Jules Lefèvre-Deumier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lefèvre.

Jules Lefèvre-Deumier, né le 14 juin 1797 à Paris où il est mort le 11 décembre 1857, est un écrivain et poète français.

Profondément romantique, ses modèles étaient André Chénier et Byron. Comme celui-ci, il partit aider les insurgés, non grecs mais polonais en 1831. Il y fut blessé et fait prisonnier par les Autrichiens.

Son père, fonctionnaire du ministère des Finances, était un farouche adversaire des romantiques, qu’il ridiculisait en écrivant lui-même des poèmes et des parodies. Les relations de Jules Lefèvre avec son père n’étaient que plus difficiles ; le titre d’un de ses premiers poèmes est d’ailleurs Le Parricide, en 1819. Il fut très admiré, très jeune, par la nouvelle génération, notamment par Alexandre Soumet et Victor Hugo qui s’inspira peut-être de son poème Méditation d’un proscrit sur la peine de mort pour son Dernier Jour d’un condamné.

À la fin de sa vie, dans les années 1850, il expérimenta, parmi les premiers, le poème en prose dans son Livre du Promeneur. Il se rangea du côté de Napoléon III qui le fit bibliothécaire à l’Élysée puis aux Tuileries.

Son vrai nom était Lefèvre, auquel il ajouta Deumier en hommage à une tante qui lui avait légué sa fortune, assez considérable. Il avait épousé, en février 1836, la sculptrice et écrivaine Marie-Louise Roulleaux-Dugages, avec qui il eut deux fils : Maxime, en 1837, et Lazare Eusèbe, en 1841.

Publications[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le Parricide, poème, suivi d’autres poésies (1823)
  • Le Clocher de Saint-Marc, poème, suivi d’une ode sur la mort de Bonaparte, et de divers fragments (1825)
  • Dialogue des vivants (1828) Texte en ligne
  • Confidences (1833)
  • Sir Lionel d’Arquenay (1834)
  • La Résurrection de Versailles, poème lyrique (1837)
  • Les Martyrs d’Arezzo (1839)
  • Œuvres d’un désœuvré. Les Vespres de l’abbaye Du Val (1842)
  • Les Vespres de l’Abbaye du Val (1842)
  • Poésies par Jules Le Fèvre-Deumier. La Crédence : l’Herbier ; les Confidences (1844)
  • Le Livre du promeneur, ou les Mois et les jours (1854)
  • Études biographiques et littéraires sur quelques célébrités étrangères, par J. Le Fèvre-Deumier. Le cavalier Marino, Anne Radcliffe, Paracelse, Jérôme Vida (1854)
  • La Pâque fleurie de 1856, poëme lyrique (1856) Texte en ligne
  • Célébrités d’autrefois, essais biographiques et littéraires (1856)
  • Vittoria Colonna (1856)
  • Le Couvre-feu, dernières poésies (1857)
  • Célébrités françaises, essais biographiques et littéraires, par Jules Le Fèvre-Deumier. Rabelais, Montchrestien, Chapelain, Brébeuf, Scarron, l’abbé Cotin, La Motte-Houdard, Marivaux, Bernis, Thomas, Rulhière, Rivarol, Bailly, l’abbé Maury, Joséphine de Beauharnais, Delatouche, Soumet (1889)
  • Entretiens sur l’immortalité de l’âme (1892)
  • Leçons de littérature allemande : morceaux choisis des poètes et des prosateurs classés par genres, avec une table des pièces et des auteurs ; ouvrage précédé d’un coup d’œil sur la littérature allemande, depuis Luther jusqu’à nos jours (1893)
  • Célébrités allemandes, essais bibliographiques et littéraires (1894)
  • Célébrités italiennes : Vittoria Colonna, Jérôme Vida, Ugo Foscolo, Torquato Tasso (1894)
  • Célébrités anglaises, essais et études biographiques et littéraires : James Thomson, Anne Radcliffe, George Psalmanazar, Elisabeth Landon, Christopher North (1895)
  • Critique littéraire (1825-1845) (1896)
  • Études politiques (1897)

Liens externes[modifier | modifier le code]