Jules François Paré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paré.
Jules-François Paré
Jules François Paré en 1793 par Jean-Louis Laneuville
Jules François Paré en 1793 par Jean-Louis Laneuville
Fonctions
Ministre de l'Intérieur
20 août 17935 avril 1794
Prédécesseur Dominique Joseph Garat
Successeur Jean Marie Claude Alexandre Goujon
Biographie
Date de naissance 11 août 1755
Lieu de naissance Rieux (Marne)
Date de décès 29 juillet 1819
Nationalité française
Profession Juriste

Jules-François Paré (1755 - 1819) est un homme politique français, ministre de l'intérieur pendant la Révolution française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Rieux (Marne) le 11 août 1755 dans une famille modeste. Son père, charpentier, ne peut lui fournir qu'une éducation primaire.

Il se lie d'amitié avec Danton au Collège des Oratoriens de Troyes, et devient par la suite maître-clerc chez celui-ci à Paris, alors qu'il est avocat aux conseils du roi. Lorsque la révolution éclate, il en adopte avec modération les principes, et obtient, grâce à la protection de son employeur, un poste de commissaire départemental. Il est élu en 1793 secrétaire du conseil exécutif provisoire.

Nommé ministre de l'intérieur le 20 août 1793, en remplacement de Garat, il se montre en dessous de sa tâche et est dénoncé comme « un nouveau Roland » par Hébert et Vincent, et comme un dantoniste par Couthon. Il démissionne de son poste le 5 avril 1794 (16 germinal an II), jour de la mort de son protecteur, Danton, sur la guillotine.

Il se tient alors prudemment à l'écart des affaires nationales. En l'an IV, il est nommé commissaire du Directoire auprès du département de la Seine, puis administrateur des hôpitaux militaires.

Sous l'Empire, il vit dans une petite propriété qu'il possède dans son pays natal, et reste éloigné des affaires publiques.

Il meurt à Paris le 29 juillet 1819 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (49e division)[1].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2914611480), p. 621