris en ligne, mairie du 17e, acte de naissance N°3323, année 1897, avec mention marginale du décès
  3. Jérôme Dupuis, « Les morts les plus stupides de l'Histoire », L'Express,‎ 31 octobre 2012 (consulté le 1er novembre 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les grands seconds rôles du cinéma français, de Jacques Mazeau et Didier Thouart - Paris - Ed. PAC, 1984.

Liens externes[modifier | modifier le code]