Julien Busson-Billault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Busson.
Julien Henri Busson-Billault
Image illustrative de l'article Julien Busson-Billault
Fonctions
Ministre-Présidents du Conseil d'État
10 août 18704 septembre 1870
Gouvernement Gouvernement Charles Cousin-Montauban
Prédécesseur Félix Esquirou de Parieu
Successeur Ferdinand de Jouvencel
Vice-président du Corps législatif
Président du Conseil général de l'Ariège
Député de l'Ariège
24 septembre 18544 septembre 1870
Prédécesseur Adolphe Billault
Biographie
Nom de naissance Jean-Henry Busson
Profession Avocat

Julien Henry Busson-Billault, né à Joigny le 24 juillet 1823 et mort à Vertou le 15 juillet 1888, était un avocat et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudia le droit et se fit recevoir docteur en août 1848. Il manifesta d'abord des opinions démocratiques et républicaines, plaida avec succès au barreau de Paris, et prononça devant la conférence des avocats, dont il était secrétaire, un remarquable Éloge de Pothier.

Rallié à la politique bonapartiste, il épousa, en 1854, la fille d'Adolphe Billault, dont, plus tard, il joignit le nom au sien. L'année même de son mariage, le 24 septembre, il succéda à son beau-père, nommé ministre, comme député de la 2e circonscription de l'Ariège au Corps législatif. Ce fut encore avec l'appui officiel qu'il obtint successivement sa réélection le 22 juin 1857, le 1er juin 1863 et le 24 mai 1869.

Il était aussi conseiller général de l'Ariège pour le canton de Castillon. Busson-Billault prit une part assez active aux travaux législatifs, tant comme orateur que comme rapporteur d'un certain nombre de projets de lois ; il fut aussi vice-président de l'Assemblée. Sa rapidité d'élocution, à la tribune du Corps législatif, faisait le désespoir des sténographes, qui pouvaient à peine le suivre.

Après la déclaration de guerre à la France et les premiers désastres de la campagne, Busson-Billault accepta, dans le cabinet Palikao (10 août 1870), le poste de Ministre-Présidents du Conseil d'État : il succédait à Félix de Parieu.

La révolution du 4 septembre 1870 mit fin à sa carrière politique, malgré une tentative infructueuse qu'il fit après le Seize-mai, aux élections du 14 octobre 1877, pour rentrer au Parlement.

Il fut Président du Conseil général de l'Ariège et devint conseiller général de Loire-Inférieure en 1876.

Il est le père Henri-Julien-Marie Busson-Billault.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Louis Clayes, Deux siècles de vie politique dans le Département de l'Ariège 1789-1989, Pamiers, 1994.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]