Jules Stockhausen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jules Stockhausen

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Julius Stockhausen

Nom de naissance Julius Christian Stockhausen
Naissance 22 juillet 1826
Paris, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès 22 septembre 1906 (à 80 ans)
Francfort-sur-le-Main, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Chanteur, pédagogue, chef d'orchestre
Baryton-basse
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Hallé, Stamaty, Manuel García
Enseignement Chant
Élèves Jenny Hahn, Clarence Whitehill, Johannes Messchaert, Hermine Spies, Horatio Connell, Hugo Goldschmidt, Karl Perron, Max Friedlaender
Ascendants Franz Stockhausen Sr. (1792-1868), Margarethe Stockhausen
Descendants Julia Wirth
Famille Franz Stockhausen Jr

Julius Christian Stockhausen, né le 22 juillet 1826 à Paris et mort le 22 septembre 1906 à Francfort-sur-le-Main, est un baryton et professeur de chant allemand.

Vie[modifier | modifier le code]

Franz Stockhausen Sr., harpiste et compositeur, et Margarethe Stockhausen, née Schmuck, soprano, reconnaissent les talents de leur fils Julius et encouragent leur développement.

Avant sa vingtième année, Julien joue déjà du piano, de l'orgue, du violon et du violoncelle. Il entre en 1845 au Conservatoire de Paris où il étudie le piano avec Hallé et Stamaty et le chant avec Manuel García. Il poursuit ses études à Londres en 1849 avec Garcia. Il devient rapidement un baryton de concert renommé. Il dirige à Hambourg de 1862 à 1869 le Philharmonic Society et la Singakademie.

Il passe les cinq années suivantes à Stuttgart comme Kammersänger du roi de Württemberg, puis il dirige le Gesangverein de Stern à Berlin. Il part enseigner en 1878 le chant au Conservatoire Hoch (de) à Francfort. Des divergences avec le directeur Raff le poussent à démissionner et il monte alors sa propre école qui devient rapidement renommée mondialement.

Après la mort de Raff en 1882, Stockhausen retourne au conservatoire tout en gardant sa propre école. Jenny Hahn, Clarence Whitehill, Johannes Messchaert, Hermine Spies, Horatio Connell, Hugo Goldschmidt, Karl Perron et Max Friedlaender ont étudié au Stockhausen. Il écrit une méthode de chant, Gesangsmethode (2 volumes), en 1884 qui est traduite en anglais par son élève Sophie Löwe.

Il était un grand interprète des lieder de Schubert et de Brahms, ce dernier étant l'un de ses amis intimes.

Son frère, Franz Stockhausen Jr. est un chef de chœur renommé qui a étudié avec Moscheles. Sa sœur, Julia Wirth, née Stockhausen (1886-1964) est mariée avec le violoniste allemand Emanuel Wirth. Elle a écrit une biographie sur Stockhausen.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Julius Stockhausens Gesangsmethode, Leipzig, C. F. Peters, 1884.
  • Julius Stockhausens, Gesangsmethode, Traduction : Sophie Löwe. Londres, Novello, Ewer and Co., 1884.
  • Julius Stockhausens Gesangstechnik und Stimmbildung, Frankfurt-sur-le-Main, C. F. Peters, 1886-87.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) Julia Wirth, Julius Stockhausen: der Sänger des Deutschen Liedes, Frankfurt-sur-le-Main, Englert/Schlosser, 1927.
  • (de) Stiftung Dr. Hoch's Konservatorium Joseph Hoch zum 100. Todestag, Frankfurt-sur-le-Main, Kramer, 1974.
  • (de) Peter Cahn, Das Hoch'sche Konservatorium in Frankfurt am Main (1878-1978), Frankfurt-sur-le-Main, Kramer, 1979.
  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionnary of Musicians »], t. 3, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1995 (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-07778-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]