Julien Bessières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bessières.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Bessières.
Julien Bessières
Fonctions
Consul général à Venise
Drapeau de l'Empire français Empire français
18051807
Commissaire impérial
des îles Ioniennes à Corfou
Drapeau de l'Empire français Empire français
18071810
Préfet du Gers
Drapeau de l'Empire français Empire français
13 décembre 1813juillet 1814
Prédécesseur Auguste Jubé de La Perelle
Successeur Antoine Marie Armand de La Fitte-Montagut[1]
Préfet de l'Aveyron
Royaume de France Royaume de France
15 juillet 1814mars 1815
Prédécesseur Joseph Girod de Vienney de Trémont
Successeur Nicolas Séverin Marceau-Villeray
Préfet de l'Ariège
Drapeau français Empire français (Cent-Jours)
6 avril 1815juillet 1815
Prédécesseur Scipion de Nicolaÿ
Député à la Chambre
Sarlat (Dordogne)
Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
17 novembre 182728 juillet 1830
Réélection 23 juin 1830
Député à la Chambre
Figeac (Lot)
Drapeau français Royaume de France
21 juin 18342 octobre 1837
Successeur Charles-Pierre Bessières
Membre de la Chambre des pairs
Drapeau français Royaume de France
2 octobre 183731 juillet 1840
Biographie
Nom de naissance Henri Géraud Julien Bessières
Date de naissance 30 juillet 1777
Lieu de naissance Gramat
Date de décès 31 juillet 1840 (à 63 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique Groupe constitutionnel
Majorité ministérielle
Profession Chirurgien

Henri Géraud Julien, chevalier Bessières et de l'Empire (30 juillet 1777 - Gramat31 juillet 1840 - Paris, ancien 9e arrondissement de Paris), est un médecin, diplomate et homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prisonnier d'Ali Pacha[modifier | modifier le code]

Cousin germain du maréchal d'Empire Jean-Baptiste Bessières, Julien Bessières, fut admis, sur la recommandation de son parent, à faire partie de l'expédition d'Égypte du général Bonaparte en qualité d'adjoint à la commission des Sciences et des Arts (à titre de chirurgien).

Malade, il doit rentrer en France le 26 octobre 1798, à bord de la tartane livournaise Madona di Montenegro. Parmi ses compagnons de voyage se trouvent les membres de la Commission François Pouqueville (chirurgien), Pierre-Simon Girard (ingénieur en chef des Ponts et Chaussées), Alexandre Gérard (naturaliste), et les officiers Jean Étienne Casimir Poitevin de Maureilhan (colonel du génie) ou Joseph Claude Marie Charbonnel (chef d'escadron d'artillerie).

Le navire est attaqué et capturé par un pirate albanais, Ourochs. Il revend ses prisonniers à diverses autorités ottomanes. Bessières est livré à Ali Pacha de Janina, avec Poitevin et Charbonnel. Ils effectuent un séjour forcé dans la suite du Pacha, participant à quelques opérations militaires, mais parviennent à s'échapper à tour de rôle et à gagner Corfou alors occupées par les troupes russes et ottomanes.

En 1800, les trois hommes sont enfermés dans la Fortezza Nuova de Corfou. Ils s'en évadent dans la nuit du 21 au 22 novembre mais sont repris et finalement emprisonnés à Constantinople.

Il fut remis enfin en liberté, à la sollicitation des ambassadeurs de Russie et d'Angleterre.

Diplomate et haut fonctionnaire[modifier | modifier le code]

De retour en France, Bessières est nommé directeur des droits réunis pour les Hautes-Alpes (1803).

L'année suivante, il débuta dans la diplomatie avec une mission auprès d'Ali, pacha de Janina, dont il avait été l'esclave au cours de sa mésaventure précédente, auprès de qui il est nommé agent d'affaires.

Il devint ensuite consul général à Venise (1805), commissaire impérial (donc en charge de toutes les affaires civiles) des îles Ioniennes à Corfou (1807-1810), là même où il avait été enfermé.

Il est ensuite intendant de Navarre (1810), puis intendant de l'armée et des provinces du nord de l'Espagne. Après la perte de la bataille de Vitoria, Julien Bessières revint en France.

Il y fut fait préfet du Gers (16 décembre 1813) ; il avait été créé antérieurement légionnaire et chevalier de l'Empire.

Bessières ne fit point de difficulté de servir la Restauration, accepta la préfecture de l'Aveyron (15 juillet 1814), souscrivit pour la statue de Henri IV, et, lors des événements du mois de mars 1815 (« retour de l'île d'Elbe » : Cent-Jours), envoya une adresse dans laquelle il renouvelait son serment de fidélité au roi. C'est probablement ce qui l'empêcha d'être compris dans les premières promotions faites par Napoléon Ier pendant les Cent-jours.

Néanmoins, au mois d'avril, cédant aux sollicitations des protecteurs de Bessières, l'Empereur lui confia encore la préfecture de l'Ariège, poste délicat entre tous, parce que le duc d'Angoulême devait, dit-on, pénétrer par ce département frontière. Bessières eut beau, dans cette situation difficile, se ménager autant que possible pour l'avenir, il n'évita pas, lors de la seconde Restauration, une disgrâce méritée. Il perdit sa place, et resta sans fonctions jusqu'en 1818.

Mais il finit par rentrer en faveur, fut nommé maître des requêtes au Conseil d'État, attaché au comité de liquidation des créances étrangères, et bientôt promu au grade d'officier de la Légion d'honneur. En même temps il siégea à la Chambre des députés.

Carrière parlementaire[modifier | modifier le code]

Une première candidature posée par lui, le 9 mai 1822, auprès des électeurs de la Dordogne, avait échoué à quelques voix près.

Le 17 novembre 1827, il réussit, dans le 4e collège de ce département (Sarlat) à l'emporter[2] sur M. Daussel[3]. Il fut réélu[4], le 23 juin 1830, contre M. de Mirandol[5].

Il siégea parmi les royalistes constitutionnels, et vota constamment pour le ministère Martignac. Dans la séance du 17 février 1828, il prononça un grand discours à l'occasion des élections du Lot, pour dénoncer la violence employée par le préfet de ce département envers les électeurs :

« Conçoit-on, s'écria-t-il, le gouvernement représentatif comme étant fait dans le but unique de représenter seulement l'administration, et toujours la même? Écartez d'abord, disait-on aux électeurs, ceux qui nous ont déplu, et nommez ceux que nous nommerions à votre place ; vous les connaissez, vous les avez vus faire; et, quant à ceux que vous ne vous recommandons pas, soyez tranquilles, ils ont la pairie,... etc. »

Lors de l'avènement de M. de Polignac au pouvoir, il vota l'adresse des 221.

Il adhéra à la révolution de Juillet 1830 et au gouvernement de Louis-Philippe Ier, fut battu aux élections de 1831 par M. Mérilhou, et ne revint à la Chambre que le 21 juin 1834, comme l'élu de deux collèges, le 3e collège du Lot (Figeac), aux dépens de M. Laronfille[6], et la circonscription de Sarlat, où il avait, par 154 voix contre 75, regagné son siège sur M. Mérilhou[7].

Membre de la majorité conservatrice, il prêta son appui aux lois de septembre, au projet de loi de disjonction, en un mot à toutes les propositions ministérielles.

La croix de commandeur de la Légion d'honneur, et enfin la dignité de pair de France, que lui conféra l'ordonnance du 3 octobre 1837, mirent le comble à sa fortune politique.

Décédé le 30 juillet 1840 à Paris, il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise (41e division[8]).

Titre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Biret chevalier.png
Blason famille fr Julien Bessières (chevalier).svg
Armes du chevalier Bessières et de l'Empire (titre de chevalier de l'Empire, accordé à la suite du décret du 9 janvier 1807 le nommant membre de la Légion d'honneur (lettres patentes du 27 décembre 1811 (Les Tuileries)).

Échiqueté d'azur et d'argent, à la fasce de sable, fuselé d'or ; bordure du tiers de l'écu de gueules chargée du signe des chevaliers légionnaires, posé au deuxième point en chef.[9]

  • Livrées : les couleurs de l'écu ; le vert dans les bordures seulement[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royoume, et des maisons princières de l'Europe, précédé de la généalogie de la maison de France, vol. 6, L'Auteur,‎ 1826 (lire en ligne)
  2. Avec 140 voix (151 votants, 181 inscrits).
  3. 32 voix.
  4. Par 94 voix.
  5. 59 voix.
  6. Par 120 voix contre 107 à M. Laronfille.
  7. Par 154 voix contre 75 à M. Mérilhou
  8. « Tombe de Julien Bessières au Père-Lachaise », Monuments napoléoniens en péril (consulté le 18 juin 2010)
  9. a et b PLEADE (CHAN : Centre historique des Archives nationales (France)).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]