Jules d'Anethan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules d'Anethan
Image illustrative de l'article Jules d'Anethan
Fonctions
15e chef de cabinet belge
2 juillet 18707 décembre 1871
Monarque Léopold II
Gouvernement d'Anethan
Coalition Catholique
Prédécesseur Walthère Frère-Orban
Successeur Jules Malou
Biographie
Date de naissance 23 avril 1803
Lieu de naissance Bruxelles, (France)
Date de décès 23 octobre 1888 (à 85 ans)
Lieu de décès Bruxelles, (Belgique)
Nationalité belge
Parti politique Parti catholique
Résidence 16, rue de la Loi

Jules d'Anethan
Chefs de cabinet belges

Jules Joseph, baron d'Anethan (23 avril 1803 à Bruxelles - 8 octobre 1888 à Schaerbeek) est un homme politique belge. Membre du parti catholique issu de la magistrature, il siégea à la Chambre des représentants et au Sénat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était docteur en droit (1824) de l'Université d'État de Louvain, et commença sa carrière au barreau de Bruxelles.

Diplomate et conciliateur, il fut ministre des Cultes, ministre de la Justice, des Affaires étrangères.

Député catholique pour l'arrondissement de Louvain (1844-1848), il entra au Sénat pour l'arrondissement de Tielt en 1849 et restera sénateur de cet arrondissement jusqu'en 1888. Il est Ministre de la Justice dans divers cabinets unionistes (1843-1847).

En 1870, après qu'il eut géré la neutralité belge dans le conflit franco-prussien, Léopold II l'appela à former le nouveau gouvernement catholique, à condition qu'il appuie les mesures militaires du roi (conscription). Le souverain et son ministre rédigèrent un pacte écrit, véritable compromis entre la volonté du roi et celle de Jules-Joseph :

« Palais de Bruxelles, 29 juin 1870.
Armée : maintien du statu quo ; achèvement d'Anvers et de Termonde ;
Exécution de ce qui a été annoncé aux chambres.
Trésor : maintien des recettes afin de doter le pays de travaux publics.
Les ministres s'engagent à n'imposer de réforme électorale, ni au Roi ni au pays.
Politique conciliante, sagement libérale, esprit de 1830...
(s) Léopold
Par le Roi, le Ministre des Affaires étrangères, (s) d'Anethan »

Le baron d'Anethan avait dû intégrer dans son gouvernement des anti-militaristes notoires, ce qui ne plut guère à Léopold II. Celui-ci profita des émeutes contre la nomination du gouverneur du Limbourg, Pierre de Decker, pour demander la démission des ministres en question. D'Anethan, poussant jusqu'au bout la solidarité ministérielle, et privé d'appui depuis l'affaire Langrand-Dumonceau (scandale financier au sein du parti catholique), fit démissionner tout son gouvernement.

D'Anethan, tout en suivant la ligne politique du parti catholique, était néanmoins en plusieurs questions, d'esprit indépendant. C'est ainsi qu'il tenait l'opinion que l'Italie devait être unifiée, ce qui ne pouvait se faire qu'au détriment de l'existence des Etats Pontificaux. Afin de pouvoir mieux influencer la diplomatie vaticane dans le sens qu'il préconisait, il érigea une seconde ambassade à Rome, accéditée auprès du Saint-Siège. De 1875 à 1880 son fils, Auguste d'Anethan, fut le chef de cette mission, jusqu'à son rappel par Frère-Orban en 1880.

Jules-Joseph d'Anethan termina sa longue carrière comme président du Sénat (1884-1885).

Tout au long de sa carrière, il avait défendu les positions du parti catholique avec conciliation et un grand esprit d'indépendance, n'hésitant pas à prendre ses distances avec l'Église (concernant le Risorgimento, tout particulièrement).

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]