Julie Charpentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Signature de Julie Charpentier sur le buste du Dominiquin (1818, Musée du Louvre).

Julie Charpentier, née à Paris le 22 janvier 1770 et décédée le 23 février 1845, est une sculptrice et taxidermiste française de la première moitié du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Buste en plâtre du colonel Morland par Julie Charpentier (1806, château de Versailles, galerie des batailles).

Le père de Julie Charpentier était un graveur et mécanicien blésois installé à Paris, François-Philippe Charpentier. C'est auprès de lui que Julie apprit les rudiments du dessin avant de devenir l'élève du grand sculpteur Augustin Pajou.
À partir de 1793, elle réalisa en plâtre ou en terre cuite les bustes de plusieurs personnalités, tels que les professeurs Geoffroy Saint-Hilaire et Cuvier, le préfet Corbigny, ou encore M. Marscele, directeur de l'imprimerie impériale. En 1806, elle sculpta, à la demande de Corbigny, le décor en bas-relief d'une fontaine érigée à Blois près de l'église Saint-Vincent-de-Paul. Ce bas-relief en marbre de Carrare représentait une allégorie de la ville natale du père de l'artiste.
Julie Charpentier répondit à plusieurs reprises à des commandes de l'État. En 1816, le ministère de la Maison du roi lui commanda un buste en marbre du Dominiquin destiné au Louvre. Achevé par Julie Charpentier en 1818, il est livré l'année suivante. Pour le musée de Versailles, elle réalisa les bustes du colonel Morland (1806) et de Pierre Lescot (1814).
Avant 1820, elle sculpta les bustes en marbre blanc de Joseph-Marie Vien et de Gérard Audran (musée de Lyon). Julie Charpentier réalisa également des portraits au crayon noir et des imitations de camées gravées dans des pierres à rasoir.

Elle exposa au Salon plusieurs de ses œuvres, dont :

  • son propre buste (1793) ;
  • un Buste de Geoffroy Saint-Hilaire (1801) ;
  • un Bas-relief représentant la ville de Blois avec ses attributs (modèle du bas-relief de la fontaine de Blois), un Buste de M. Corbigny, préfet du département du Loir-et-Cher, et un Buste du colonel Morland (1806) ;
  • un Buste en plâtre du Roi de Rome (1812) ;
  • un Buste du Dominiquin et un bas-relief destiné à la fontaine de la Bastille figurant une allégorie de la Chirurgie (1819) ;
  • un Buste, en marbre des Pyrénées[1], de Clémence Isaure (1822), commandé par le ministère de l'Intérieur pour la ville de Toulouse ;
  • un bas-relief destiné à la fontaine de la Bastille figurant une allégorie de la Géographie (1824) ;
  • un Buste de Joseph-Marie Vien (1829).

Elle est aussi connue pour son talent de taxidermiste, qu'elle exerça au Jardin des plantes, où elle empailla une panthère et réalisa des moulages d'autres animaux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. P. Brard, article « Marbre », dans Frédéric Cuvier (dir.), Dictionnaire des Sciences naturelles, t. 29, Paris/Strasbourg, Levrault, 1823, p. 104.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • T.-C. Brun Neergaard, « Lettre sur un ouvrage de Mlle Julie Charpentier, statuaire », Revue philosophique, littéraire et politique, 1er trimestre 1806, p. 364 (reprise dans Paul Lacroix (dir.), Revue universelle des Arts, t. 22, Paris/Bruxelles, 1865, pp. 113-116).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :