Jules Girardet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Girardet.
Maison du peintre Jules Girardet.JPG
Acte de vente maison Jules Girardet Boulogne.jpg

Jules Girardet, né le 10 avril 1856 à Versailles, mort le 25 janvier 1938 à Boulogne-Billancourt, est un peintre et illustrateur français d'origine suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille suisse huguenote, Jules Girardet est le fils du graveur Paul Girardet (1821-1893) et de Louise-Alexandrine Sandoz. Ses frère sont les peintres Eugène Girardet et Léon Girardet.

Il épouse Marie Mathilde Marguerite Mayor de Montricher à Marseille le 15 novembre 1881. Le couple a deux filles, Simone[1] et Yvonne. Ils édifient une maison avec un atelier d'artiste en dernier étage au 26 rue de la Tourelle à Boulogne-Billancourt[2].

Jules Girardet étudie à l’École des beaux-arts de Paris dans l'atelier d'Alexandre Cabanel. Il peint des portraits, des scènes de genre, quelques sujets orientalistes, mais il se spécialise dans les scènes historiques (guerres révolutionnaires en Bretagne, Louise Michel et la Commune). Ses œuvres ont été récompensées au Salon de Paris de 1881 et il a obtenu la médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1889.

Œuvres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Dessins, aquarelles[modifier | modifier le code]

  • s.d. - Au salon de peinture , dessin, lavis, Sbd, dim; 18 x 15cm, (vente France Drouot, Brissonneau le 26 septembre 2007, lot n° 199 reproduit en 2e de couverture du catalogue de la vente)

Peintures[modifier | modifier le code]

Gravures, litographies[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions, galeries[modifier | modifier le code]

Prix, récompenses[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Burnand, L'étonnante histoire des Girardet : artistes suisses, La Baconnière, Neuchâtel, 1940, 299 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Simone Abadie-Girardet, illustratrice du livre Leurs 400 coups : De tennis, d'André Lichtenberger et Étienne Micard, aux Éditeurs associés, Éditions du Monde moderne, 1925.
  2. https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AMaison_du_peintre_Jules_Girardet.JPG

Liens externes[modifier | modifier le code]