Julien-Ursin Niemcewicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Julien Ursin Niemcewicz.

Julien-Ursin Niemcewicz, en polonais Julian Ursyn Niemcewicz, (1757-1841) est un écrivain et patriote polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Julian Ursyn Niemcewicz est né le 6 février 1757 à Skoki[1] en Podlachie (alors sur le territoire du grand-duché de Lituanie, aujourd'hui en Biélorussie), décédé le 21 mai 1841 à Paris est un dramaturge, romancier, poète et mémorialiste, membre de la franc-maçonnerie. Issu d'une famille de la moyenne noblesse polonaise. Il intégra l'académie du Corps des Cadets de la Noblesse avant de devenir l'assistant d'Adam Kazimierz Czartoryski, travaillant notamment dans l'équipe de la Commission de l'éducation nationale, première instance chargée de l'instruction publique dans l'esprit des Lumières. Il voyagea ainsi en Angleterre, en France et en Italie.

Durant la Grande Diète (diète de quatre ans) de 1788 à 1792, Niemcewicz est député et membre actif du Parti patriotique qui poussa pour l'établissement de la constitution historique du 3 mai 1791. Il fut par la suite le fondateur de la Zgromadzenie Przyjaciół Konstytucji Rządowej (assemblée des Amis de la Constitution de gouvernement), formée pour soutenir et mettre en œuvre ce document.

Il émigra en Allemagne avec d'autres membres du parti patriotique polonais après la victoire de la confédération de Targowica en 1792 et la fin de la constitution polonaise du 3 mai 1791. Lors de la révolte polonaise de 1795, il servit d'aide au général Tadeusz Kościuszko. Les deux furent capturés par les Russes lors de la bataille de Maciejowice et emprisonnés à la forteresse Pierre-et-Paul à Saint-Pétersbourg. En 1795, ils sont relâchés par le tsar Paul Ier et partent pour les États-Unis où Niemcewicz se marie.

Il fut, lors de l'érection du grand-duché de Varsovie en 1807, secrétaire du Sénat. Après le congrès de Vienne, il fut secrétaire d'État et président du comité constitutionnel de Pologne. Il contribua à l'insurrection de novembre 1830 mais après le triomphe des Russes, il dut se réfugier en France, et mourut à Paris en 1841. Comme son compatriote le général Karol Kniaziewicz (1762-1842), mort quelques mois après, il aurait dû être enterré dans la collégiale Saint-Martin de Montmorency mais les pouvoirs publics s'y étant opposés, les tombeaux et gisants des deux combattants polonais sont restés de simples cénotaphes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Comme écrivains on lui doit diverses œuvres dont :

  • des Chants patriotiques,
  • des drames historiques,
  • un opéra,
  • des romans,
  • des poésies,
  • une Histoire de Sigismond II.

Karol Forster (1800-1879) a publié sous le titre de La Vieille Pologne, un recueil de chants et légendes de Niemcewicz, traduits en vers par plusieurs poètes français (1835).

Sources[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Julien-Ursin Niemcewicz » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)